Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 mai 2022

Je n'ai Dieu que pour ses saints...

Ouais, bon... Je sais...

Gustave_Courbet_-_Le_Sommeil_(1866),_Paris,_Petit_Palais.jpg

Hier, j’ai accompagné Heure-Bleue au Petit Palais.
Ce Petit Palais est toujours aussi beau.
Au cours de la visite de l’exposition, je me suis fait avoir.
Persuadé que j’allais soulever une grande indignation, j’ai remarqué à haute voix devant le portrait d’une princesse roumaine « T’as remarqué comme ce pays-là est toujours plein de princesses et de princes. Bon après tu les retrouves dans le métro et ils te font les poches… »
Las, les deux dames respectables et très « BCBG », au lieu de me regarder d’un air scandalisé, ont pouffé et hoché la tête avec approbation.
Tout fout le camp !
La tentative de convaincre le monde de nous aimer les uns les autres comme lui-même nous a aimés a manifestement échoué piteusement…
La visite de ce musée que je connais depuis longtemps, m’a convaincu que la muséographie est la plaie des musées.
Là où on pouvait laisser libre cours à son envie de découvertes, on est prié de suivre un cours magistral plus ennuyeux que les cours d’Histoire dispensés dans les années soixante…
Après avoir suivi la lumière de mes jours tout au long de l’exposition qu’elle avait décidé de voir, je l’ai à mon tour traînée dans la salle où je ne peux résister au plaisir sain de vérifier sur la toile « Le sommeil » que Mr Courbet savait ce qu’était la peau et les nuances qu’elle peut montrer.
 
Après ça, nous sommes sortis à la recherche d’un café ce qui n’est pas si facile dans ce coin.
Puis, après avoir traversé l’avenue des Champs Élysées et marché un moment, la lumière de mes jours a vu un attroupement plein de drapeaux, de vieux et bizarrement, de jeunes gens.
J’ai demandé à la maréchaussée présente ce qui se passait.
« Cérémonie d’anciens combattants… » m’a-t-on répondu.
« Anciens combattants ? Des fachos ouais ! » m’a dit Heure-Bleue.
Elle ajouta « des jeunes comme ça, ils sont anciens combattants de quoi ? De Marine oui ! »
Après quoi, nous avons parlé un moment avec deux balayeurs de la ville de Paris.
Deux Français d’origine africaine qui eux aussi se demandaient à quelle cérémonie ils assistaient.
C’est là que nous avons appris incidemment que leurs conditions de travail et de salaire avaient été améliorées grandement par Jacques Chirac, maire de droite donc et censément « ennemi de la classe ouvrière ».
J’ai appris aussi que Mme Hidalgo, censément socialiste et « soutien de la classe ouvrière » si ce n’est carrément une « partageuse » œuvrait activement pour la dégradation de leurs conditions de travail et la diminution du nombre de balayeurs…
On n’est jamais trahi que par les siens.
Plus exactement par ceux qui disent faire partie des nôtres…

Commentaires

J'aime bien mieux suivre les infos quand c'est toi qui les racontes ! ;-)
t'as jamais songé à être présentateur télé ?

La toile de Courbet est magnifique ... j'aurais été bien plus inspirée par une toile comme ça :-)

Belle journée à toi et à ta douce

Écrit par : Ambre | samedi, 28 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Dans l'œuvre de Monsieur Courbet choisie, on assiste quand même à une réussite partielle du conseil divin : aimez-vous les unes sur les autres.
Sinon, si les socialistes contemporains étaient un soutien de la classe ouvrière, ça finirait par se savoir quand même avec tous ces médias !

Écrit par : alainx | samedi, 28 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Ouiche! Chirac et les fameux emplois fictifs à la Mairie, soit des salaires payés au RPR avec les impôts des Parisiens, c'est un peu moyen quand même... Quand à Hidalgo, on regarde la tronche de Paris et on constate qu'elle s'est fait bouffée vite fait par certains de ses conseillers, à commencer par les écolos. D'ailleurs une majorité des politiciens de gauche s'étant mis sous la bannière mélenchoniste (dont les écolos), il y a de quoi trembler pour le pays, qui pourrait bien, si on lit bien les 650 mesures de la Nupes, prendre des allures sinistrement vénézuéliennes :-/

Écrit par : La Baladine | samedi, 28 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Je pense que nos balayeurs de la Ville de Paris n'avait pas grand'chose ni à faire ni à voir avec les emplois fictifs.
En revanche ils étaient très au fait de ce qui les soulageait en matière de salaire et de conditions de travail.
Que Mme Hidalgo voie les choses sous un angle qui me déplaît, est évidemment une autre affaire.
Je constyate que pour faire rouler des vélos, elle a réussi à multiplier les embouteillages, donc la polluition, sans faire rouler plus de vélos...
Et qu'on ne me parle plus de vélos ou de trottinettes !
Tu risques la mort en marchant sur les trottoirs !
Dans le meilleurs des cas, tu n'échappes pas à l'engueulade du cycliste ou du trottinettiste.

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 28 mai 2022

Je crois que malheureusement le principal pour tous ces politiques c'est d'arriver au pouvoir, quitte à abandonner leurs convictions de départ...
Je vois par chez nous D.....t , élu socialiste en 2017, qui roule maintenant pour Jupiter, et soutenu par ses anciens compagnons socialistes, qui ne réalisent même pas qu'ils ont été trahis !
A n'y rien comprendre !

Écrit par : Fabie | samedi, 28 mai 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire