Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 juillet 2020

Je fais souvent ce rêve, étrange mais pas pénétrant...

clown de la République.jpg

Cette nuit j’ai été réveillé en sursaut par un rêve.
Déjà, depuis quelque temps, je rêve souvent de ma mère.
Trop souvent à mon goût mais on n’est pas maître de ses rêves, n’est-ce pas ?
Puis, cette nuit donc, je me suis réveillé en sursaut.
Plus exactement j’ai été réveillé en sursaut par un rêve.
Ce n’était pas un cauchemar, non, juste un rêve.
Alors ? Qu’avait donc ce rêve de si particulier pour qu’il m’a réveillé brutalement ?
Eh bien, ce rêve avait ceci d’étrange que je rêvais d’un rêve que j’avais déjà fait il y a quelques années.
Rien de bien sérieux, j’étais dans une rue de Paris qui n’existe pas.
Je le sais, je connais toutes les rues de Paris où il y a les boutiques qui vendent ce que cette boutique expose.
Je revoyais parfaitement cette boutique.
Ce qui m’a tiré du sommeil, c’est que je me rappelais parfaitement toutes les étapes de ce rêve.
C’est là que je me suis dit, alors que je me levais pour aller boire un verre d’eau « Mon pauvre, pauvre Goût-des-autres… Tu as vraiment vieilli… »
Oui, je me suis dit ça en avalant une gorgée d’eau vaguement tiède et au goût de javel plutôt marqué tandis qu’une odeur de bois brûlé planait dans la rue et la cour de d’immeuble.
Eh oui, lectrices chéries, je me suis rendu à l’évidence : Je « radote du rêve » maintenant…
Pour l’odeur de bois brûlé, la lumière de mes jours m’a éclairé ce matin, m’apprenant qu’un incendie s’était déclaré plus haut sur la colline de Montmartre.
Tout de même, ces rêves me « turlupinent ».
Celui où ma mère « tourne et vire » comme elle disait, toujours dans le même appartement qui n’est « ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre » mais semble l’exigu logement de mon enfance et me laisse toujours cette impression agaçante d’inachevé.
L’autre aussi, avec cette boutique dont je sens bien qu’elle n’existe pas et où je n’achèterai jamais rien mais que je connais.
Un autre aussi, récurrent, où je traîne dans le cimetière de Montmartre et où je m’arrête devant une tombe inconnue qui me laisse le cœur serré pour une raison si bien cachée que je ne la connais pas.
Heureusement que c’est l’été, qu’il fait beau et qu’on va aller au BHV changer un livre qu’Heure-Bleue a acheté la semaine dernière pour s’apercevoir, à peine revenue à la maison, qu’elle l’avait déjà lu…
Peut-être même nous arrêterons-nous au café-tabac de l’angle de la rue de la Verrerie et de la rue du Temple pour boire quelque chose, servis par le type malgracieux de la semaine dernière.
Puis nous irons sûrement à la boutique « Au clown de la République » acheter les boules puantes dont le besoin risque, sans rire, de se faire sentir…

Commentaires

Je rêve sans doute puisque JM me dit souvent qu'il m'a entendue rire quelquefois .Mais je n'e'n garde jamais le souvenir. Idem pour les cauchemars. En revanche pour ces derniers, je me réveille en étant très mal. Dans ce cas, je me lève et comme toi je vais boire un verre d'eau.
Pour l'eau du robinet, j'ai une astuce qui vaut ce qu'elle vaut pour ôter le goût d'eau de Javel : je remplis une bouteille en verre que je laisse à température ambiante en temps ordinaire ou bien que je place au frigo quand il fait très chaud. Je change l'eau tous les jours bien sûr.

Écrit par : Yvanne | lundi, 27 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Si vous voulez des astuces de mémé j'en ai plein. Ne vous privez pas ! Mais les conseils, ça, je n'en donne à personne. Même pas en rêve ! :-)

Écrit par : Yvanne | lundi, 27 juillet 2020

Moi aussi, j'ai rêvé cette nuit. Un truc où je pontifiais, donnais des conseils à la con du haut de ma grande expérience.
Un rêve des plus absurdes, jamais je ne fais ça.

Écrit par : Berthoise | lundi, 27 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Moi aussi ça m'arrive, mais en vrai.
Heureusement Heure-Bleue m'arrête net avant que l'assistance ne me traite de vieux con...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 27 juillet 2020

Le "qui vivra verra" reste le conseil le plus prudent dans ces temps troublés .

Écrit par : Nina | lundi, 27 juillet 2020

le titre de ton billet, ahhhhhhhhhh! ce titre!
relis-le... tu verras qu'il est très spécial!

Écrit par : Coumarine | lundi, 27 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Oui, moi aussi le titre me fait rire...

Écrit par : Anita | lundi, 27 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Mais c'était fait exprès, mes chéries !
(Enfin... Presque...)

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 27 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

j'adore cette histoire de boules puantes, ça me fait bien rire :-)
(je rêve souvent de mon père ces dernières semaines mais je crois que c'est dû au projet de déménagement de ma mère, qui me laissera orpheline avant l'heure ;-))

Écrit par : Adrienne | lundi, 27 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

en principe, si je rêve (sûrement d'ailleurs) je ne m'en souviens pas sauf les fois où je rêve que je suis perdue et que je ne retrouve pas mon chemin alors que l'on m'attend à la maison...ça me réveille...je réalise que c'est un rêve ,me retourne ...et me rendors du sommeil du juste !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 27 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Ce sont des rêves itératifs... ou récurrents. Jusqu'au moment oû ils disparaissent... ils libèrent des émotions (comme dans le cimetière...) donc, tu n'arrives pas à rêver que tu pontifies ?
O;-)
Pontifex maximus ;-p
Je vais aussi me mettre en quête de boules puantes:-) mais d'un 7ème étage, ça risque d'être très approximatif...

Écrit par : Pivoine | mardi, 28 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire