Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 29 décembre 2014

Musée secret…

J’ai terminé hier « Un pedigree ».
Quelques unes des dernières phrases du bouquin m’ont frappé.
Pas seulement son passage place Dancourt, au bas de Montmartre.
Il y a aussi sa déambulation rue Championnet.
Je suis sûr qu’il est passé par la place Championnet.
Ne cherchez pas, lectrices chéries , la « place Championnet » n’existe pas plus que la « place de l’Etoile » ou la « Place Villiers ».
Je vous dis le secret : La « Place Championnet » s’appelle Albert Kahn, la « Place Villiers » s’appelle Prosper Goubaux et la « Place de l’Etoile » s’appelle Charles de Gaulle.
Oui, c’est comme ça, le maire de Paris est grand mais les Parisiens font ce qu’ils veulent.
Deux à quatre générations se sont écoulées depuis ces changements mais les noms de ces endroits n’ont pas changé dans l’esprit des gens du cru, de leurs enfants ou petits-enfants.
Heureusement, imaginez un peu qu’au lieu de dire « un clodo » on se mette tous à dire « un humain en situation de grande précarité », ou « quelqu’un qui n’est pas en capacité d’assumer une résidence fixe »  comme dirait le premier faux-cul ministrable venu…
Revenons à cette déambulation rue Championnet.
Elle m’a rappelé avec acuité une séance au cinéma « Ornano 43 », salle aujourd’hui remplie des gondoles d’un Franprix.
 

DSC05679.JPG


Ce cinéma, je l’ai toujours connu plus ou moins dans la débine et il passait parfois des copies si rayées que s’il n’y avait eu l’affiche, on aurait eu bien du mal à savoir quel était le film projeté…
On y projetait encore « Joselito, l’enfant à la voix d’or » alors que le môme devait être en train de faire son service militaire.
C’était un jeudi. Oui lectrices chéries, à l’époque la semaine était coupée en deux par le jeudi, bien plus court que le mercredi dont seul le nom est plus long.
Entre le dimanche et le jeudi, beaucoup « glandaient d’arrache-pied » dans mon quartier et s’il n’y avait pas eu ma mère, j’en aurais fait autant.
Ce jour du deuxième trimestre 1963 donc, je me le rappelle parce que je regardais déjà avec intérêt plein de choses.
Dont les filles.
J’avais appris quelques détails intéressant sur les relations qu’on pouvait avoir avec dès l’été précédent en Bretagne.
En étudiant sérieux, je cherchais à étendre le champ de mes connaissances ce jeudi là avec une fille qui habitait rue Vincent Compoint.
C’était loin de mon lycée et du sien, nous nous étions croisés rue du Poteau en faisant les commissions. Comme j’étais curieux et elle aussi, nous avions bavardé.
C’est comme ça qu’un jeudi du printemps 1963, miraculeusement épargné par la copie manuscrite en cinq exemplaires  du « Règlement intérieur du Lycée », nous nous étions retrouvés au balcon du cinéma « Ornano 43 », moins cher que les fauteuils d’orchestre et surtout moins surveillé par les ouvreuses.
On y donnait un vieux truc dont le nom du héros, « Joaquin Murietta » m’a sauté à la mémoire hier soir. 
C’était « Les desperados de la Sierra », un film mexicain qui retraçait l’histoire ce type qui fut un héros pour les uns et un bandit pour les autres.
Mais ce que je retiens de cette séance, ce n’est pas ça.
C’est bien sûr les papouilles timides échangées avec cette fille mais surtout, c'était la première fois que je touchai des seins depuis ma dernière tétée.
Eh ben, c’était drôlement doux…

Commentaires

Hier soir , Cher et Tendre avait les yeux aussi gros que les seins de la fille qui jouait dans le fim de David Linch dans Mulholland drive , auquel je n'ai rien compris en passant ! Tu connais très bien Paris !

Écrit par : Brigitte | lundi, 29 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Finalement, tu as plus de succès lorsque tu parles des blogs simplistes que lorsque tu racontes un moment plein de tendresse..

Écrit par : heure-bleue | lundi, 29 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

d'abord Brigitte : le mien aussi hier soir, les yeux exorbités (!!) . En fait le film commence par la fin.

Ensuite le goût : toi qui connais si bien Paris, connais tu le passage Championnet ?

Écrit par : liliplume | lundi, 29 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

j'ai toujours cru, en bonne provinciale que la place s'appelait Charles de Gaulle l'étoile !!

Écrit par : maevina | mardi, 30 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire