Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 10 décembre 2014

Les mots ont un sens. Un prévu et imprévu...

Déjà, lundi, la nouvelle avait fait l’effet d’une bombe !
Heure-Bleue et moi étions allés chercher Merveille à l’école.
Une Merveille en pleine forme, belle comme le jour, affamée comme un Sahélien et qui a salement écorné les 250g de cantal jeune sur le chemin qui va de l’école à sa maison.
Pendant que Merveille, sa mère et Heure-Bleue préparaient son sac, je suis passé voir P’tite Sœur qui trépignait dans son parc.
Elle m’a fait un sourire charmeur et m’a tendu les bras.
Je me suis approché en demandant « qu’est ce que tu veux, poussin ? »
Re-sourire, battement de cils puis, à haute et intelligible voix elle m’a dit « Mamy ! »
J’ai songé un instant, un instant seulement, à lui rappeler que j’étais « Papy » mais je me suis souvenu qu’une précédente fois, une Heure-Bleue, confiante dans l’efficacité du chantage, avait signifié fermement à P’tite Sœur qui voulait être sortie de son parc qu’il lui faudrait dire « Mamy » avec toute la douceur requise.
Ce jour là, Heure-Bleue avait gagné.
P’tite Sœur avait donc dit gentiment « Mamy » et avait été sortie de son parc.
Elle en a apparemment retenu que pour sortir de derrière ses barreaux, il suffisait de sourire et dire gentiment « Mamy » à tous ceux qui passeraient devant sa prison…

Commentaires

Comme quoi la théorie du genre...

Écrit par : mab | mercredi, 10 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Intelligente, la poulette.

Écrit par : lakevio | mercredi, 10 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Bouhhhh ! Ce récit me met la larme à l'oeil : Nous avons vécu exactement la même chose avec mon petit-fils, lui aussi encagé dans son parc ; Moi je suis la mamie et il m'était impossible de ne pas accéder à la demande, avec forte ration de baisers.
Cela s'est d'ailleurs poursuivi durant plus de 6 ans. Aujourd'hui encore, quand une remarque un peu vive de ses parents ou une interdiction s'abattent sur le garçonnet de 9 ans en ma présence, il se tourne vers moi, m'offre ses regards implorants...et moi, hypocrite mais sensible, je baisse le nez ou m'efforce de ne pas laisser les larmes me monter à l'oeil : Sans le vouloir vraiment (enfin presque, enfin je ne saurais le dire) je dois sûrement attendrir ses géniteurs qui finiront par "céder" pour éviter désarroi, ou climat lourd de sous-entendus voire de reproches !
Eh bien, c'est cela que je veux ajouter, la complicité qui nous lie alors dans nos regards échangés ou le câlin qui va suivre est inouï, indescriptible et inoubliable pour l'un et l'autre, c'est certain !
(Pour éviter qu'on me taxe de grand'mère excessive ou insupportable vis-à-vis de ses enfants/parents, je précise que je ne vois mes petits-enfants guère plus de trois à quatre fois par an ! )

Écrit par : mia | mercredi, 10 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Ben... la petite a retenu le mot de passe indispensable pour acquérir un instant de liberté ! Pas folle la guêpe !
J'avais lu HB sur le même sujet
Gwen

Écrit par : Gwen | mercredi, 10 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

J'aurais aimé avoir un parc pour le petit , c'est que ça crapahute partout et à moins d'avoir des yeux dans le dos , il faut une sacrée surveillance , tu es obligée de laisser la porte de la douche et des toilettes ouvertes sinon , le bonhomme farfouille et les poubelles et les prises de courant !

Écrit par : Brigitte | mercredi, 10 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

La dernière fois, j'ai essayé d'apprendre mummy à Gaby. Ca ressemblait fort à mama..
Chez mon fils, plus de parc. Il faut surveiller Gaby comme l'huile sur le feu. Mon fils ont un grand balcon avec des barreaux, maison suspendue. Ca me fait peur. J'ose croire qu'il n'y va pas seul. Heureusement, ils ont mis au moins une barrière fermée à clé.
Je me rappelle de ma petite fille dans son parc. Elle nous cherchait du regard pour que nous la délivrions. C'était le seul moment où nous pouvions l'approcher.

Écrit par : juliette | mercredi, 10 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Trop mignon !!! Les chambres de Blanche Neige et du Fiston se faisaient face, entre leurs deux portes il y avait juste la place de mettre le parc. PJF adorait y être elle avait vu sur leurs deux chambres et ils étaient près d'elle. D'ailleurs s'ils voulaient sortir ils devaient obligatoirement passer par le parc. En quelque sorte les trois étaient enfermés !

Écrit par : liliplume | mercredi, 10 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Mais c'est mignon, voilà elle a trouvé la formule magique "Mamy".

Écrit par : Ysa | mercredi, 10 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

mamie, c'est quand-même mieux que le "sésame ouvre toi!" d'Ali Baba!!!! elle a trouvé le mot magique qui lui convient ! Et HB doit en être très contente !

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 10 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Heure Bleue a de la chance. Je vois si peu Petit Poucet que chaque fois il se demande qui je suis. Et puis, pas de parc. Il cavale partout et fait des ravages. Il met des épingles à linge dans les casseroles, il déterre furieusement les plantes vertes... Là, il s'acharne sur le sapin.
Je sens que si ma fille ne sévit pas, elle va avoir du fil à retordre mais elle n'écoute que l'autre mamie, alors je me tais pour ne pas faire d'histoire.

Écrit par : Armelle | jeudi, 11 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

C'est probablement la raison, n'est-ce pas? Sinon comment expliquer cette préférence?

Écrit par : livfourmi | vendredi, 12 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire