Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 mai 2022

Te regarder t’échiner, c’est ma saison préférée

Ouais bon, je sais...

le-burkini-va-t-il-etre-autorise-dans-les-piscines-de_6467909_676x385p.jpg

Un commentaire de Fabie sur le « Devoir de Lakevio du Goût » rendu lundi par Juliette a retenu mon attention.
Fabie m’a rappelé qu’hier la ville de Grenoble s’est illustrée dans un sport désormais répandu : La mise à l’écart du corps des femmes.
Comme l’aurait affirmé n’importe quel « taleb », le corps des femmes ne leur appartient pas.
Le soutien inattendu de la Cours Suprême des États-Unis d’Amérique à cette idée d’un autre âge ne m’a finalement pas surpris.
J’avais été époustouflé il y a quelques jours par une information entendue dans mon « poste », ce petit machin qui me susurre les nouvelles d’un monde déjanté.
C’est une « nouveauté » venue des USA et vieille comme le hijab…
Ça s’appelle le « rape look » et c’est à propos de Patrick Timsit qui s’en serait rendu coupable.
C’est là que j’ai appris que porter un regard un peu insistant sur une femme serait équivalent à un viol.
Ma première réaction fut de me dire « Diantre ! » car je sais me contenir.
La seconde fut de m’apercevoir que les choses avaient bien changé en une vingtaine d’années.
Il m’est revenu que dans la ville de Portland, Oregon, un tribunal avait « envoyé au bain » deux jeunes femmes qui avaient traîné en justice un passant qu’elles croisaient régulièrement.
À quel délit s’était donc livré cet imbécile ?
À aucun d’après le tribunal.
De quoi l’avaient donc accusé ces deux femmes ?
De leur jeter un regard quand il les croisait, c’est à dire chaque jour, et d’en avoir eu l’imagination enflammée au point disaient-elles, de se « tirer sur l’élastique en pensant à leur corps ».
Faisant depuis ma naissance partie de la gent masculine, je peux vous affirmer sans risque de me tromper, qu’à part les garçons aux préférences différentes, il eut fallu traîner en justice la population masculine dans son entier pour ce qui heureusement n’est pas (encore) un délit, même si le péché d’Onan est vilipendé par des gens qui semblent mal placés pour en juger…
Pour en revenir à ce « rape look », il me semble incongru d’aller reprocher aux taliban d’enfermer les femmes tel un jambon à l’os alors qu’il est pareillement question de les protéger du regard des hommes.
Nous sommes en bonne voie ici où au nom de cette volonté d’enfermement, la ville de Grenoble autorise la musulmane à se baigner toute habillée.
Comme le fait remarquer Fabie, c’est d’autant plus étrange qu’on interdit aux hommes de le faire en caleçon…
Je trouve quant à moi cette façon de traiter les femmes totalement scandaleuse !
C’est leur dénier la condition d’être humain et la ramener au seul statut de « foufoune », jouet réservé à un homme, un seul, et n’être vue que par lui.
Accessoirement on veut bien qu’elle ait deux bras, sans doute pour faire le ménage, la cuisine et la vaisselle.
À la limite qu’elle ait deux jambe pour les ouvrir à la demande de son propriétaire autoproclamé.
Vous avez dit « Civilisation » ?

Commentaires

"Le coq est lâché, gardez vos poules". Aux femmes de s'en protéger, sinon tans pis pour elles. Une ceinture de chasteté et un corset de barbelé pourrait être une option.

Écrit par : Nina | mardi, 17 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Tant pis pour les fautes, c'est mon coeur qui s'exprime :))

Écrit par : Nina | mardi, 17 mai 2022

Les femmes n'ont pas rigolé tous les jours mais mes lectures me forcent à constater que leur condition s'est plutôt dégradée depuis l'apparition d'un monothéisme qui les cantonne de plus en plus aux rôles de pondeuses et de repos du guerrier d'un mec qui devrait les cloîtrer et les voiler intégralement et qui, dans trop de cas ne les considère que comme une domestique qui en plus est un substitut agréable à la masturbation.

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 17 mai 2022

D'autant que le burkini n’est pas un « signe religieux », c’est une erreur de le considérer comme tel. Son port est rejeté par l’ensemble des écoles juridiques musulmanes. mais certains courants islamistes s’en accommodent cyniquement car il entretient la discorde et le conflit.
Reste que le burkini est la déclinaison identitaire du voile islamiste. C’est un marqueur communautariste qui surfe sur la symbolique du voile islamiste afin de créer les conditions du séparatisme qui passe aussi par la banalisation de codes vestimentaires distinctifs.
Enfin c'est un vêtement éminemment sexiste.
Je déteste l'idée qu'on dise aux gens comment s'habiller, ce n'est pas pour supporter des diktats pseudo-religieux qui stigmatisent et ramènent la femme à l'état de convoitise qu'il convient de cacher, tout ça pour faire le jeu des écolos ou autres mouvements de gauche totalement dévoyés se vautrant dans la complaisance tactique.
Quand on sait qu'en Belgique, des écolos demandent que créationnisme et évolution soient présentés sur un même plan à l’école, ça fait froid dans le dos. D'autant qu'avec des gens aussi accommodant que Piolle, on se doute que cette exigence se présentera un jour ici aussi, inévitablement.
Allez, avec le soutien actif des écolos et de la NUPES, le fondamentalisme et l'obscurantisme ont de beaux jours devant eux.
:-(
Et merci pour ton coup de gueule, qui m'a permis d'ouvrir la mienne ♥♥

Écrit par : La Baladine | mardi, 17 mai 2022

Répondre à ce commentaire

D'ailleurs il y a quelque temps déjà, Elisabeth Badinter rappelait que les autorités religieuses musulmanes avaient déclaré que la burqa ne relevait pas de la religion mais de traditions culturelles, qui devraient être aujourd'hui totalement dépassées.

Et tant que j'y suis, je remets là sa lettre, toujours tellement d'actualité, hélas...


"Lettre a celles qui portent volontairement la burqa

Après que les plus hautes autorités religieuses musulmanes ont déclaré que les vêtements qui couvrent la totalité du corps et du visage ne relèvent pas du commandement religieux mais de la tradition, wahhabite (Arabie Saoudite) pour l'un, pachtoune (Afghanistan, Pakistan) pour l'autre, allez-vous continuer à cacher l'intégralité de votre visage ?

Ainsi dissimulée au regard d'autrui, vous devez bien vous rendre compte que vous suscites la défiance et la peur, des enfants comme des adultes.

Sommes nous à ce point méprisables et impurs à vos yeux pour que vous vous nous refusiez tout contact, toute relation, et jusqu'à la connivence d'un sourire ?

Dans une démocratie moderne, où l'on tente d'instaurer transparence et egalité des sexes, vous nous signifiez brutalement que tout ceci n'est pas votre affaire, que les relations avec les autres ne vous concernent pas et que nos combats ne sont pas les vôtres.

Alors je m'interroge : pourquoi ne pas gagner les terres saoudiennes ou afghanes où nul ne vous demandera de montrer votre visage, où vos filles seront voilées à leur tour, où votre époux pourra être polygame et vous répudier quand bon lui semble ?

En vérité, vous utilisez les libertés démocratiques pour les retourner contre la démocratie. Subversion, provocation ou ignorance, le scandale est moins l'offense de votre rejet que la gifle que vous adressez à toutes vos soeurs opprimées qui elles, risquent la mort pour jouir enfin des libertés que vous méprisez.

C'est aujourd'hui votre choix, mais qui sait si demain vous ne serez pas heureuse de pouvoir en changer.

Elles ne le peuvent pas... Pensez y

Elisabeth Badinter"

Écrit par : La Baladine | mardi, 17 mai 2022

j'aimerais bien savoir d'où vient cette info sur l'enseignement du créationnisme en Belgique parce que je ne suis pas au courant ;-)
par contre j'ai trouvé que ça se faisait en Suisse
http://asdfi.ch/page-lenseignement-du-cr-ationnisme-linstruction-publique-affiche-son-malaise

Écrit par : Adrienne | mardi, 17 mai 2022

@adrienne je n'ai pas dit que cet enseignement existait en Belgique, j'ai dit que certains partis écolos le revendiquaient, tel qu'exprimé par Farida Tahar, qui fut conseillère municipale à Molenbeek pour le PS, aujourd'hui députée bruxelloise et sénatrice pour le parti belge Ecolo (Écologistes confédérés pour l'Organisation de Luttes originales), dûment voilée de la tête au pied, qui dit en gros sur RTBF sa frayeur de voir qu'on puisse exiger que la connaissance scientifique ne soit pas susceptible de remise en cause par les religions, et se prononce favorable à ce débat dans les écoles...

Écrit par : La Baladine | mardi, 17 mai 2022

Et pardon pour les fautes un poil partout, me suis un peu emmêlé les doigts et surtout pas relue ;-)

Écrit par : La Baladine | mardi, 17 mai 2022

En Belgique, (parfois, je les ai connus favorables à la dépénalisation des drogues aussi), Ecolo ne brille pas par son progressisme. Mais bon. Dans les villes (et pas que les villes) la population est très métissée (dans les vieux centres), ce qui entraîne régulièrement la survenue de projets qui ne voient pas toujours le jour. Jamais entendu non plus.

Écrit par : Pivoine | mercredi, 18 mai 2022

J'ai voulu être "soft" dans mon commentaire chez Julie.
Je suis complètement d'accord avec toi, avec la Baladine, et j'aime beaucoup ce qu'a écrit Elisabeth Badinter, je connaissais d'ailleurs cette lettre.

Écrit par : Fabie | mardi, 17 mai 2022

Répondre à ce commentaire

J'avais lu cette lettre et comme elle (et vous deux, Fabie et Baladine et tant d'autres) j'ai envie de leur dire "allez vivre dans les pays que vos parents, parfois vos grands-parents ou même arrière-grands-parents ont fui !"
Ces gens ont fui des pays où on vivait mal, où on a le droit de se taire, où les femmes sont enfermées, ils ont fui pour trouver sinon la fortune, au moins le droit de s'exprimer et vivre comme ils l'entendent, bref vivre librement.

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 17 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Au départ, l'immigration turque, marocaine, etc. (Espagnole, grecque, italienne avant) fut, chez nous, économique.

Écrit par : Pivoine | mercredi, 18 mai 2022

J'ai les mêmes convictions que toi, mais je n'aurais pas su les exprimer aussi clairement. merci.

J'ai travaillé bénévolement près de femmes immigrées, elles étaient heureuses de pouvoir enlever leur prison de tissu.
Pourquoi ne pas éduquer les garçons, plutôt que d'emprisonner les femmes comme des propriétés privées...Nous ne sommes pas des objets et nous sommes assez grandes pour savoir comment nous habiller et nous comporter.
En empêchant les femmes d'aller à l'école ils sont sûrs de les laisser dans l'ignorance et sous leur joug.
Il est où le progrès ?

Écrit par : bbloisirs | mardi, 17 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Je suis comme vous tou.te.s (je n'aime pas trop l'écriture inclusive mais pour une fois cela m'est utile tant je ne voudrais pas m'adresser qu'aux dames sur un sujet qui finalement concerne tout le monde), bref, l'idée même du burkini me choque, d'abord pour des questions d'hygiène. On interdit bien aux hommes en général le caleçon un peu ample (ah non, pas à Grenoble semble-il), ensuite comme me choquent les tenues noires intégrales et pire encore, la burqa. Mais les USA vont trop loin dans l'autre sens, je savais déjà qu'il fallait que les messieurs devaient faire attention à leur comportement entre autres depuis "me too", trop de galanterie pouvant nuire... En même temps bien sûr que le viol est abject (ça procède de la même démarche que l'enfermement, c'est ne pas se soucier de l'avis de la dame et ne la considérer que comme un objet à sa disposition).

Ah que les années 70 me manquent, où on avait la pilule et pas encore le sida, années du "flower power", "faites l'amour pas la guerre" (guerre du vietnam je rappelle tout de même), "sous les pavés la plage" (ça c'était juste avant). Je suis bien contente d'avoir connu ça, même très peu. Ce temps serait à réinventer !

Autre chose, hier c'était bien comme toujours, même si j'ai du raccourcir. On se reverra tres vite !

Écrit par : Isabelle Z | mercredi, 18 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Honnêtement, je suis perplexe. L'évolution de la comment dire ? Démographie et de la société est telle que eh bien, je n'arrive pas à me prononcer. Ou plus. Ce sont des questions trop teintées d'identitaire, qui me dépassent. En bref, je me sens impuissante. Tout ce que je puis dire, c'est qu'il y a des femmes voilées (par exemple) militant dans des associations (mtnt, on dit intersectionnelles) et des partis (enfin, un ou deux) notoirement à gauche. En tout cas, ce n'est pas moi qui irai leur dire de se dévoiler. Même si moi, je ne me voile pas, naturellement... je sais que ça fait très ponce pilate, comme réaction, mais je ne sais honnêtement pas quoi dire d'autre...

Écrit par : Pivoine | mercredi, 18 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Quand j'étais mineure (donc avant d'avoir 21 ans), j'aurais juste aimé que mes père et mère ne m'imposent pas les shorts et jupes très au-dessus du genou. Ils étaient anti-religions et m'utilisaient, sans doute inconsciemment, pour narguer les bien-pensants. Donc je n'ai aucun mal à admettre que des femmes choisissent librement ces "vêtements pudiques".

Écrit par : nicole 86 | mercredi, 18 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Il ne faut pas confondre la pudeur et la réclusion à l'égard d'un genre.
Se retirer dans sa chambre pour être tranquille et être emprisonné(e) pour être mis(e) à l'écart du monde, ce n'est pas la même chose.
Ce qui ne veut pas dire qu'être exposée de force contre son gré soit plus acceptable.
C'est ça, la liberté : se montrer ou se cacher à son gré, se lon sa volonté.
Ce qui n'est pas du tout la même chose qu e "être montrée" ou "être cachée" contre son gré ou poussé(e) fermement.

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 18 mai 2022

L'expression "vêtements pudiques" est souvent utilisée, ce qui explique les guillemets dans ma phrase.Je suis bien évidemment d'accord avec "Se retirer dans sa chambre pour être tranquille et être emprisonné(e) pour être mis(e) à l'écart du monde, ce n'est pas la même chose." , cependant il me semble essentiel de reconnaître qu'un choix, aussi étonnant soit-il pour vous et nombre de vos lecteurs et lectrices, peut être personnel et libre, ce qui ne veut pas dire que c'est toujours le cas.

D'autre part, je pense aussi aux deux femmes tuées dans ma ville cette semaine.

Écrit par : nicole 86 | mercredi, 18 mai 2022

Répondre à ce commentaire

J'ai bien compris, ce que je mettais en cause, c'est la pression d'une communauté religieuse ou idéologique qui élève des interdits dont la seule utilité est l'obligation de se plier à son diktat et non aux obligations de la loi décidée par la représentation de la population.
Bref, comme disait le dicton "à Rome, fais comme les Romains" et comme dit le principe de la laïcité "tu crois ce que tu veux, tu ne saoules pas les autres avec tes croyances"

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 18 mai 2022

@pivoine "perplexe... évolution" @nicole 86"Vêtements pudiques"... Le problème est que la burqa et son pendant à la piscine ne répondent pas à une pudeur féminine ou à une évoliton du statut féminin mais à un diktat dogmatique (oui je sais on est en plein pléonasme) qui vise en fait à l'hyper-sexualisation du corps de la femme.
Parce que si le fait d'être femme justifie qu'on en masque les jambes, les bras, le cou, les cheveux (ils ont tenté aussi le visage, merci la loi qui a dit non, même si on sait qu'ils y reviendront), c'est parce que ces gens-là, ceux de l'islam politique, la considèrent comme objet sexuel et distributeur d'enfants. Parce que le voile intégral, le burkini et autres déclinaisons, ce n'est pas QUE le NON au plaisir de la caresse de l'air sur les bras, les jambes, le cou, les cheveux (ce qui n'est déjà pas rien), c'est aussi (surtout) le NON à la liberté d'aimer qui on veut, comme on veut, le N0N à l'IVG, le NON au droit de ne pas croire et ne pas adhérer au dogme (liste non exhaustive).
Alors évidemment, on sait que tous les cerveaux endoctrinés, aussi cultivés qu'ils soient, trouveront toujours à redire. On sait que parmi les adhérents sectaires, des Témoins de Jéhovah aux platistes, on trouve des gens par ailleurs très cultivés et dotés d'intelligence... On oublie trop souvent la puissance de l'endoctrinement. Beaucoup trop.
J'en connais, des endoctriné(e)s. J'en connais aussi qui s'en sont sorties (c'est volontaire si je l'ai mis au féminin). Je sais leur courage. Je sais le prix qu'elles ont payé. Je peux comprendre que toutes les victimes n'aient pas leur courage, quasi monstrueux.
J'ai, par contre, du mal à comprendre les êtres libres qui cautionnent, que ce soit par leur silence ou leur parole, cet endoctrinement.

Écrit par : La Baladine | mercredi, 18 mai 2022

Répondre à ce commentaire

C'est difficile de faire saisir la différence entre le libre choix, (le vrai, pas celui qui est inculqué par l'éducation ou le modèle social) et celui imposé par la pression sociale ou le pouvoir exercé sur cette pression.
Qu'on cache le corps des femmes (ou qu'on l'expose) via des diktats est déjà une ineptie.
Qu'on essaie en plus de faire croire qu'une femme n'est pas assez futée pour comprendre pourquoi on le fait et donc qu'elle doit se plier est du fascisme.
Cela dit, je ne voudrais pas faire remarquer que, comme les religions et les dieux, la démocratie est une idée d'homme.
Et les religions ne peuvent admettre le concept de démocratie, vu que ça leur retire le pouvoir exclusif de décision... ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 18 mai 2022

Parce que bon, quand même

https://video.limportant.fr/video/e2DsV9kv0VCPXIfG.mp4

Voilà voilà...

Écrit par : La Baladine | mercredi, 18 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Tu es quand même têtue !

Le monsieur t'explique que c'est dieu qui a décrété ça ! Pas le clergé !
Bref, elle est coupable, c'est pourtant simple !
Pfff... Faut tout te dire !

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 18 mai 2022

:-p

Écrit par : La Baladine | mercredi, 18 mai 2022

Répondre à ce commentaire

C'est moi ou ton comm a disparu? Du coup mon tirage de langue tombe à plat, enfin sonne creux, enfin ne ressemble à rien quoi...

Écrit par : La Baladine | mercredi, 18 mai 2022

C'est moi qui l'ai modifié après avoir écouté la vidéo.
Un mec qui professe ce genre de truc devrait s'étouffer avec sa b... vu que c'est avec ça qu'il pense.
;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 18 mai 2022

Ah c'est revenu mais tu l'as changé! Le premier était bien aussi tu sais! ♥♥

Écrit par : La Baladine | mercredi, 18 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Ah la la tou ça s'est croisé! En tout cas c'est bien, c'est bon de savoir qu'on est plusieurs, qu'on est nombreux, et qu'on ne lâche rien ♥
Aux talibans et autres islamistes "RETOURNEZ DANS L'OMBRE! VOUS NE PASSEREZ PAS!"

ps : si tu n'as pas la ref je pense que Merveille l'aura ;-)

Écrit par : La Baladine | mercredi, 18 mai 2022

Répondre à ce commentaire

touT Relis-toi bougresse!

Écrit par : La Baladine | mercredi, 18 mai 2022

Elle l'a déjà.
Et c'est dur pour elle, elle est dans un collège où, comme elle dit "tu rentres dans la classe, ça sent les hormones !"

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 18 mai 2022

Et enfin, parce que chaque fois je me dis "flûte j'ai oublié", ton jeu de mots sur le titre, là, je l'ai trouvé vraiment excellent!

Écrit par : La Baladine | mercredi, 18 mai 2022

Répondre à ce commentaire

C’est désespérant cette décision du maire de Grenoble votée par le Conseil municipal. J'espère fermement que le Préfet va agir et la faire supprimer et interdire. Et puis c’est tout. Non mais oh.

Écrit par : Anita | mercredi, 18 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Et puis je mets aussi, tant qu'à faire, la parole de Fatiha Agag-Boudjahlat, musulmane revendiquée et fervente défenseuse de la laïcité :

https://twitter.com/i/status/1526989225832370233

Écrit par : La Baladine | jeudi, 19 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Donc en fait, si je comprends bien, il s'agit du port du burkini à la piscine ou non... je sais bien que le corps des femmes est instrumentalisé... c'est vraiment une constante. J'ai récemment visité une exposition sur les femmes en Chine. On connaît tous l'histoire des pieds bandés, qu'on peut rapprocher du corset occidental, peu importe la motivation (religieuse ou de bienséance ou de mode) le résultat est le même partout. Je crois que cela devient identitaire. La volonté de libération ne peut venir que des principales concernées, tenant compte bien sûr du poids du groupe.
Ben, je me suis plus d'une fois fait remonter les bretelles en ce qui concerne les voiles. Je dois dire que j'en ai eu un peu marre. S'il y a bien une chose qu'on ne peut mettre en doute chez moi, c'est mon sens du féminisme. Vraiment pas. Respecter les libertés, c'est vraiment un de mes fondamentaux. Jecrois que ce qui est le plus important, c'est justement l'accès à la piscine. À l'enseignement. Au travail. Au déplacement dans l'espace public. Ceci dit, je ne suis pas fan du burkini (ni du monokini ;-) et après tout, ce n'est pas moi qui légifère. (Heureusement, je serais bien embêtée...)

Écrit par : Pivoine | vendredi, 20 mai 2022

Répondre à ce commentaire

@Pivoine, je ne fais pas du remontage de bretelles, j'expose des faits. L'argument de la liberté ne tient pas pour plusieurs raisons : à commencer par la limite de nos libertés, à tous et à toutes, puisqu'elles sont soumises, ces libertés, aux lois de la République.
Ensuite, une liberté qui passe par l'injonction faite aux femmes de ne plus être une tentation impudique... c'est quand même sacrément moyen, non?
La liberté, c'est surtout celle de l'intégriste, en l'occurrence. Et le fait que des femmes participent à cet intégrisme ne retire rien à la chose.
Au moment où les Talibans décrètent que les femmes travaillant dans le secteur des médias doivent se voiler le visage quand elles apparaissent à la télévision, c'est encore très très moyen, la "liberté" de se baigner en burkini.
Et on ne reviendra pas sur les règles d'hygiène, hein, parce que le burkini, ce n'est pas une combinaison de plongée en néoprène...
Bref, moi, aux personnes, hommes ou femmes, qui trouvent que le voile intégral le hijab le burkini tout ça c'est bien parce que c'est la liberté de la femme de se plier à son infériorisation par des intégristes religieux, le tout dans un pays laïc, j'ai envie de dire : mais qu'attendez-vous pour cacher votre chair, elle me gêne, ça me gêne, votre peau vos cheveux étalés devant mon regard... Non? Ah bon? Pourquoi?
;-)

Écrit par : La Baladine | vendredi, 20 mai 2022

(Je me suis fait remonter les bretelles dans la laïcité et ailleurs, pcq justement, je me prononçais plutôt "contre" le voile - l'idée... Et puis, je me suis rendu compte qu'il valait mieux me taire. Pcq c'est moi qui me faisais mal voir et mon boulot en dépendait...) (mais c'est du particulier).

Après le débat est passé à un autre niveau : dans l'espace privé, ou public général ok, dans l'espace officiel, de l'état, non. Mais tout le monde n'est pas d'accord. Les "intellectuels" sont divisés sur la question, de droite, certainement pas, c'est contre tout, de "gauche", c'est divisé...

Je crois que personne ne trouve ça "bien". Ma question est: comment faire dans l'état actuel de la société? Je n'ai pas de réponse miracle (c'est bien le cas de le dire) ................... toutefois, je n'irai pas insulter des femmes dans le métro qui portent un voile intégral. Je ne saurais tout simplement pas. Et comme je vis dans une commune très multiculturelle (je dirais même où les Belgo-belges sont en minorité, et plutôt xénophobes, et dieu sait si j'ai horreur de la xénophobie...) voilà les raisons de ma perplexité.

Écrit par : Pivoine | dimanche, 22 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire