Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 13 avril 2020

Devoir de Lakevio du Goût N° 34

devoir de lakevio du gout_34.jpg

Dites quelque chose sur ce printemps magnifique dans une ville déserte.
Une histoire qui commencerait par :
« L’air était moins étouffant que la veille et j’ai même cru sentir la caresse d’une brise, en marchant sous les arcades, jusqu’à la place de la Concorde. »
Et dont les derniers mots seraient :
« Malheureusement je ne crois pas qu’il suffise de traverser la Seine. »


L’air était moins étouffant que la veille et j’ai même cru sentir la caresse d’une brise, en marchant sous les arcades, jusqu’à la place de la Concorde.
Tout au long de la rue de Rivoli j’ai marché lentement, le nez agacé par une odeur douceâtre et un peu écœurante.
Elle semblait baigner toute la rue, j’ai hésité à traverser la rue pour lui échapper, ce qui de toute façon eut été inutile puisque le jardin des Tuileries était fermé.
J’ai donc continué mon chemin passant devant l’ancien Musée de la Marine jusqu’à la rue Royale.
J’ai regardé au loin l’église de la Madeleine, le kiosque de l’angle de la place était ouvert mais vide, comme la rue.
Je me suis tourné vers la place de la Concorde, vide elle aussi, mais toujours cette odeur douceâtre qui commençait à me soulever le cœur, un peu comme celle qui s’échappe des boucheries mal tenues.
Je me suis rapproché des grilles des Tuileries pour échapper à cette « douce pestilence » qui adhérait au nez, aux vêtements.
J’ai longé les grilles jusqu’à l’entrée du souterrain et ai marché jusqu’au pont de la Concorde.
Je l’ai franchi.
J’étais seul sur ce pont que je n’avais jamais vu sans une voiture ou un piéton.
Je voyais au loin l’Assemblée Nationale dont le fronton était embrumé par la fumée qui s’élevait d’un bûcher élevé devant le bâtiment.
L’odeur changeait et devenait à la fois plus agréable, comme celle d’un rôti en train dorer, de « revenir » comme disent les cuisinier.
Hélas elle devenait en même temps plus gênante, inquiétante, quelque chose qui rappelait la mort.
J’ai pensé « Non ! Ils n’ont pas fait ça ! Les imbéciles ! »
Il m’était venu un instant à l’esprit qu’une bande d’émeutiers avait tenté d’incendier l’Assemblée Nationale.
Arrivé au bout du pont, à mettre le pied sur le quai d’Orsay j’ai failli vomir, mon estomac vide se révoltait en spasmes contre l’odeur et la vue du spectacle qui se déroulait en silence devant mes yeux effarés.
Trois hommes, armés de gaffes piochaient dans l’amas de corps en décomposition qui se trouvait près de l’entrée du boulevard Saint Germain et les posaient sur le bûcher qu’il arrosaient de temps à autre d’huile comme s’il s’agissait de faire rissoler les corps plutôt que les carboniser.
Cette épidémie allait laisser des traces, c’était sûr...
Et puis, il fallait bien se débarrasser de tous ces morts qui formaient des tas sur la rive droite et auxquels je pensais échapper en empruntant le pont de la Concorde.
Malheureusement je ne crois pas qu’il suffise de traverser la Seine.

Commentaires

Evidemment, Adrienne nous délivre une petite merveille de concision et de précision.

C'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2020/04/13/k-comme-kakemono

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Alainx tente de revivre ce qu'il vécut.

Il le dit bien et même très bien ici :

https://alainx3.blogspot.com/2020/04/mise-en-seine.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

AlainX n'a pas vécu ce que raconte son personnage de fiction. Je ne mélange pas ma vie relationnelle dans les consignes. Tout aux plus les lieux, parfois, si je les connais.

Écrit par : alainx | lundi, 13 avril 2020

Alainx, tu montres bien là qu'il est difficile de savoir si la vie imite l'art ou si l'art imite la vie...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 avril 2020

Fabie aussi nous conte une histoire de tentative de résurrection, ce doit être l'esprit de Pâques...

C'est là :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/retrouvailles-a184849086

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Alors là tu fais fort !
Il est vrai que les images des urnes en Chine, ou des cimetières de fortune aux Etats Unis nous mettent le blues...

Écrit par : Fabie | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue rêvasse à ce qui fut et suppute ce qui sera.

C'est là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2020/04/13/devoir-de-lakevio-du-gout-n-34-3149139.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Tu es d'une folle gaîté ce matin, en plus, tu n'as pas respecté le confinement.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Canalblog déconne encore, mais je sais que Gwen a fait son devoir là :
http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2020/04/13/38194440.html

Écrit par : Fabie | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Gwen oublie, en pleine rêverie d'acheter ce u'elle était venue chercher au kiosque.
Le monde, ce matin, est en veine de déconfinement et de voyages, dans le temps et dans l'espace...

C'est là :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2020/04/13/38194440.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

et tu avais marqué quoi, sur ton Ausweis? balade hygiénique?
;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

En te lisant m'est revenu en mémoire un texte qui avait marqué mes 15 ans sur la grande peste à Londres.
As-tu remarqué qu'on ne fait plus aucune allusion au bilan chinois ? 3.300 morts ? Ils sont forts ou ils ne savent plus compter. Il est vrai que de bâtir un hôpital en moins d'une semaine n'est pas à la portée des Européens... ni même des Ricains de Trump !

Écrit par : Gwen | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Bédidon ! Ton texte va marquer mes narines, lorsque je sentirais l'odeur de barbecue chez mon voisin…
je me demandais où allait mener cette odeur qui environne ton texte… et bien voilà un grand feu de Morts…, à défaut de Joie. Rapide et moins coûteux que les Américains de New York qui empilent les cadavres dans des fosses communes sur une île.
En France, on n'a pas de masques, mais on a des idées !

Écrit par : alainx | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas si on arrivera jusque là, mais c'est bien parti ! et toujours pas de masque qui à mon avis dans de telles circonstances ne serviraient à rien;
Je n'ai pas fait mon devoir, je n'ai plus d'ordi ! il m' a tout viré, et celui ci où j'écris maintenant est si lent, mais lent ! Si j'ai la patience et le courage, je retenterai plus tard.

Écrit par : delia | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Normal, à l'occasion de Pâques d'écrire un texte en odeur de sainteté ! Par ailleurs, réjouis-toi d'avoir si bien senti : la perte de l'odorat est un des premiers symptômes ;-) ! Pour ma part, plus ludique, mais toujours inspiré par la même thématique. Nous restera-t-il de l'inspiration quand la pandémie sera terminée ? http://passionculture.be/2020/04/13/la-revanche/

Écrit par : Passion Culture | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Je le savais, je le savais que tu allais tomber sur un truc glauque..Toi, tu as vu ce qu'on fait des dépouilles des pauvres à New-York ( bravo le rêve américain)...En ce lundi de Pâques, ça rigole chez beaucoup.
J'ai enfin fait mon devoir, après avoir en vain ce matin cherché des élastiques pour donner à la voisine qui fabrique des masques. Tu veux voir ma figure avec un bout de tissu ? Je l'ai essayé et j'ai étouffé...Pauvres soignants, pauvres malades qui doivent supporter ça toute la journée.

Écrit par : Julie | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

PassionCulture nous montre et démontre la maturité atteinte par l'humanité...

C'est là :

http://passionculture.be/2020/04/13/la-revanche/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Juliette nous montre une magnifique promenade couverte dans son coin et nous parle de confinement.
Elle aussi ça l'em...bête.
C'est à lire là :

http://cearriveenfrance.over-blog.com/2020/04/devoir-du-gout-au-temps-du-coronavirus.et-si-tout-ceci-n-etait-qu-un-mauvais-reve.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Les images d'horreur en provenance d'Amérique te font faire des cauchemars je crois. Et il y a de quoi !
En retard mais c'est ici :
yvanne19@canalblog.com/archives/2020/04/13/38171815.hrml

Écrit par : Yvanne | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Yvanne a eu une illumination.
J'aurais peur, moi, si j'entendais les fleurs papoter.
Mais bon, Yvanne nous propose une idée de la façon dont on devrait profiter de la vie

C'est là :

http://yvanne19.canalblog.com/archives/2020/04/13/38196520.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Rassure-toi : je vais bien ! Et puis le covid n'atteint pas l'ouïe !

Écrit par : Yvanne | lundi, 13 avril 2020

alors là…!!!!! Tu fais fort le goût!!! on voit que t'as le moral !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

hé ben ! Tu frappes fort !!
Désolée mais la ville vide ne m'inspirait rien, peut être parce que je suis à la campagne... quoique j'aimerais bien me promener dans Paris actuellement (à Venise également)

Écrit par : ang/col | lundi, 13 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Charmant et ragoûtant. Pas désagréable cependant.

Je suis désolée d’avoir publié mon devoir, je le crains, avec un jour de retard.

Écrit par : Val | mardi, 14 avril 2020

Répondre à ce commentaire

EmiliaCelina a des envies de "BrigitteBardoteries" et de balades échevelées en Harey-Davidson C'est très chouette et c'est là :

http://emiliacelina.canalblog.com/archives/2020/04/13/38190734.html

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 14 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Val nous rappelle que Julien Green n'avait du goûté du coït que le côté triste.
Il est fort heureux que le bruit qui court ne soit qu'une légende sinon Val aurait fini sourde après ce devoir...

C'est là :

http://motsdeval.canalblog.com/archives/2020/04/14/38197925.html

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 14 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Je vis bien au-delà et pourtant, l'odeur arrive jusqu'ici. Ça me soulève le cœur !

Écrit par : Véro | mercredi, 15 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire