Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 janvier 2022

Devoir de Lakevio du Goût N° 110

Devoir de Lakevio du Goût_110.jpg

Qui est-il, que pense-t-il, ce pianiste ?
Qui est-elle, que pense-t-elle, assise sur le piano ?
Bah ! On verra bien lundi ce qui sort de ces deux questions…
J’espère que, comme toujours, vous écrirez.
Des choses drôles, des choses tristes, des choses qui poussent à réfléchir, des choses qui indignent, des choses qui soulagent, des choses qui reposent, des choses qui fatiguent, des choses qui guérissent.
Des choses qui, comme chaque fois enseignent…
Bref, des choses à lire.

***

Tu parles d’un boulot !
J’ai encore raté une audition et je suis là, assise sur le piano, à me demander si le pianiste regarde mes jambes ou la partition…
Il n’est pas mal mais je me demande si ses baisers n’ont pas plus le goût de la clope que de l’amour…
Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour manger tout juste à sa faim…
Coincée là jusqu’à quatre ou cinq heures du matin, à distiller du sirop pour des gens qui sont venus tromper leur ennui en buvant et en riant trop fort.
J’ai surtout un peu peur de rentrer chez moi dans la nuit.
Peur de croiser en sortant un de ces types éméchés qui va se prendre pour Don Juan et s’énerver quand je déclinerai son invite trop brutale.
Peut-être le pianiste sera-t-il plus « cool », il a l’air revenu de tout.
Il n’a pas l’air d’un type à me coincer dans l’escalier…
J’aurais dû penser à ma bombe lacrymogène, posée sur la tablette de l’entrée elle ne risque pas de de me défendre contre qui que ce soit.

***

Et elle…
Elle qui tente de chanter « As time goes by ».
Comme si elle pouvait avoir les accents de Billie Holiday…
La pauvre, elle ne fume même pas une cigarette par semaine et ne picole même pas !
Pour chanter ça et que ça te noue les tripes, il faut au moins deux paquets de blondes sans filtre, se piquer deux fois par jour et agrémenter tout ça de grandes rasades de rye !
Cette petite est bien trop clean pour chanter ça…
Elle fait ce qu’elle peut avec sa voix bien placée, un chouette brin de voix avec son vibrato juste ce qu’il faut.
Elle est comme moi, elle en a besoin de ce boulot…
D’ailleurs, son bas est troué sur la cheville droite et ce n’est pas le genre à la jouer « grunge »…
Bon, moi c’est au bout d’une chaussette que j’ai le trou mais au moins ça ne se voit pas.
Et puis, je dois avouer qu’il est heureux que ce trou fixe mon attention de temps en temps.
Je souffle de côté pour éviter d’avoir la fumée de ma cigarette dans les yeux et je la regarde chanter tandis que mes doigts courent sur le clavier.
J’ai accompagné mille fois « As time goes by », mes doigts n’ont pas besoin de moi pour faire leur travail…
Je ne regarde la partition que pour éviter que mon regard ne remonte le long de ses jambes et ne me pousse à « en mettre plein à côté » en essayant de deviner les merveilles cachées dans l’ombre de sa « minijupe ».
Elle a une voix de contralto bien placée qui ne colle pas avec la chanson.
J’aimerais qu’elle chante « Die schöne müllerin » rien que pour moi, je me prendrais un instant pour Edwin Fischer à l’accompagner.
Est-ce que Schubert passerait, ici ?
Là, à l’instant, est-ce que ça passerait dans cette boîte pleine de maquereaux et de demi-mondaines ?
Je crois que je vais lui demander si elle veut que je la raccompagne avant qu’elle ne fasse une mauvaise rencontre.
Enfin, une rencontre pire encore que ma pomme…

Commentaires

Alainx lui aussi nous traîne dans un bastringue.
Il le fait super bien, on jurerait qu'il a gagné sa croûte dans ce genre d'établissement.
Il me plonge dans la "Série Noire" des années 50...
C'est là :

https://alainx3.blogspot.com/2022/01/piano-bar.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Adrienne m'a lâchement abandonné.
Son devoir n'est pas là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2022/01/10/h-comme-histoire-familiale/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Celestine est ramenée en un temps passé...
Un blogueur l'a semble-t-il envoûtée un moment.
Je ne sais pas s'il jouait du piano, debout ou assis.
C'est là

https://celestinetroussecotte.blogspot.com/2022/01/volutes-de-souvenirs.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Colombine est revenue après une trop longue absence et c'est pour nous conter une chouette histoire.
Etonnamment, elle n'y fait pas preuve du cynisme habituel.
C'est encore meilleur de voir quelqu'un dont on ne sait s'il résiste à la tentation ou s'il n'y a pas de tentation...
C'est là :

http://demainestunautrejour.eklablog.com/le-chant-de-la-sirene-a211730902

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Délia a fait "une histoire simple", une histoire d'amour, très astuciesue.
C'est là :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2022/01/yves-et-marilyn.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Emilia Celina nous raconte une histoire sacrément bien tournée.
On se demande si elle n'a pas été pianiste...
Mais là elle plaint le piano !
Mais le pianiste ? Hein ?
C'est là :

http://emiliacelina.canalblog.com/archives/2022/01/10/39294565.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Fabie nous parle d'une affiche de cinéma.
Et ça suscite des réactions variées.
C'est là :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/meurtre-au-piano-bar-a211726060

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Gwen nousparle de piano et de Marilyn mais sans Joe Di Maggio...
C'est là :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2022/01/10/39297672.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue a l'art de mettre le doigt (!) sur le détail gênant.
Celui qui gâche les meilleurs moments...
Cest là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2022/01/10/devoir-de-lakevio-du-gout-n-110-3263235.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Tu as un côté chevalier servant, elle est chouette ton histoire.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Vas y Jeannot attaque ! elle est prête à se laisser accompagner jusqu'au bout d'la rue.

Écrit par : delia | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Ah ! Le point de vue des deux protagonistes : j'avais pensé prendre cette voie.
Il est chouette ton texte. L'ambiguïté de ces rapports dans les milieux interlopes.
C'est bien vu.

Écrit par : alainx | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Bien sûr ! Propos lui de la racompagner...elle sera ravie ,

Écrit par : Emiliacelinah | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

C'est fou, cette idée comme quoi il faut s'adonner aux substances illicites pour être un artiste digne de se nom...En somme, se déglinguer les tripes pour nouer celles du public...
:-) :-) Mais je sens l'histoire d'amour derrière le cynisme...
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : Célestine | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Eh Célestine ! Tu sais que pour avoir la voix de Billie Holiday, le lait fraise n'est pas hyper efficace.
Je ne prétendais pas un instant qu'il faille se piquer ou cloper pour une bête pour être un artiste, n'importe quelle Elisabeth Schwartzkopf, Maria Callas ou Régine Crespin le prouve.
Le langage reste bien le principal obstacle à la communication... ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 10 janvier 2022

J'ai mal interprété ton paragraphe « Pour chanter ça et que ça te noue les tripes, il faut au moins deux paquets de blondes sans filtre, se piquer deux fois par jour et agrémenter tout ça de grandes rasades de rye ! »
Tu as raison, le langage, quelle source d'embrouilles

Écrit par : Célestine | mardi, 11 janvier 2022

Dis donc, tu en connais un rayon sur la musique de l'époque ! Je suis sûre que s'il la raccompagne, ce sera le départ d'une romance qui durera ... un moment ?
NB - J'ai compris pourquoi on ne peut pas accéder à ton blog en cliquant sur un post : ton adresse est incomplète !
Autre chose : il faut taper nos coordonnées à chaque fois, et chez HB c'est du pareil au même...

Écrit par : Gwen | lundi, 10 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

réaliste et un peu triste comme ces cabarets à l'aube

Écrit par : ang/col | mardi, 11 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Le pianiste de bar est troublée par la belle chanteuse qui entonne avec une audace folle « As time goes by » .J'aime l'ambiance de votre texte, on s'y croirait. Si seulement on pouvait revenir à cette douce époque ou les nuits sont plus belles que nos jours ...

Écrit par : Jerry OX | jeudi, 13 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Il a tellement visionné "Casablanca" qu'il a fini par avoir des allures de Bogey, ton pianiste ;-)

Quant à la chanteuse, il lui manque sans doute manifestement l'insondable nostalgie qui habite les yeux d'Ingrid Bergman... et le souffle infini de souffrance qui déchire la voix de Lady Day, celle qui désirait "chanter comme Armstrong joue de la trompette"... Trop lisse, mais quand même faite pour Schubert, comme quoi rien n'est perdu. :-)

Écrit par : La Baladine | vendredi, 14 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire