Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 mai 2020

Il est neuf heures, Paris s'éveille...


Je me suis levé tôt.
Sans réveiller la lumière de mes jours.
Néanmoins, comme chaque matin, mon absence du lit a réveillé Heure-Bleue.
Un peu plus longtemps après que je me suis levé car il était tôt.
J’avais une mission à remplir alors je lui ai préparé son petit déjeuner et je suis sorti.
Le temps était frais, doux et magnifique.
Comme toujours j’ai été heureux de vivre dans la lumière de la colline de Montmartre.
Cette lumière est encore plus belle que celle de l’Ouest parisien.
C’est celle du nord-ouest, je la préfère car elle n’a plus cette douceur un peu fausse de l’ouest.
Elle a une nuance plus marquée, plus franche mais pas plus dure.
Simplement plus marquée, un bleu un peu plus profond, un bleu qui s’éloigne du « bleu layette » que j’abhorre et qui attire si bien les taches sur le pull-over de la lumière de mes jours…
Cette petite promenade du matin, quasiment seul dans les rues qui mènent au Monoprix fut délicieuse.
Ne manquait à mon bras qu’Heure-Bleue pour que le monde fût parfait.
Pourtant, en passant devant la caserne de pompiers, encore fermée, je me suis arrêté.
En face cette caserne de pompiers, il y a un square.
Ce square est fermé depuis le 16 mars, veille du confinement.
Ça lui a réussi ! La végétation est foisonnante, les oiseaux qui n’avaient jamais pu passer une journée sans être dérangés par des hordes de gamins armés de ballons de foot ne le sont plus désormais que par quelques chats malingres.
Le square bruit du chant de tous ces piafs qui cuicuitent à qui mieux mieux, s’époumonant pour attirer celle qui voudra bien pondre leurs œufs.
J’ai marché d’un pas lent devant les grilles fermées, j’ai regardé toutes les fleurs qui ont toutes changé d’espèce en l’absence des jardiniers de la Ville.
Finalement, je suis allé pour rien au Monoprix.
J’avais pour tâche de ramener dès l’ouverture du magasin les masques qui seront obligatoires sous peu.
Hélas, à peine un quart d’heure après l’ouverture il n’y avait déjà plus de masques  au Monop’ !
Heureusement, près du Monoprix, il y a une pharmacie qui accepta de me vendre une boîte de cinquante masques chirurgicaux, les vrais, ceux qui quoiqu’inconfortables permettent de respirer.
« La boulangère a des écus qui ne lui coûtent guè-è-reuuu » dit la comptine.
Eh bien je peux dire que la pharmacienne aussi…
Je sais que ces masques valent 0.078€ pièce.
Je sais que tout le monde doit gagner sa vie.
Mais tout de même… Douze fois la mise…
C’est à ça qu’on voit que la différence entre « Loi de l’offre et de la demande » et « Marché noir » tient plus au fait que le pays est en guerre ou non.
Il y a des jours, comme ça où je me demande si, une fois la menace passée, on ne devrait pas tondre les actionnaires et les directeurs de la grande distribution.
Bon, pas la pharmacienne car ce serait dommage de tondre d’aussi beaux cheveux châtains…

Commentaires

Tu réussirais presque à me faire aimer Paris. C’est un compliment car t’es descriptions me sont plus belles que la vue de ce que tu décris.
Quant aux masques, eh oui...

Écrit par : Val | jeudi, 07 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Il est évident que ces masques ne sont pas à la portée de toutes les bourses...
Le virus a de beaux jours devant lui, et on va nous culpabiliser de ne pas prendre les précautions nécessaires !

Écrit par : Fabie | jeudi, 07 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Veux tu que je vous en envoie 2 ?
Faits maison et pas certifiés, mais c'est mieux que rien, non ?

Écrit par : Berthoise | jeudi, 07 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Paris s'éveille ? Ça rappelle une autre version de la chanson, chantée par Jacqueline Danno :
https://www.youtube.com/watch?v=bqwaju6MEzU

Écrit par : Henry | jeudi, 07 mai 2020

Répondre à ce commentaire

chez nous ils ne sont pas en rayon, mais à la caisse, de sorte qu'on ne peut en prendre qu'une boîte par personne :-)
mis je crois que je vais essayer de m'en fabricoter un moi-même, cousu main, le dernier chic ;-)

Écrit par : Adrienne | jeudi, 07 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Lectrice souterraine depuis un bail de votre petit groupe, je peux vous en envoyer 2 ou 3. J'ai du stock. En chomage partiel, je m'occupe à en faire plein pour mes proches , voisins et j'ai du rab.
N'hésitez pas. Donnez vos coordonnés à Monsieur Le Gout qui pourra me les transmettre. Tout ceci est fait gracieusement. C'est mon petit geste de solidarité. Anne

Écrit par : Anne | dimanche, 10 mai 2020

Bon, j'en ai quand même acheté une boîte de 50.
A usage normal, ça nous fait 100h de bus chacun...

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 07 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Le square bruit du chant des oiseaux...je ne retiens que cette magnifique phrase... :-)
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | jeudi, 07 mai 2020

Répondre à ce commentaire

J'ai adoré lé début de ta note, je m'y (re)voyais presque...
Pourquoi donc me ramener brutalement à la réalité? ;-)

Ici les masques sont à 49,50 la boîte de 50
Quelqu'un peut il m'expliquer comment vont faire les foyers à revenus modestes?
Bah c'est bien simple, ils vont tomber comme des mouches

Écrit par : Ambre | vendredi, 08 mai 2020

Répondre à ce commentaire

content de savoir que ce n'est plus "Paris la grise" comme le chante Lavilliers

Écrit par : les Caphys | vendredi, 08 mai 2020

Répondre à ce commentaire

49,50 aussi place Péreire.... 9,90 la visière plastique

Écrit par : Hilda | vendredi, 08 mai 2020

Répondre à ce commentaire

ici en pharmacie ils sont à 0,90 euros . on n est plus à un scandale près, c est un festival depuis le début . des amies nous en ont fait en tissu et je m y mettrai lorsque je retrouverai ma machine à coudre

Écrit par : ang/col | vendredi, 08 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire