Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 août 2021

La rareté...

1280px-The_Magnificent_Seven_cast_publicity_photo.jpg

Vous savez quoi, lectrices chéries ?
Je vais d’abord vous demander de pardonner cette note un peu longue.
Que je vous dise, j’avais un copain qui avait, dans les années soixante-dix, épousé une Anglaise et l’avait suivie dans ce pluvieux pays.
J’ai donc cette nuit fait un rêve.
J’ai rêvé de ce copain perdu de vue.
J’avais bien sûr pensé à lui de temps à autre et cherché si, par hasard, il était repassé en France.
Au hasard de mes recherches sur l’annuaire, j’étais tombé par hasard sur son nom.
Il était de nouveau rue Championnet mais quatre immeubles plus loin sur le même trottoir.
J’avais tenté d’appeler ce numéro plusieurs fois il y a quelques années et chaque fois la sonnerie avait retenti longuement sans réponse.
Ce matin, donc, je me suis réveillé avec la certitude que mon copain était mort.
Je dispose de deux numéros censés me permettre de l’appeler.
Pendant que je vous raconte ça, me reviennent les circonstances dans lesquelles je l’ai connu.
Sachez que quand j’étais gamin, mon prénom ne me plaisait pas.
Mais alors pas du tout.
Vous vous en foutez, je le sais…
Maintenant je me suis habitué mais mettez-vous à ma place, deux secondes.
À part un copain de pension qui s’appelait « Loïc » et qui me tannait avec sa Bretagne natale, j’étais entouré dans mon quartier d’une foule de Michel, André, Gérard et Bernard.
Il y avait bien de rares Philippe dus sans doute à la distraction de parents qui n’avaient pas eu vent de l’opprobre qui s’attachait à ce prénom.
Je n’avais évidemment pas le droit de parler à la foule des Mohammed, Mouloud et autres Rachid, des fois qu’être arabe, ça soit contagieux…
D’ailleurs ils ne cherchaient pas non plus à me parler.
Depuis ma rencontre de la maternelle avec Malika, celle aux yeux si bleus qui me donnait la main, la méfiance s’était installée…
Ma mère m’avoua bien plus tard avoir choisi mon prénom parce qu’elle était tombée amoureuse, avec un manque de clairvoyance désastreux, de Jean Marais dans « L’éternel retour »…
Je n’étais encore pas le snob que je suis devenu après des années de ce lycée plein de « bourges ».
Alors, lectrices chéries, honteux de mon prénom peu courant, si vous saviez comme j’eus aimé que des « potes » et pas des « copains », m’appelassent « Dédé », « Gégé » ou « Nanard » et me donnassent des claques sur l’épaule.
Oui, il vous faut savoir que « Nénesse » et « Bébert » étaient déjà passés de mode…
En foi de quoi, j’ai détesté mon prénom jusqu’à ce que je devinsse copain avec un garçon de la rue Championnet.
Je vous ai déjà parlé de Bernard R. à propos du square Saint-Lambert quand nous étions plus vieux.
J’avais fait sa connaissance quelques années auparavant, alors que je faisais les courses dans le coin avec ma mère et que je regardais les photos du cinéma « Ornano Palace », là où j’avais vu « Les dix commandements ».
Bernard R. était un garçon brun et mat, comme votre serviteur mais en encore plus timide.
Nous avions engagé la conversation timidement sur Stewart Granger car évidemment, « l’Ornano Palace » proposait un vieux western.
Quand sa mère vint le prendre, on se donna rendez-vous pour le jeudi.
Ma mère ne dit rien mais n’agréa pas franchement jusqu’à ce que Bernard lui dise poliment « Au revoir madame ».
Ma mère, bien qu’elle n’appréciât pas vraiment que je devienne copain avec des garçons du quartier, dans sa hantise de « l’accent voyous de la Porte de Clignancourt », fut satisfaite de mon nouveau copain.
Quelques années plus tard, s’il quitta l’école pour un travail d’apprenti mécanicien à la RATP toute proche, nous restâmes copains.
Et c’est lui qui, un après-midi d’été de sa dernière année d’école me confia quelque chose qui me fit considérer autrement mon prénom.
Bernard me confia tristement un jour qu’on était assis sur un banc du square Clignancourt, ce havre de paix quasiment bourgeois :
- Pfff… T’as du pot, toi.
C’était bien la première fois qu’on me disait que j’avais du pot.
J’allais au lycée, j’avais des devoirs, j’avais perdu un œil avec une fusée et ma mère m’achetait des habits choisis rien que pour me faire honte.
- Pourquoi j’ai du pot ?
- Ben tu t’appelles pas Bernard…
- C’est chouette Bernard ! Yen a plein !
- Ben justement… Toi au moins…
- Quoi moi ?
- Toi, ton nom « y fait classe », d’abord y en a pas beaucoup…
- Ah ?
- Ben t’es le seul Patrice que je connais…
Depuis, j’aime bien mon prénom qui n’était devenu courant que vers les années soixante puis recommença à se raréfier à partir des années soixante-dix.
J’aurais donc passé ma vie dans la rareté…
Je vais donc tenter aujourd'hui d'appeler les deux numéros qui me restent de lui...

Commentaires

et bien, on attend avec impatience le résultat de ces deux appels téléphoniques (on est en plein Modiano sur ce coup-là ;-))

Écrit par : Adrienne | mardi, 17 août 2021

Répondre à ce commentaire

Un parent espagnol s'appelait Jésùs Amores (prénom et nom). Mon prénom est un secret d'état même si l' on me dit (maintenant) qu'il est joli (ah,bon?).

Écrit par : Nina | mardi, 17 août 2021

Répondre à ce commentaire

Ma voisine du dessous et son époux normèrent leur fille Patrice, rare aussi !

Écrit par : mume | mardi, 17 août 2021

Répondre à ce commentaire

Le mari d'une de mes cousines préférées, un vrai parisien, s'appelait Patrice et était très sympathique : quand j'avais 16 ans (il y a .....je ne le dirai pas...) il m'a fait visiter Paris en moto . Un si beau souvenir pour la petite provinciale que j'étais !

Écrit par : Ginou | mardi, 17 août 2021

Répondre à ce commentaire

Je dois mon prénom aux Visiteurs du Soir via mon père... ;)

Écrit par : Do | mardi, 17 août 2021

Répondre à ce commentaire

Pourvu que l'un de ces numéros réponde, tu seras fixé sur ton r^ve qui je l'espère n'est pas prémonitoire !

Écrit par : delia | mardi, 17 août 2021

Répondre à ce commentaire

voyons Patrice comme Patricia c'est très joli !!! ;)

Écrit par : ang/col | mardi, 17 août 2021

Répondre à ce commentaire

Bonjour Patrice,
j'aime beaucoup ta note et j'aime aussi beaucoup ton prénom.

Je crois que nous sommes nombreux à ne pas aimer notre prénom, c'était mon cas, ça l'est encore puisque je ne supporte pas qu'on m'appelle autrement qu'avec mon diminutif courant.

En revanche je n'ai pas eu du tout le même problème que toi. Ma mère s'était attachée à rechercher un prénom "rare" (le mien l'était quand je suis née) et original pour chacun de ses enfants. Elle me le disait souvent et c'était valorisant que mes parents aient recherché ce "rare" prénom pour leur fille.... si bien qu'elle a fait sacrément la tête à sa voisine et amie (la mère de mon ami d'enfance Jean-Paul) quand celle ci est revenue du "magasin des bébés" (dixit ma mère) avec une petite fille qu'elle avait appelée comme moi tellement elle trouvait ce prénom joli...... ;-)

J'espère que tu vas réussir à le joindre, cet ami, et que tu nous raconteras la suite ...
Bonne journée à toi

Écrit par : Ambre | mercredi, 18 août 2021

Répondre à ce commentaire

(quand on n'aime pas son prénom, souvent ça a rarement à voir avec le prénom en question ;-))

Écrit par : Ambre | mercredi, 18 août 2021

Répondre à ce commentaire

j'ai bien aimé ta note. Moi non plus je n'ai pas aimé mon prénom ni les 2 autres ,( ceux de mes grand'mères) et ils sont maintenant très à la mode : "Zoé et Louise". Mon prénom m'a été donné pour rappeler celui de mon oncle décédé en 1940... je devais m'appeler Françoise... jugé trop commun par ma mère elle trouva celui que je porte, et tous ceux qui le connaissent le trouvent joli et pas ordinaire. Justement, Etant très timide je n'aimais pas me faire remarquer...
J'espère que tu vas retrouver ton copain ... les rêves prémonitoires me font peur !

Écrit par : Francelyne | mercredi, 18 août 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire