Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 novembre 2022

Devoir de Lakevio du Goût N°144

Devoir de Lakevio du Gout_144.jpg

J’avais évidemment repéré quelques toiles représentant des jeunes femmes vêtues de peau pâle, réchauffées de cheveux roux et au visage délicat rafraîchi par le bleu et le vert d’eaux océaniques.
Mais je me suis dit « Bon, les unes vont encore pester « encore des rousses ! Mais qu’il en drague une et nous fiche la paix ! » alors je laisse tomber… »
J’ai trouvé quelque chose qui, à défaut de convenir à toutes et tous, semble plus adapté à ce que je ressens parfois.
C’est un « devoir d’égoïste » en somme…
Si cette peinture vous donne quelque chose à raconter, je vous en prie.
Laissez aller votre imagination.
J’espère que nous nous lirons les uns les autres avec plaisir.
Alors à lundi…

Bon sang que c’est loin !
Assis là, sur cette pierre d’angle au bas de l’escalier, comme un vieil imbécile qui ne sait même pas comment il va bien pouvoir se relever, je rêvasse.
J’aurais pu évidemment, passer par la rue Foyatier et manquer de mourir d’une crise cardiaque à vouloir suivre le chemin du funiculaire et ses plus de trois cents marches.
Mais non, au bas du jardin, les quelques marches de l’entrée gravies, j’ai remonté à pas lents l’allée sur la droite, celle qui ne monte pas trop car elle suit la rue Ronsard.
Puis après une pente pas bien raide, je suis arrivé sur cette petite place, face au « Soleil de la Butte » qui m’a rappelé mon oncle qui chantait des versions inavouables des succès de l’époque, qu’il s’agît de Francis Lemarque ou d’Edith Pïaf.
Là, ça me revient.
Il faisait beau et mon oncle a commencé à chanter « La grenouille ».
On l’entendait à la radio et elle finissait par quelque chose comme « La grenouille se change en une fille aux cheveux d’or » et elle devait partir main dans la main avec le garçon.
Mon oncle, qui avait un sens plus aigu des réalités a commencé « Un garçon part en vadrouille au bord d’un étang » mais a continué « Il marche sur une pierre qui roule et fout le camp dedans… »
Je me rappelle avoir ri et en avoir été surpris parce que d’après ma mère, je ne ris pas beaucoup et ça l’inquiète parfois.
Je me suis arrêté un instant sur la place, devant le « Soleil de la Butte » et j’ai continué jusqu’à l’escalier que j’ai descendu.
Là, je me suis arrêté, me suis assis sur la pierre à gauche de l’escalier et ai regardé l’entrée de la rue Charles Nodier.
Là boulangerie en face n’est plus là.
Je suis repassé là parce que ma mémoire s’efface et que j’ai peur.
Je passe de temps en temps dans tous ces endroits avec l’angoisse de ne plus savoir ce que j’y ai vécu, vu, senti, ressenti, entendu.
J’ai parfois l’impression que ma vie est devenue fuligineuse, faite d’évènements qui s’effacent petit à petit.
Je fais face à la rue André del Sarte et là aussi il me revient qu’elle sentait terriblement le pipi et était sombre, même quand il faisait soleil.
Il y a bien quelque chose lié à cette boulangerie disparue, mais quoi ?
Toutes ces traces éparses ne me font pas mémoire mais ressemblent plus à une boîte de vis et écrous divers qui aurait été renversée.
C’est pour ça que j’ai peur.
Je ne sais pas si je pourrai encore longtemps les ramasser et les ranger.
On dit même que parfois on devient méchant parce qu’on ne les retrouve pas…

Commentaires

Adrienne se rend compte avec stupeur qu'il y a des âges où l'anniversaire est moins agréable qu'à d'autres.
C'est bien vu et c'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2022/11/28/x-cest-linconnu-99/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

c'est bien vu, l'image de la boîte avec les vis et les boulons ;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Alainx a la chance de croiser quelqu'un qui sait écouter et décèle que qui est important dans le discours.
C'est là :

https://alainx3.blogspot.com/2022/11/lentretien.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

C'est triste ... et ça arrive hélas de plus en plus souvent ... ou alors, c'est que maintenant, on en parle ....

Écrit par : Ambre | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

C'est notre peur à tous, notre mémoire qui fiche le camp.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Delia semble prouver avec son devoir que les économistes font parfois avec leurs décisions plus de dégâts que les militaires avec leurs canons.
C'est là :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2022/11/desespoir.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Emilia-Celina nous montre qu'on n'est jamais si vieux.
Elle nous parle d'un vieux qui commence par "je regrette" mais il en est déjà parler comme s'il disait "la prochaine fois".
C'est là :

http://emiliacelina.canalblog.com/archives/2022/11/28/39725248.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Fabie nous parle, comme d'autres, de grands-pères.
C'est finalement une espèce perpétuellement en voie de disparition et toujours renouvelée...
C'est là :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/mes-grands-peres-a213459319

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Bon, ça va, au vu de toutes ces énumérations de rues et places, la mémoire est encore bien vive !
Sinon, est-ce que ris plus que lorsque tu étais petit ? :-)
Pas mal l'image de la boîte de vis et écrous.
(J'ai fait l'école buissonnière !)

Écrit par : Praline | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Je trouve que c'est difficile de garder des repères fiables dans un monde sans cesse en ébullition. C'est pourquoi, temps que tu es capable de compter les boulons et les écrous et de les remettre dans la bonne case, ma fois, ce n'est pas trop préoccupant. Cherches , la boulangerie, c'est pas celle où une petite fille partageait le gros gâteau qu'elle y avait acheté ?

Écrit par : delia | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Si, c'est celle là et elle a disparu.
C'est un bistrot branchouille...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 novembre 2022

Et oui, cette sacrée mémoire...
Tant qu'on se rend compte qu'on oublie, ce n'est pas grave :)

Écrit par : Fabie | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Gwen a des "souvenirs de vieux" plus gais que celui de la toile proposée.
C'est là :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2022/11/28/39725658.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue semble tracassée par les mêmes souci que votre serviteur...
C'est là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2022/11/27/devoir-de-lakevio-du-gout-no-144-3303156.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

...il attrappe une grenouille qui dit en tremblant
Laisse moi m'en aller et je te promet
de réaliser 3 de tes souhaits.... Fais un voeu mon bonhomme.... je la chante encore à mes petites filles... la mémoire fiche le camp, je m'en rend compte ... bon! ça va encore ...mais... quand-même!

Écrit par : Emiliacelina | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Devoirs intéressant ... votre grenouille me fait penser à celle de la méditation pour les petits ... la butte me rappelle des souvenirs ; quant à votre mémoire, je ne trouve pas que votre cerveau s'obscurcisse ... tous, nous oublions des mots, des souvenirs que nous pouvons occulter car ils n'ont pas forcément compté pour nous et puis, nous vieillissons, les neurones diminuent normalement ; positivons malgré nos oublis car si l'on s'en rend compte, ce n'est pas grave !

Écrit par : EMMA | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Quand je lis tous les souvenirs que tu nous évoques régulièrement, je me dis que de deux choses l'une : ou bien tu avais dès le départ plus de souvenirs que moi ou bien ma mémoire s'est fait la malle bien plus tôt que toi. Pour reprendre ton image, j'ai bien quelques vis et écrous en main, mais je ne me souviens même pas avoir eu une boîte où les ranger... Voilà pourquoi je préfère vivre dans le présent, même si je ne l'habille pas toujours de couleurs très vivantes. Allons, courage ! Debout ! Il est temps d'avancer ;-) ! http://qdv.be/2022/11/28/debout/

Écrit par : Michel Quedeverbes | lundi, 28 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Il fut une époque où je pouvais mémoriser des bouquins entiers.
C'est une maladie qui frappait aussi mon fils et mon père.
Cette faculté s'estompe avec les années, je le ressens depuis quelques années.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 novembre 2022

J'ai renoncé à suivre ton parcours parce que je connais pas assez ton quartier de jenesse, mais j'ai bien aimé te suivre !

Écrit par : Gwen | mardi, 29 novembre 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire