Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 mai 2020

Ascension dans le bus...

Heure-Bleue me lance :
- On va être tranquille pendant quatre jours !
- Ils vont tous être partis à cent bornes d’ici !
Ai-je ajouté sans réfléchir.
Puis, me penchant sur la question j’ai douché l’enthousiasme de la lumière de mes jours.
- Ouais mais hélas…
- Oui ?
- On est toujours à cent bornes de quelqu’un d’autre…
On en a déduit que l’Ascension était un weekend de confinement étalé et qu’on serait probablement envahi par des gens venus à Paris sans réfléchir.
Il n’y a pas de AirBnB ces temps-ci.
Ces voyageurs venus de la campagne devront se retenir d’aller faire pipi faute de bistrots.
Quoique…
De plus en plus d’encoignures exhalent un parfum de toilettes de gare des années cinquante.
Hier déjà, nous étions sortis dans l’idée d’aller du côté de la rue de Lévis.
Le bus, bien qu’il ne fut pas loin des seize heures fatidiques qui nous interdiraient de le prendre, était occupé.
De travailleurs partant s’échiner à gagner les sous de leur patron ?
Que nenni ! De vieux !
Arrivés, nous avions l’idée d’acheter des choses que nous n’avons pas achetées mais avec un bouquet de pivoines qui sentent délicieusement bon.
J’ai failli, sur les conseils d’Heure-Bleue, acheter des chaussures.
J’ai fait des économies, la chaussure dite « bateau », malgré un prix genre « Weston », était entièrement chinoise et explique très bien pourquoi les Chinoises ont eu longtemps les pieds dans un état lamentable…
Alors à la place j’ai acheté une bouteille de vin chez Nicolas.
Ça n’a rien changé à mes chaussures mais amélioré considérablement le repas qui sans ça eut été bêtement frugal.
Nous avions aussi prévu de revenir à pied.
Hélas il faisait trop chaud pour la lumière de mes jours et nous avons décidé de reprendre le bus.
L’heure était au-delà de celle autorisée par la loi pour ceux qui ne rentrent pas du labeur.
Le Sacré-Cœur dans le lointain du boulevard des Batignolles était magnifique vu au travers d’un air transparent comme rarement.
Le 30 est arrivé et nous y sommes montés en priant le sort que ce voyage ne nous coûte pas deux prunes de 135 € chacune.
La maréchaussée aurait pu renflouer l’industrie automobile d’un coup rien qu’à monter dans ce bus.
Le bus était plein de vieux ! Que des vieux !
Le vieux est décidément désobéissant…
Nous, nous étions contents.
Nous avons toujours été désobéissants.
Et nous prenons peut-être des années, mais sauf pour les genoux, on n’arrive pas à être vieux.
À moins que, comme disait Brel, « il nous fallut bien du talent pour être vieux sans être adulte. »

Commentaires

Ce qui tend à prouver que 16h n'est pas un horaire de pointe, et qu'il serait bien de décaler cette heure.
Je ne suis pas très obéissante, mais je crois que je n'aurais pas risqué 135€ x 2 ...
Ce matin, un "monsieur" a uriné sous nos yeux (on le voyait bien) sur un parking quasiment vide !

Écrit par : Fabie | mercredi, 20 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle lecture !
Une bonne journée à vous et un bon Mai !
Einstein Code

Écrit par : Einstein Code | mercredi, 20 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette tranche de vie et pour le rappel de cette citation de Brel !

Écrit par : Passion Culture | mercredi, 20 mai 2020

Répondre à ce commentaire

très drôle, ton billet :-)
franchement amusant

Écrit par : Adrienne | jeudi, 21 mai 2020

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup me ranger dans la catégorie "vieux sans être adulte"... hihihi !

Belle fin de semaine, insolente, désobéissante, joyeuse...

Bises à toi et HB.

Écrit par : lakevio | vendredi, 22 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Comme ,vous avez raison de décider que vous n'étiez pas (pas encore) adultes ! Malgré mes 88 ans qui datent de mercredi, je suis vieille, ça oui ! mais pas vraiment adulte.
Vive la vie !
Mon verre est toujours à moitié plein !
Je traverse la vie avec des lunettes roses devant les yeux !
Na !

Écrit par : Gwen | vendredi, 22 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire