Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 29 août 2020

Sonate d’automne.

Ouais, mais en plus gai quand même…

20181005_133811.jpg

Ce matin, il fait un temps d’automne.
Il y a ce je ne sais quoi dans l’air qui me pousse à la rêverie.
La rêverie va s’arrêter très bientôt car il nous faut aller plus haut pour acheter quelques légumes et fruits.
Le temps est idéal, pas trop chaud pour la lumière de mes jours ni trop frais pour moi.
Le temps est doux.
Nous irons donc plus haut, la lumière de mes jours à mon bras.
Hélas, rêvasser avec un masque a ce petit quelque chose qui vous gâche la promenade…
Respirer l’ambiance de la ville, apprécier ce léger vent qui accompagne souvent ce temps un peu gris qui donne un ton vaguement mélancolique aux rues parcourues d’un pas lent.
Je ne vous avais pas dit que j’aimais ce moment de l’année ?
Ce temps qui dit la fin de l’été, la rentrée, les séparations de fin de vacances, les amours cessantes, la naissance de nouvelles et l’espoir de la perpétuation de celui qu’on vit.
J’aime l’automne.
Celui du temps doux, celui des coups de pied dans les feuilles mortes, celui du craquement de ces mêmes feuilles mortes sous mes pas.
Hélas, respirer mon haleine qui va devenir fétide à force de réclusion dans le masque m’empêche de sentir l’odeur des feuilles mortes qui se ramassent à la pelle tandis que j’espère ne pas avoir à dire « les amours mortes et les regrets aussi ».
Enfin, du moment que je ne vois pas la pluie effacer les pas des amants désunis…
J’ai envie d’aller au Jardin des Plantes.
Il y a dans les allées plein de feuilles mortes, plein d’amoureux sur les bancs.
Et j’aime l’idée de passer un moment dehors, dans la verdure et surtout sans masque.
Même si prendre ensuite le 63 jusqu’à Michel Debré, faire une centaine de mètres jusqu’à Saint Germain des Prés se fera avec le masque sur la figure.
S’arrêter pour prendre un café à la terrasse du « Québec ».
En profiter pour écouter les piliers de comptoir pester contre le port du masque entre deux « p’tite Côtes » et trois « tu nous r’mets ça ? ».
Puis traverser le boulevard Saint Germain, passer devant les « Deux Magots » qui n’est plus qu’un piège à touristes jouant à se « parisianiser » depuis la mort de François Nourissier, ce faux « Hussard » qui s’y montrait complaisamment à la terrasse.
Je me demande d’ailleurs s’il n’était pas payé par les « Deux Magots » pour attirer le client avide de reconnaissance sociale...  
Enfin monter dans le 95, juste devant l’église Saint Germain des Prés et revenir à la maison.

Commentaires

Traverser Paris en bus, plaisir rarissime pour une banlieusarde. Alors, raconte ce qu'on voit au premier étage.

Écrit par : Nina | samedi, 29 août 2020

Répondre à ce commentaire

Je suis née le jour de l'automne. Aussi, j'aime dire que je suis sa fille. Et je l'aime. Comme toi. Pour la lumière du jour plus douce, le soleil plus caressant, les couleurs et les odeurs dans mes bois, cette mélancolie qu'elle porte avec elle et qui, souvent, me va bien.

Écrit par : Yvanne | samedi, 29 août 2020

Répondre à ce commentaire

Non pas ici. Il fait très bon.L'automne avance tout doucement, à petits pas, sans faire de bruit. :-)

Écrit par : Yvanne | samedi, 29 août 2020

??????????????????

Écrit par : Yvanne | lundi, 31 août 2020

L'automne au mois d'août c'est un peu tôt quand même. ;)

Écrit par : Fabie | samedi, 29 août 2020

Répondre à ce commentaire

AH l'automne !( avec des trémolos dans la voix)
C'est vrai que ça s'est bien rafraîchi.

Écrit par : Berthoise | samedi, 29 août 2020

Répondre à ce commentaire

J'ai déjà remarqué qu' à la fin août, il fait parfois un temps curieusement automnal... à la maison, on rallumait le poêle à gaz de la cuisine. Il fait carrément 9 degrés de moins que pendant la canicule.
Et moins chaud que le soir de l'incendie...
Dont je me remets vaille que vaille...
Tu es en verve...

Fais nous donc un peu profiter de ce Paris zone rouge, comme le film. Nous sommes aussi zone rouge d'ailleurs...

Écrit par : Pivoine | samedi, 29 août 2020

Répondre à ce commentaire

Mais ce n’est pas obligatoire partout, même au Jardin des Plantes le masque à Paris ?

Écrit par : Anita | samedi, 29 août 2020

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas si net.
J'aurais pensé que "l'espace public" comportait les parcs et jardins de Paris mais le "square dance" entre la Préfecture et l'Hôtel de Ville laisse quelque espoir.
Les grands parcs et grands jardins (Monceau, Nouvelle France, Jardin des Plantes, Montsouris, Jardin des Champs Elysées et Square Marigny) sont vastes et peu peuplés, il est donc fortement question de n'y exiger que la "distanciation".

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 29 août 2020

oui ça sent tellement l'automne qu'on s'étonne de voir les arbres encore tout verts :-)

Écrit par : Adrienne | dimanche, 30 août 2020

Répondre à ce commentaire

Comme tu as raison d'aimer l'automne ! Cela surprend beaucoup lorsque je dis que c'est ma saison préférée. On me parle de Toussaint, de mort, d'hiver... Moi je ne vois que les splendeurs que la Nature nous offre, ses teintes flamboyantes et mordorées, ses parfums d'humus...
Bref, j'aime et je ne changerai pas d'avis à mon âge...

Écrit par : Gwen | dimanche, 30 août 2020

Répondre à ce commentaire

??????????????????

Écrit par : Yvanne | lundi, 31 août 2020

Répondre à ce commentaire

@ Le Goût : je pense que tu n'as pas lu mes messages. Veux-tu enlever cette série de points d'interrogations qui n'ont pas lieu d'être . Merci.

Écrit par : Yvanne | mardi, 01 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire