Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 mars 2023

Symphonie funèbre mais pas triomphale.

vanites22-prems_maxi.jpg

Contrairement à celle écrite par Berlioz.
Non, on ne lira pas ici que « ceux qui pieusement sont morts pour la patrie ont droit qu’à leur cercueil la foule vienne et prie. »
P… Il me revient de ces vers ce matin.
D’ailleurs, à propos de vers, il y en a d’autres…
Comme disait je ne sais plus qui « vanitas vanitatum et omnia vanitas ».
Néanmoins je peux aujourd’hui vous affirmer que si je ne sais pas si « Les dieux ont soif. », je sais que les crabes ont faim…
Hier, la lumière de mes jours à cité un nom.
Un nom d’acteur ou de cinéaste.
Un nom qui m’a rappelé un « plaquage » mémorable, le truc vexant.
Curieux, j’ai cherché sur le Web quelqu’un qui ne me passait par la cervelle que quand il neigeait au mois de juillet.
Eh bien j’ai vu qu’elle était morte à soixante ans il y a douze ans…
Un crabe lui a probablement grignoté un sein que j’avais connu opulent.
J’avais lu il y a peu qu’on est vieux quand on connaît plus de morts que de vivants.
J’ai alors commencé à compter.
Un ami, un jeune homme que j’ai connu en 1973, est injoignable.
Pendant plusieurs jours, j’ai appelé les numéros divers qui lui donnaient accès.
Rien.
La dernière fois que je lui ai parlé, il avait la tripaille qui partait en lambeaux et avait été opéré moult fois.
La lumière de mes jours et moi avons alors parlé d’un autre, retourné ad patres en 2012, emporté par un crabe des éponges.
Puis, de façon inattendue, une femme que nous connaissons a appelé Heure-Bleue pour avoir des renseignements sur sa famille.
Elles ont longuement parlé d’une cousine qu’Heure-Bleue encore très jeune a connue enfant.
Elle aussi a été emportée par un crabe particulièrement vorace.
J’ai repensé à ma cousine, dévorée par la même bestiole il n’y a pas cinq ans.
C’était ma cousine préférée, celle avec qui je m’entendais mieux qu’avec mes sœurs.
D’autres copains ne donnent plus de nouvelles.
« Ils ont dévissé » comme on dit…
Une amie semble dans le même état et au même stade que ma cousine.
C’est une amie avec qui nous partageons quarante ans de fâcherie et de réconciliations.
Aujourd’hui, elle a un pied dans la tombe et l’autre sur une peau de banane…
Elle a « une chimio de confort » ce qu’on peut traduire par « elle est raide défoncée ».
On lui injecte des trucs qui enverraient en taule pour vingt ans n’importe quel dealer.
Et ce n’est pas la seule…
Je pense à l’instant à une dame qui a mon âge, celle dont feu mon père disait « Elle est mignonne mais elle est fichue comme une église » et qui, à mon regard interrogatif avait répondu « Ben oui, elle a les seins à l’intérieur… »
Il est vrai que sa poitrine attirait moins le regard que ses yeux, d’un bleu magnifique qui illuminaient un visage par ailleurs assez beau.
J’ai laissé tomber cette note deux minutes, le temps de chercher là où je savais qu’elle vivait.
Eh bien, elle aussi est retournée ad patres il y a cinq ans.
Le monde que j’ai connu se dépeuple à un rythme élevé.
On n’y va pas de gaîté de cœur mais manifestement on y va.
Ça m’attriste et me chuchote à l’oreille « memento mori »…

Commentaires

Certains jours je fais aussi mon "tour des popottes" hélas reste peu de téléphones actifs, pratiquement aucuns services internet, c'est que cette modernité les effrayaient ...dans la famille ce sont les neurones qui prennent le large...
Moyenne d'âge 77 ans, les rêves sont ailleurs ...!

Écrit par : mume | jeudi, 30 mars 2023

Répondre à ce commentaire

T'arrêtes ! la mort de tes osses !! Donne pas la scoumoune :))

Écrit par : Nina | jeudi, 30 mars 2023

Répondre à ce commentaire

Nous sommes allés très souvent au Père Lachaise, nous n'en sommes pas sortis morts. ;-)
Tu crois qu'on se porte l'oeil comme ça ?
Oh ! Nina ! T'as bien ta hamsa autour du cou ? ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 30 mars 2023

Et avec une gorgée d'anisette "que purée qu'elle guérit tout"!

Écrit par : Nina | jeudi, 30 mars 2023

Le jour tombe, je ne suis habituée ni à sa splendeur ni à sa disparition. Chaque jour peut être le dernier. Il l’est pour quelqu’un et, pour un autre, le premier.
S’il le fallait, en cet instant, saurais-je accueillir d’un cœur égal l’enchantement du crépuscule et l’approche de la mort ? Qu’il est difficile d’aimer la vie et cependant d’en accepter la fin, de laisser se défaire ce que l’on aime avec passion, voir s’ordonner et s’épanouir.
Je voudrais ne pas arrêter d’apprendre à vivre, et sans cesse accroître jusqu’au seuil de la mort ma part solaire."
Anne Philipe

Écrit par : La Baladine | jeudi, 30 mars 2023

Répondre à ce commentaire

Flûte, j'ai oublié le guillemet d'ouverture!

Écrit par : La Baladine | jeudi, 30 mars 2023

Pour s'habituer à la splendeur, à la beauté des jurs, même cruels, il faut une forte propension au blasement...
Ne pas être blasé, continuer à être étonné est heureusement fréquent chez beaucoup.
Sinon, ma foi, il faut bien admettre que poussière nous sommes et poussière nous retournerons.
Mais il n'y a pas urgence... ;-)
Il y en a plus à apprécier la vie malgré sa ressemblance avec une échelle de poulailler.
(c'est finalement assez court et il y a de la m... sur tous les barreaux)

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 30 mars 2023

Tout ça ne peut pas nous consoler mais avec ou sans crabe, on y va tous.

Écrit par : delia | jeudi, 30 mars 2023

Répondre à ce commentaire

Et oui ce crabe est dévastateur, face à lui certains ont plus de "chance" que d'autres...

Écrit par : Fabie | jeudi, 30 mars 2023

Répondre à ce commentaire

Il y a bien d'autres raisons que le crabe...

Écrit par : Praline | jeudi, 30 mars 2023

Bien sûr, Pralinen mais un crabe ça peut te causer des années d'angoisse.

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 30 mars 2023

Oui le Goût je suis d’accord avec toi, ce sont sûrement des années d’angoisse, de peurs, parfois d’espoirs, mais d’incertitude quant aux lendemains, une vie chamboulée sur bien des plans… Et puis il y a la mort brutale, d’une violence inouïe qui te propulse dans un puits sans fond duquel tu mettras du temps à remonter, au prix d’efforts presque surhumains, un puits qui parfois t’attire de nouveau… J’aime la vie, tu le sais, j’ai hérité l’optimisme et l’aptitude au bonheur de ma Maman, mais faut pas croire que ça va toujours bien, j’ai mes jours « sans ». Aujourd’hui chez le kiné, dans la salle d’attente j’ai discuté avec un monsieur (l’âge de mon fils), hémiplégique du côté droit, après avoir été renversé par une moto alors qu’il n’avait que six ans. Une vie complètement bouleversée… mais cet homme m’a donné une leçon de vie inimaginable ! Il est positif, joyeux, bienveillant, d’un optimisme incroyable. J’ai oublié qu’il avait sa petite main droite toute recroquevillée, je n’ai vu que son sourire et ses yeux pétillants.

Écrit par : Praline | jeudi, 30 mars 2023

Oui le Goût je suis d’accord avec toi, ce sont sûrement des années d’angoisse, de peurs, parfois d’espoirs, mais d’incertitude quant aux lendemains, une vie chamboulée sur bien des plans… Et puis il y a la mort brutale, d’une violence inouïe qui te propulse dans un puits sans fond duquel tu mettras du temps à remonter, au prix d’efforts presque surhumains, un puits qui parfois t’attire de nouveau… J’aime la vie, tu le sais, j’ai hérité l’optimisme et l’aptitude au bonheur de ma Maman, mais faut pas croire que ça va toujours bien, j’ai mes jours « sans ». Aujourd’hui chez le kiné, dans la salle d’attente j’ai discuté avec un monsieur (l’âge de mon fils), hémiplégique du côté droit, après avoir été renversé par une moto alors qu’il n’avait que six ans. Une vie complètement bouleversée… mais cet homme m’a donné une leçon de vie inimaginable ! Il est positif, joyeux, bienveillant, d’un optimisme incroyable. J’ai oublié qu’il avait sa petite main droite toute recroquevillée, je n’ai vu que son sourire et ses yeux pétillants.

Écrit par : Praline | jeudi, 30 mars 2023

Mince, mon commentaire ne veut pas passer... si doublon, merci de supprimer.

Écrit par : Praline | jeudi, 30 mars 2023

Justement ce midi, à table, avec Madame on évoquait les gens dont on se demandait bien ce qu'ils avaient pu devenir. On référait à la loi statistique : — Est-ce qu'il/elle était plus vieux/vieille ou plus jeune que nous ?. On a fini par se marrer en déclarant péremptoirement que si c'était plus vieux, c'était cimetière à coup sûr !
— Ou alors incinérés avec sablier pour œufs à la coque, que j'ai ajouté
— t'exagère qu'elle a répondu.…
— Pas du tout ça existe des pendentifs en or, en forme de sablier, pour mettre les cendres du défunt !

Écrit par : alainx | jeudi, 30 mars 2023

Répondre à ce commentaire

Ben dis donc!! Y a d'la joie a te lire aujourd'hui! Pourtant ,que veux tu ? Ta façon d'écrire me fait sourire jusque dans tes commentaires! Tu es trop fort !

Écrit par : Emiliacelina | jeudi, 30 mars 2023

Répondre à ce commentaire

on perd nos grands-parents, nos parents et tôt ou tard on se retrouve le dernier, je ne sais pas qui est le plus à plaindre mais je sais que mon père ne voulait pas que son crabe gagne.
Il a gagné pourtant.

Écrit par : Adrienne | jeudi, 30 mars 2023

Répondre à ce commentaire

Bon moi (bien que retraitée, depuis peu il est vrai) je démarre une nouvelle activité : le pilotage de drones, rien que ça. Par ailleurs j'ai rencontré sur IG des gens super sympas qui font de belles photos, dont plusieurs qui habitent à Londres. Je suis devenue (en virtuel pour l'instant) très proche d'un d'entre eux et j'attends avec impatience mon voyage à Londres pour enfin le rencontrer ! Je me suis rarement sentie plus vivante. Et en plus on va vers l'été (sisi !)
Hauts les coeurs !

Écrit par : Isabelle Z | vendredi, 31 mars 2023

Répondre à ce commentaire

Ton billet d'hier est bien triste ... tout au long de notre vie, nous avons tous perdu des êtres chers, certains trop jeunes, des proches, un père, une mère, une sœur, un frère, pour certains un enfant ce qui est une douleur indicible inexprimable, des amis... pour tous la liste est longue, la pandémie a accentué ces pertes ... aujourd'hui encore, nous apprenons des décès, des cancers récidivants, de nouveaux cancers qui touchent des proches ... je reste discrète, unie aux malades, à leurs familles, gardant confiance et grande espérance... il faut rajouter de la vie aux jours quand on ne peut rajouter de la vie aux jours ... soyons heureux d'être en vie, ici et maintenant, accueillant les joies, les peines au quotidien, solidaires et aimants, bonne nuit à chacun(e).

Écrit par : Emma | vendredi, 31 mars 2023

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire