Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 avril 2020

April in Paris…

lilas.jpg

Sur la petite place près de chez nous, un lilas arrivé au gré du vent dans un des bacs de la mairie a tenu sa promesse habituelle.
Il a fleuri à Pâques.
J’aime bien quand certaines choses semblent immuables, ça donne une certaine stabilité à ce monde si souvent en « balagan ».
Je dis ça en étranger parce que « foutoir » ça fait grossier alors que « balagan » ça a un petit air à la fois gai et sérieux…
Je me demande ce qui advenait avant qu’on cloue Jésus sur ses deux planches.
Le lilas poussait-il en Gaule ?
La nature attendait-elle que l’humanité montre une fois encore son talent pour faire taire les gêneurs de la manière la plus douloureuse qui soit pour inventer le lilas ?
Je me perds en conjectures.
Puis je me souviens soudain que ces histoires sont totalement stupides parce que si une autorité divine veillait sur nous, manifestement elle est allée se promener au lieu de faire son boulot.
Et qu’on ne vienne pas me servir l’antienne du « libre arbitre » et de la « bonté divine », ces trouvailles si pratiques qui font que « quand ça va bien c’est parce que le bon dieu il est gentil et quand ça va mal c’est nous qu’on a fait une bêtise ».
On va dire qu’on vit dans un monde pas drôle tous les jours.
Un monde qui en aucun cas n’est sérieux.
Pas du tout même.
Qu’il faut faire avec et dont on devrait prendre soin.
Et pour ça, d’abord prendre soin de l’autre.
Bref, c’est Pâques.
« Je suis la Résurrection et la Vie » aurait-t-il.
On voit bien là qu’à son époque, il n’y avait pas de salles de réa…
Et on ne peut même pas aller aider à chercher les œufs dans le jardin des enfants et regarder les petites retourner les touffes d’herbe pour les sachets de chocolat.
On doit se contenter de regarder les cloches.
Celles qui font du jogging malgré l’interdiction…

Commentaires

admiré le premier lilas fleuri moi aussi ce matin en revenant de chez ma mère, c'est tôt dans la saison (normalement ça fleurit la première moitié de mai)

Écrit par : Adrienne | dimanche, 12 avril 2020

Répondre à ce commentaire

C'est le problème des religions monothéistes. Tout rassembler dans une seule divinité. Quel boulot pour cette dernière !
Au moins chez les polythéistes on a autant de Dieu que de joies et problèmes. Quoique, côté problèmes c'est surtout à cause des Déesses, c'est bien connu !
Cela dit, en ce début de XXIe siècle français, on en reste au Dieu-Unique-Macron.
Hier le peuple gueulait :
— « À mort, Macron ! »
Aujourd'hui il crie :
— « Macron ! Sauve-nous ! »
Va-t-il ressusciter ?
« Sauve-toi toi-même » clamait la foule…

Écrit par : alainx | dimanche, 12 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Le lilas qui fleurit à Pâques, il est bien renseigné sur le calendrier religieux ! ;)
On nous a mis une maison, à la place du lilas qui embaumait notre jardin, alors je ne sais pas si il a fleuri dans le coin.

Écrit par : Fabie | dimanche, 12 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Ah oui les cloches ! elles sont revenues ? Il parait qu'elles étaient à Rome pendant deux jours. Quant à Dieu, comme dit un pote à moi, s'il existe qu'il le montre et s'il n'existe pas qu'il ait le courage de le reconnaitre !
Comment vont les petites ?

Écrit par : delia | dimanche, 12 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Superbe lilas ! Ici, les fleurs sont encore en bourgeons ... Notre royaume fédéral se situe plus au Nord.
Et Dieu dans tout ça ? Pffft. Née dans une culture métissée, de parents cathos non pratiquants, je suis devenue animiste très jeune et vis très proche de la nature. Elle, elle ne me déçoit jamais ! Douce journée de Pâques !

Écrit par : Filo Filo | dimanche, 12 avril 2020

Répondre à ce commentaire

le mien ici est plus en retard. Quant à la chasse aux oeufs cette année c est raté...

Écrit par : ang/col | dimanche, 12 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Pour ma part, c'est tous les soirs que je vois mon lit, là, au fond de ma chambre. Quant aux cloches, pauvre de moi, j'en vois une chaque matin, car je commets l'erreur de me regarder dans le miroir pour me raser.

Écrit par : Passion Culture | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire