Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 juillet 2020

Bis repetita placent. Parfois…

20200721_154412.jpg

Hier nous sommes retournés au BHV rendre le bouquin acheté la dernière fois par Heure-Bleue et déjà lu.
Elle en a trouvé un qu’elle n’a pas lu.
J’en ai trouvé un qu’il me semble ce matin avoir déjà lu…
En sortant du BHV, nous avons changé de café.
Après avoir évité le malgracieux du croisement des rues du Temple et de la Verrerie, nous sommes allés en face.
Ça nous a reposé un moment.
Assis tranquillement à l’ombre dans ce coin de rue désormais interdit à la circulation, nous avons regardé les passants.
Le peu d’entrain du serveur à s’enquérir de ce que nous souhaitions nous a permis d’apprécier l’absence de circulation pendant de longues minutes.
Reposés, nous nous sommes levés, pile quand il arrivait, et nous sommes partis vers un autre café.
Arrivés rue Rambuteau – préfet à l’origine des vespasiennes et de l’éclairage public des rues de Paris-, nous nous sommes assis à la terrasse d’un café que je connais depuis plus de cinquante ans et qui n’a guère changé depuis que de propriétaires et à peine d’aménagement.
Il est seulement devenu « moins popu ».
La clientèle passant de grossistes à « branchouilles » l’a mené à un service plein d’affectation.
C’est là qu’Heure-Bleue a montré que ses goûts pour l’étrangeté ne l’ont pas poussée que vers moi.
Elle prit tout à fait raisonnablement une glace et un verre d’eau.
J’ai choisi quant à moi un diabolo fraise.
La limonade m’a parue bizarre.
Oh ! Certes elle était française, un écusson en faisait foi sur le flacon.
Oh ! Certes elle était « bio », le sigle étoilé en faisait foi itou sur le flacon.
Le sirop de fraise était le vrai, le vieux, le rose en était pâle et acidulé.
Une autre sapidité, plus curieuse néanmoins m’a frappé.
La lumière de mes jours a aimé ce goût bizarre.
Le parfum de l’agave lui plaît…
Alors que je sais qu’elle n’aime pas la téquila.
Ce doit être le côté cactus qui lui plaît.
Il lui ressemble tant…

Commentaires

Oh, la dernière phrase... Méchant ! ;)
La pauvre qui a affronté la chaleur !
Et les boules puantes, vous les avez trouvées ?

Écrit par : Fabie | mardi, 28 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Non, mais c'est juste parce qu'il faisait trop chaud pour la lumière de mes jours.
Elle a abandonné à la moitié du chemin alors on a pris le 29...

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 28 juillet 2020

Je te connais sûrement moins bien que la plupart ici; alors il va falloir que tu m'expliques en quoi tu es étrange. Parce que je n'en ai pas du tout l'impression. :-) Ou alors je le suis autant que toi ? :-)

Écrit par : Yvanne | mardi, 28 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

C'est bien pratique de venir te lire après avoir lu la note d'Heure-Bleue, tu y réponds à la question que je viens de lui poser ;-)
J'aime vraiment bien ta manière de raconter...

Bonne journée :-)

Écrit par : Ambre | mardi, 28 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Tout se perd, même le sens du commerce, ces temps ci. Pas plus tard qu'il y a une heure, j'étais au téléphone avec une amie, qui me disait la même chose à propos d'un cafetier qui s'est montré désagréable avec eux, parce qu'ils avait choisi de changé de table aprés s'être rendu compte que la première était trop exposée au soleil, et qu'il n'avait pas que ça à faire que nettoyer les tables à 19 h ! (heure proche de la fermeture... ?)
Bref, eux ont fait comme vous, ils ont aussi changé de café.

Écrit par : delia | mardi, 28 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Rhôooo... pauvre lumière de tes jours, comme tu la traites.. on a aussi un bus 29. Il passe dans mon ancien quartier (la colonne du congrès ).
Et keske vous lisez ?
Au fait, c'est quoi le BHV ?
Bruxelles ville d'humanisme lol ?
(BVH ou encore Bruxelles Hal Vilvorde) ...

Écrit par : Pivoine | mardi, 28 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Nous avons par ailleurs la version de Madame, c'est toujours intéressant…

Écrit par : alainx | mardi, 28 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

elle est cactus mais toi tu piques ;-)

Écrit par : Adrienne | mardi, 28 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

oooh ! Il faut croire que tu aimes les épines !

Écrit par : emiliacelina | mardi, 28 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Dis donc, tu abuses ! Cactus, Michèle ? A peine aussi caustique que toi !

Derrière le masque, je ris.

Bises

Écrit par : lakevio | jeudi, 30 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire