Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 janvier 2021

Les temps sont durs alors le temps dure…

Rue-Foyatier.jpg

Comme vous le pensez à juste titre, lectrices chéries, je n’ai rien à vous dire.
Pourtant…
Si vous saviez comme j’aimerais vous conter des histoires comme dans les films de Lelouch…
Avec votre serviteur, tenant la lumière de ses jours par la main sur une plage, courant dans le sable encore humide de la dernière vague découvrant l’estran…
Ou bien votre serviteur, encore lui, au bras de la lumière de ses jours, flânant dans des forêts verdoyantes et vides de foule, donnant de temps à autre un léger coup de pied dans un monticule de feuilles tomenteuses.
Oui, j’aime bien, ça fait plutôt « gens bien » de mettre « estran » et « tomenteuses » dans un récit je trouve.
Ou encore, toujours joyeux, votre serviteur parcourant les rues de la butte Montmartre, se demandant s’il va tenter de battre le funiculaire en une course où je gravirais ces fichues marches qui mènent jusqu’à la place du cardinal Dubois.
Enfin, je gravirais ces marches d’un pas allègre si un souffle cachectique ne coupait net mon entrain.
« Cachectique » ausi, ça pose et c’est pas toujours facile à caser dans un texte mais bon…
Comme je trouve « Dubois » très commun, je pense que finalement, je monterai la dernière volée de marches pour arriver rue Azaïs.
« Azaïs »… Quel joli nom…
C’est celui d’un philosophe naïf au point de croire qu’il avait découvert à lui seul l’alpha et l’oméga de toute chose ici-bas.
Mais il avait un si joli nom.
J’aurais bien vu ce nom habiller une danseuse de cabaret.
Danseuse croquée par Toulouse-Lautrec dans un sens et par Degas dans les deux sens.
C’eût été plus classieux que « La Goulue ».
Sinon, lectrices chéries, à part rêvasser à ça, me chamailler avec la lumière de mes jours pour savoir qui va aller faire le lit – de fait c’est presque toujours moi – et aller chercher le pain, que voulez-vous que je fasse ?
Alors, comme je n’ai rien à vous raconter, je vous en fais tout de même part…
C’est dommage, ça aurait été bien…

Commentaires

Bonjour ! Faire le lit, avec une couette c'est assez simple, il n'y a qu'à la tirer et la tapotiner. Je me souviens étant adolescente, de la couverture et du drap qu'il fallait tirer dans tous les sens (en les remettant bien ensemble) et les border. Puis remettre le couvre-lit... Le cauchemar tous les matins !
Pour le moment je n'ai pas trop le courage de me mesurer au funiculaire, la dernière fois que je suis montée sur la butte j'ai fait des détours pour prendre des rues sans escaliers. Le funiculaire, ça fait une éternité que je ne l'ai pas pris ! Je monre a pied toujours... Bon weekend.

Écrit par : Isabelle Z | samedi, 16 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

la tapotiner ! que c'est mignon !!!

Écrit par : Ambre | samedi, 16 janvier 2021

Ben c'est tout mignon ça ! finalement c'est le "devoir" proposé par Ambre ;-)

Écrit par : Praline | samedi, 16 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Délicieux ! Tout ce que j'aime ! et ta photo est superbe !!! (j'adore ce coin, qui me rappelle tant de très jolis souvenirs...)
Est-ce que ce matin, c'est tout blanc ?

Bonne journée !

Écrit par : Ambre | samedi, 16 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

J’ai l’impression que demain, tu vas pouvoir nous raconter : hier il a neigé à Paris...
Bonne soirée à vous deux.

Écrit par : Anita | samedi, 16 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Bref, tu es comme notre ami Raymond : "Mesdames et messieurs, moi, lorsque je n´ai rien à dire, je veux qu´on le sache ! Je veux en faire profiter les autres ! Et si, vous-mêmes, mesdames et messieurs, vous n´avez rien à dire, eh bien, on en parle, on en discute!" ;-)

Écrit par : Passion Culture | dimanche, 17 janvier 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire