Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 janvier 2022

113ème devoir de Lakevio du Goût

Devoir de Lakevio du Goût_113.jpg

Cette toile de Joseph Lorusso me pousse à me poser quelques questions.
Dont celle-ci : Que fait cette femme, là, dans ce café ?
Je crois avoir une idée.
Elle ne vaut sûrement pas les vôtres mais je vous en ferai part lundi.
Si je n’ai pas trop de cartons à faire…


Commentaires

"Ben,ouich... j'attend ...le, le mec... qui,qui ... m... j'ai soif...dormir!"

Écrit par : Nina | vendredi, 28 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Bingo ! Lorusso l' a peinte endormie !!!

Écrit par : Nina | vendredi, 28 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

merci! ce sera fait :-)

Écrit par : Adrienne | samedi, 29 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Ça doit être celle que les copains appellent 6-rrhose (comme nous l'enseignait Annie Cordy)

Écrit par : alainx | samedi, 29 janvier 2022

Répondre à ce commentaire

Cette dame, c'est la copine de d'Ellen Andrée, l'actrice et modèle qui pose dans le tableau "Dans un café" (connu aussi sous le titre "L'absinthe") de Degas.

Voilà la vraie et authentique histoire croisée de ces deux tableaux :

Elles avaient un bête RV entre copines de sorties nocturnes et se sont loupés. Erreur sur les horaires, sur le lieux, ayant l'une comme l'autre oublié leurs portables, elles ne pouvaient plus se joindre.
Alors du coup en attendant que l'autre arrive, on boit un coup pour patienter, un deuxième suivit d'un suivant puis de nombreux autres et hop, on finit pompette et plus ou moins dans les brumes de la pensée.

Les deux peintres qui étaient copains, se sont retrouvés le soir même dans la piaule de Degas. Et ça commence à discuter de tout et de rien.
L'un raconte à l'autre ".... Oh frère, je suis passé devant un café ce soir, y avait une gonzesse, elle était ronde comme une queue de pelle"
Et l'autre de répondre : "Sérieux ? J'en ai vu une moi aussi, seule, hagarde, les yeux dans le vide qui avait bien bien picolé"

L'alcool aidant les deux compères émirent l'idée de faire de ces deux dames isolées et éméchées les héroïnes désenchantées d'un tableau dont l'un répondrait à l'autre.

C'est ainsi que sont nés ces deux œuvres dont l'une a quand même eut plus de succès que l'autre.

Je pense qu'un peu de vérité historique ne fait pas de mal dans ce blog dédié à la création et aux inventions littéraires !

Bonne journée.

Écrit par : Gier | mercredi, 09 février 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire