Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 octobre 2022

Mon dieu qu’ils sont c…

phpC4cxCy.jpg

De jeunes étudiantes afghanes marchent côte à côte dans une rue du quartier de Chahr-e-Nao, à Kaboul (Afghanistan), en 1972. (LAURENCE BRUN / GAMMA-RAPHO / GETTY IMAGES)

Les mêmes cinquante ans plus tard, celui qui parle de progrès mérite une gifle...

61227766_6.jpg

Je ne pense pas que les filles sont toutes des parangons d’acuité intellectuelle.
Ce matin en revanche, je pense que les garçons sont définitivement c…
J’en veux pour preuve ce que j’ai entendu ce matin sortir de mon poste de radio.
Une vague de pudibonderie s’étend sur les écoles lyonnaises.
La revue de presse me l'apprend !
Une cohorte de mâles imbéciles évidemment, est scandalisée par les jeans troués et les nombrils visibles des jeunes filles qui vont à l’école.
Ces malades qui ont manifestement un gros problème avec ce qui leur rappelle probablement d’où ils viennent, semblent décidés à faire des petites Françaises ce que les taliban ou les mollah ont fait des petites Afghanes ou des petites Iraniennes.
Un passage de quelques années chez les Frères m’a appris au moins une chose : Les plus attachés aux marques d’une pudibonderie qu’ils confondent avec la pudeur, sont justement ceux qui sont le plus obsédés par ce qu’ils ne voient pas.
Quand on est arrivé à un stade psychologique tel que vous êtes scandalisé de voir une peau qui n’est pas la vôtre, il est temps de consulter.
Que croyez-vous qu’il advient ?
Loin de se précipiter pour prendre rendez-vous à une consultation, la première chose qui leur vient à l’esprit est de pousser la direction des écoles à ajouter à leur règlement intérieur des alinéas qui diront avec rigueur que la seule peau qui peut rester visible chez les jeunes filles est celle de leur visage et celle de leurs mains.
Après la litanie courante et hélas d'actualité, qui veut qu
’il y aura toujours :
-
         Un Juif pour être « le youpin riche » ou « le banquier rapace ».
-      Un Juif pour être » l’assassin du Christ » en oubliant que Jésus était juif…
-         Un Arabe pour être « le voleur de ma mobylette ».
-      Un rebeu pour « agresser un vieux ».
-         Un noir  pour « glander au lieu de balayer».
-         Un étranger pour « profiter des allocs ».
-         Un chômeur pour « frauder la Sécu ».
-         Un Chinois pour nous « voler nos emplois ».
-         Un Polonais pour « réparer nos robinets à la place de nos plombiers ».
-         Un Rom pour « piquer notre larfeuille ».
-         Un musulman pour « prier dans la rue ».
-         Un « Arabe terroriste » pour mettre une bombe.
Ne manquait à cette litanie que ceux qui disent à haute voix maintenant qu'il y a toujours :
-      Une fille pour montrer trop de peau.
-      Un garçon pour dire « elle l’a bien cherché, on voyait ses jambes ».
-      Un couillon pour dire « Elles se montrent et après elles se plaignent ».
De toutes ces tristes constatations je retire qu’il est temps de comprendre que c’est à nous d’élever nos enfants, pas à la rue et encore moins à ces faux-jetons qui ont l’esprit bien trop tordu pour leur inculquer des choses qui me semblent couler de source et que je pense essentielles :
- L’égalité stricte des droits.
- Le respect mutuel.
- L’acceptation et le respect du refus, même si c’est vexant.
Quant à fonder une culture sur la frustration des uns et des autres et la sujétion des unes aux autres, il faut être gravement névrosé pour trouver la chose acceptable et pire, la perpétuer.
Cette page d’indignation régulière étant close, j’attends maintenant la livraison de notre canapé et d’aller porter à mon ami, celui avec qui je ne suis jamais d’accord, la bidouille que j’ai concoctée à sa demande.
Et oui, la télécommande infrarouge qui va avec fonctionne !
Heureux de voir que je suis toujours capable dapprendre un nouveau codage et den concevoir encore le décodage « à la volée ».

Commentaires

T'es gentil de ne t'en prendre qu'aux mecs. Il ne faut pas oublier que tout ceci se fait avec l'accord des "néoféministes" à la Clémentine Autain, Sandrine Rousseau & cie (et l'appui de l'extrême gauche et la gauche qui s'y est diluée, et la complaisance des médias qui ne vivent que sur le buzz), qui pratiquent le relativisme culturel avec une hypocrisie assumée.

Parce que pour affirmer que porter le voile pour une française, c'est exprimer sa liberté, alors que le voile islamique n'est rien d'autre qu'un instrument de domination des femmes, il faut quand même être imbibée d'un sacré niveau de tartuferie! D'autant plus au moment où les Iraniennes risquent la mort pour en finir avec le voile.
Il suffit pourtant de les écouter, les Iraniennes: le voile est, ni plus ni moins, un instrument de domestication des femmes pour installer une ségrégation sexuelle.

Ces néo/écoféministes font régresser les droits des femmes, en les réduisant à un statut victimaire (elles passent leur temps à nous expliquer qu'être femme, c'est subir la violence des hommes), et dans le même temps admettent sans sourciller que les droits des femmes puissent dépendre de la religion ou de traditions culturelles. On marche sur la tête! Et tout ça pour une question de pouvoir, là où il ne devrait être question que d'égalité et de liberté. L'une et l'autre étant universelles, par essence!

Écrit par : La Baladine | jeudi, 06 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Imagine la longueur de cette note si j'étais passé de la prière juive du matin qui dit "je remercie dieu de ne m'avoir pas fait naître femme" jusqu'aux inepties récentes à propos de "soutien" au Iraniennes qui consiste à se couper une mèche de cheveu en pensant avoir mené un combat contre la théocratie...

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 06 octobre 2022

Et tiens, pour faire bon poids ;-)

https://twitter.com/publicsenat/status/1577678792608419841?s=20&t=BQQ-WqnGYwY4cJbnE1dk2w

Écrit par : La Baladine | jeudi, 06 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Je me permet de donner une opinion (qui peut être discutée). Qu' une jolie jeune fille éduquée en France revendique le port du voile (pour sa dignité) est un geste de participation à une communauté qui veut marquer sa différence et son désaccord ...avec le milieu ambiant.

Écrit par : Nina | jeudi, 06 octobre 2022

Déjà Brassens nous racontait le désespoir de cet homme qui n'avait jamais vu le nombril de la femme d'un agent de police.
L'époque moderne occidentale (la seule qui mérite d'exister, c'est bien évident) propose à tout va de tout voir, toujours et partout, et on se plaint encore… !
Tartuffe n'est pas mort, vive Molière !
Pour la litanie courante que tu évoques, n'oublions pas Coluche : « Et qu'est-ce que c'est que tout ces Portugais qui viennent retirer le pain de la bouche à NOS Arabes ! »
Fermons le ban et continuons à laisser circuler la connerie… ça donne du grain à moudre aux réseaux sociaux. Ayons conscience qu'en les alimentant nous enrichissons les milliardaires.

Écrit par : alainx | jeudi, 06 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Avant Coluche, il y a eu Fernand Reynaud qui expliquait dans un sketch enlevé "chassons les étrangers qui viennent manger le pain des Français. L'étranger est parti avec sa famille et depuis le village n'a plus de pain"
Je suis d'accord, les femmes ont la liberté de s'habiller comme elle veulent , et je ne parle pas du foulard. Mais il faut bien reconnaître que les tops sous la poitrine et les jeans troués manquent singulièrement d'élégance. Alors provocation ou pas ? Education ou pas ? j'avoue que je trouve cet uniforme déplacé. Mais ce n'est que mon avis !

Écrit par : Lilousoleil | samedi, 08 octobre 2022

Le pire que j'ai pu entendre, ce sont des réflexions au sujet de filles "agressées" par leur père, dont certains disaient qu'elles étaient habillées "trop court" !!!
Compte tenu de ce que j'ai vécu, je me suis mise dans une colère noire !

Écrit par : Fabie | jeudi, 06 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Je partage ton avis surement pour les mêmes raisons malgré tout il y a des limites que la pudeur réprouve un peu. les tops sont un peu courts ....

Écrit par : Lilousoleil | samedi, 08 octobre 2022

Moi, ce qui me sidère, c'est le "Je suis scandalisé par le fait que des jeunes filles soient contraintes de cacher leurs cheveux et leur visage" parce que des chefs religieux l'ont décidé ainsi...(pour leur bien et le bien de la communauté, bien entendu)
et EN MÊME TEMPS, "Je ne suis pas du tout scandalisé par le fait que nous devions TOUS nous cacher le visage" parce que le gouvernement et de soi-disant "experts" l'ont décidé ainsi (pour notre bien et pour le bien de la communauté, bien entendu).

Je ne dois pas être "câblée" pour comprendre la différence...
Pour moi, il s'agit dans les deux cas d'un "droit à montrer son visage", d'un droit à vivre "normalement", qui est bafoué au nom de gens qui trouvent de bons prétextes pour nous ôter nos libertés...

Mais si je m'autorise à le dire, c'est uniquement parce que je vis très loin de la capitale, et que, par chance, je suis à plus d'un jet de pierre de distance.
Du coup, la "lapidation" qui va suivre dans les prochains commentaires, ne devrait pas m'atteindre...:-)

Amicalement.

Écrit par : La Licorne | jeudi, 06 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

:) Je prend les RER de banlieue pour suivre un traitement et je suis bien contente de porter un masque FPP2 !! Je reste même debout près de la porte (RER.à l'air libre); si non, je baliserais :))

Écrit par : Nina | jeudi, 06 octobre 2022

@Nina, réponse de Caroline Fourest :

Que pensez-vous des jeunes femmes qui disent vouloir porter le voile au lycée, sur les réseaux sociaux?


Ça fait très longtemps que les Frères musulmans ont fait du retour du voile un enjeu politique et, de ce voile politique, un drapeau. Le drame, c’est de voir ici des jeunes femmes qui vont tomber dans le panneau et se mettre sur la tête un signe sexiste en pensant être rebelles, alors que leurs grands-mères se baignaient en bikini sur les plages d’Alger ou de Tunis.


Une rébellion qui consiste à brûler le voile en Iran. D'où vient ce paradoxe?


Quand on entend parfois que le voile est moins grave ici qu’en Iran, c’est faux, c’est le contraire. Mettre le voile en France est beaucoup plus réactionnaire qu’en Iran, parce qu’en Iran il est obligatoire et que, justement, une jeunesse est en train de mourir pour ne plus avoir à le porter.


Le prendre de son plein gré dans une démocratie laïque alors que sa mère et sa grand-mère ne le portaient pas, c’est vraiment le signe d’une régression.


Est-ce, selon vous, la raison pour laquelle les femmes iraniennes sont relativement peu soutenues en France, en tout cas dans la rue, y compris par les féministes?


J’entends beaucoup dire que toutes les féministes seraient désormais aphones sur cette question. Non, on a un vrai problème de conscience et de solidarité avec un tout petit courant idéologique qui est le courant intersectionnel. Malheureusement, c’est un courant qui est aujourd’hui très représenté en politique. Si bien qu’on a tendance à confondre le féminisme avec quelques femmes politiques qui se sont emparées du féminisme pour faire carrière et qui sont forcément plus visibles que les anciennes militantes du MLF ou des intellectuelles féministes dont personne ne parle jamais. Du coup, on a l’impression qu’il y a une forme de tétanie ou de manque de courage, mais c’est le manque de courage de femmes politiques avant tout, de certains partis aussi, en l’occurrence la France insoumise et Europe écologie les Verts. Cela ne doit pas recouvrir la solidarité qu’on constate à travers le monde autour des Iraniennes. Parce que des féministes beaucoup moins connues, plus discrètes et qui ne sont pas engagées dans des partis politiques sont, elles, complètement au côté des Iraniennes.


Que pensez-vous des féministes qui défendent le libre choix des femmes et qui voient dans le rejet du voile une forme d’islamophobie?


Ça fait depuis 2003 que je plaide pour ne plus utiliser le mot islamophobie qui est un mot piégé, qui fait passer la critique du fait religieux ou de l’intégrisme pour du racisme anti-musulman. Même si c’est un peu plus long, il faut prendre le temps de dire "racisme anti-musulman" ou "anti-musulman", parce que là on vise bien la détestation ou le rejet des personnes pour ce qu’elles sont, pour leur croyance, et non la critique des idées et des croyances, qui doit rester libre et qui fait partie de la liberté d’expression. C’est très important d’employer les bons mots, parce qu’ils tracent des chemins. Le mot islamophobie a été pensé pour semer la confusion et faire basculer tout une partie des militants antiracistes du côté des intégristes, et d’ailleurs il y a réussi. Ce n’est pas nouveau, c’est depuis l’affaire Rushdie que ça dure. À partir du moment où ceux qui l’ont attaqué ont commencé à l’accuser d’islamophobie, le camp des soutiens à la liberté d’expression a commencé à se fissurer. Là, ça fait 30 ans, il y a eu beaucoup de morts. Il faut apprendre d’urgence à utiliser le bon vocabulaire et à s’éclaircir l’esprit.

L’antiracisme, c’est être progressiste, c’est refuser tous ceux qui veulent contrôler la liberté de parole et la liberté des corps. Et en l’occurrence, les intégristes religieux ont ça en commun. Il n’y a pas d’exception à faire parce qu’un intégrisme peut éventuellement être porté par des gens qui sont minoritaires et victimes de racisme. Ce n’est pas la même chose. On se bat à la fois contre le racisme et contre l’intégrisme. Mais on ne met pas dans sa poche la lutte contre l’intégrisme par peur du racisme.


Êtes-vous de celles qui pensent que le voile n’est pas une prescription du Coran?


On peut tout faire dire aux textes religieux. Mais en l’occurrence, il y a des traductions qui parlent simplement de se couvrir la poitrine. Évidemment, les plus traditionalistes et les plus machistes sont allés chercher un signe le plus visible possible pour pouvoir compter les femmes qui se soumettent à leur propagande de façon plus ou moins consciente.


Mais si les femmes veulent porter le voile volontairement ?


On peut tout à fait mettre le voile volontairement et volontairement militer pour un ordre patriarcal. Vous savez, les femmes qui militent pour l’ordre patriarcal, il y en a à l’extrême droite, il y en a chez les islamistes. Il y a des Giorgia Meloni et il y a des militantes du voile, ce n’est pas nouveau. Il faut vraiment être essentialiste pour croire qu’être une femme protège d’être potentiellement antiféministe. C’est une blague! C’est aussi cette forme de tolérance exotique qui a piégé certains militants antiracistes qui ont fait du voile un symbole musulman, ce qui a évidemment favorisé la propagande des islamistes qui voulaient justement en faire un signe de ralliement au nom du sacré, alors qu’il est le signe d’une lecture extrêmement patriarcale du Coran.

Écrit par : La Baladine | jeudi, 06 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Quelles féministes , Il y a des féministes en France ? Où sont elles les filles de Françoise Giroud, Simone Veil, Gisèle Halimi, Simone de Beauvoir et j'en oublie... Elles doivent se boucher les oreilles pour ne pas entendre des inepties pareilles. Elles avaient les vraies valeurs celles de vivre non pas contre les hommes mais avec eux dans un élan commun à égalité. C'est cela pour moi le vrai féminisme et pas l'écriture inclusive et autres combats inutiles.
avec le sourire

Écrit par : Lilousoleil | samedi, 08 octobre 2022

Celles qui défendent un féminisme universaliste, qui ne fait pas le tri entre les femmes en fonction de leur origine, culture, religion, qui refusent une présentation victimaire des femmes et continuent à militer pour une égalité de droits civiques et juridiques comme Marguerite Stern, Abnousse Shalmani, Fatiha Boudjahlat, Zineb El Rhazoui, Caroline Fourest, Tania de Montaigne, Peggy Sastre, Valérie Toranian, Sophia Aram, Rachel Kahn… et toutes celles que j'oublie de citer et toutes celles qui partagent leurs combats, dont je suis :-)

Écrit par : La Baladine | dimanche, 09 octobre 2022

ce que je reproche à Caroline Fourest ou à Caroline de Haas, ce n'est pas d'être féministe c'est d'avoir en permanence des comptes à régler.
D'abord avec les hommes, ensuite avec tous les féminismes qui n'agréent pas à la totalité de leurs positions.
C'est ce genre de radicalisme qui a mené de la Révolution à la Terreur...
Mais bon, je n'ai fait que lire certains de leurs bouquins...

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 09 octobre 2022

Je t'avoue que je ne comprends pas le parallèle entre les 2 Caroline. De Haas, que je n'ai pas citée, à dessein, est une femme d'affaire, du moins elle a fait de son "néoféminisme" guerrier un juteux business, et se veut avant tout redresseuse de mâles blancs. Justice parallèle, préjugés stupides du type "1 homme sur 2 est un agresseur", affaires style Bouhafs étouffées en interne, avec le concours des inénarrables Rousseau et Autain, pour ne citer que celles-ci. De celles qui, brandissant leur radicalité, défilent sans sourciller avec des islamistes intégristes, défendent le port du voile au prétexte qu''il est un "embellissement" etc. C'est le pouvoir que veulent ces femmes, le féminisme n'est qu'un moyen pour elles d'y parvenir, ce sont ni plus ni moins des opportunistes cyniques.
Caroline Fourest, depuis toujours, se bat contre l'extrême-droite, le fondamentalisme religieux et plus récemment, dénonce une gauche moraliste et identitaire qui semble bien avoir pris le pas sur la gauche universaliste qu'elle défend, et qui est la seule où je me reconnais. Elle a de plus l'intelligence d'y mettre de la complexité et de la nuance, ce qui n'est guère le cas des précitées De Haas, Rousseau, Autain et les autres...

Écrit par : La Baladine | dimanche, 09 octobre 2022

Pour Caroline Fourest, même si je suis globalement d'accord avec toi (surtout pour Caroline de Haas) autant j'avais été séduit par son combat contre l'extrême droite, comme dans "La tentation obscurantiste" autant pour d'autres affaires je suis pluis nuancé.
Comme celle du complotiste dans lequel elle accuse à mots à peine couverts les diplomates occidentaux de plonger, comme s'ils s'agissait de débiles légers qu'on roule facilement dans la farine.
A part ça, elle m'a toujours semblé un très honorable défenseur de la liberté d'expression et une militante convaincue de la lutte contre toute forme de fascisme.
(même si, parfois en l'écoutant je me suis dit que ses préférences la sortaient de la neutralité qui sied au journaliste qui parle d'homophobie... ;-) Là je me suis parfois dit "tu pousses ma biche, il vient de se dérouler l'équivalent d'une "ratonnade" des sixties, il n'y a pas de chasse organisée à l'échelle du pays pour "chasser les anormaux du paysage".)
Bref, on a de quoi papoter et se chipoter sur nombre de détails alors que nous sommes d'accord sur les buts à atteindre.

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 09 octobre 2022

Ton interprétation de la ratonnade m'interpelle, j'avoue... Une manifestation de violence physique n'est jamais anodine, à moins de raisonner façon Quatennens vu par Mélenchon. Et le raisonnement de Mélenchon je le trouve hautement discutable. Parce que les coups, ça tue. Et que la bastonnade subie par Fourest est aussi injuste qu'inacceptable pour tout humain respectueux des droits d'autrui. 1

Écrit par : La Baladine | mardi, 11 octobre 2022

Ha ha! Ça se voit que j'ai eu du mal à poser ma réponse :-D, et aussi que je suis tenace ;-))

J'ajoute ici donc aussi les propos de Kamel Daoud, qui, lui aussi, sait de quoi il parle :

https://www.facebook.com/photo/?fbid=1812623982415349&set=pob.100010032934692

Écrit par : La Baladine | jeudi, 06 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Bon, en fait ce qui me dérange, (encore que je suis partisan du respect de "A Rome, fais comme les Romains !") ce n'est pas le voile, c'est l'obligation de le porter pour des raisons diverses, qu'elles soient religieuses ou non.
Et je pense aussi qu'il n'y a pas d'innocents dans cette affaire.
Qui commence bien souvent par la fierté des mères d'avoir enfanté un fils et continue, quand il grandit par "rentrez vos poules je lâche mon coq".
Bilan, quand il n'y a que des filles dans la famille, elles tombent de l'armoire en entendant certains garçons dire un poil trop clairement ce qui leur trotte par la tête.
Et quand il n'y a que des garçons, on ne leur apprend pas assez fermement qu'on doit demander gentiment avant d'aller plus avant et ils n'ont pas de soeur pour le leur expliquer.

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 06 octobre 2022

Mais ça trotte aussi dans la tête des filles, tu sais!

Sinon le voile, c'est un linceul, c'est le premier pas vers l'invisibilité des femmes, puisque ce qu'on rend visible, c'est le voile, pas la femme qui s'efface. Et on sait depuis pas mal de temps que les plus hautes autorités religieuses musulmanes (se réclamant de l'islam, pas de l'islamisme qui n'est qu'un islam politique, pas du tout religieux) ont déclaré que le port du voile ne relève pas du commandement religieux...

Alors si de jeunes écervelées se prenant pour des rebelles préfèrent jouer le jeu du patriarcat en s'imaginant s'en émanciper je citerai juste les Iraniennes elles-mêmes, celles de 1979, quand l'ayatollah KhomeYnileur a imposé le voile, en 79. Elles ont défilé dans téhéran le 8 mars en scandant: « La liberté n’est ni occidentale, ni orientale, elle est universelle. »

Quant à comparer le voile au masque chirurgical... Soupir...

ps sinon, tu peux pas supprimer mes doublons? Merci d'avance et bises universalistes ♥

Écrit par : La Baladine | jeudi, 06 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

J'ai mal lu la phrase " je suis scandalisé etc...", et mal interprété le sens car j'ai soudain pensé aux antivax qui ,en plus, refusaient de porter le masque. Tu as dû me trouver stupide :))

Écrit par : Nina | samedi, 08 octobre 2022

ce geste qui consiste à se couper les cheveux, je le trouve à la fois beau dans sa totale candeur et complètement absurde ;-)

Écrit par : Adrienne | vendredi, 07 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Surtout totalement inefficace.
Exemple type du symbole...

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 07 octobre 2022

Mon grand âge me permet d'avoir pu rencontrer dans les années 49/50 un très vieux monsieur qui nous racontait ses émois d'adolescent... Les femmes de ce temps étaient vêtues de très longues robes qu'elles relevaient légèrement pour franchir un trottoir ou monter un escalier, et apercevoir une cheville ou un bout de jupon le mettait en transes ! Comme quoi ce n'est pas d'aujourd'hui... Le fait que ces mollahs ou ayatollahs s'excitent en voyant une chevelure montrent à l'évidence qu'ils ne sont que des obsédés de la "chose"
J'ai eu la chance de vivre avec un homme qui n'a jamais revendiqué une quelconque supériorité : la question ne s'est jamais posée de savoir lequel était le plus égal à l'autre !

Écrit par : Gwen | vendredi, 07 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Bon, c'est pas tout de bavarder, mais quand c'est y qu'on a « la consigne du lundi » ?

Écrit par : alainx | samedi, 08 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire