Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 février 2015

Recru des sens...

Lectrices chéries ! Pleurez ! Plaignez moi !
Mes membres sont recrus et mes sens épuisés.
Je n’entends plus, assourdi par les battements de mon cœur.
Je ne vois plus, ébloui par une température équatoriale.
Je ne sens plus, le nez bouché par des hordes de mucosités insanes.
Même le toucher est altéré.
La lumière de mes jours, chaufferette de mes nuits à l’occasion, m’a refilé son virus, j’en suis sûr.
Vous savez comment elle s’y prend ?
Non, non, non, pas comme ça…
Ça, c’est quand elle n’est pas malade.
Elle tousse un coup.
Genre Merveille qui fait du cinéma.
Puis, avec l’air de Violetta au troisième acte, elle me dit d’une voix aussi mourante qu’elle «  quand je tousse, j’ai l’impression d’avoir une haleine de chacal » puis lâche dans un soupir « tu veux bien vérifier, mon Minou ? »
Comme j’ai une idée précise  de ce que me coûte un refus à ma houri, j’avance prudemment mon visage vers le sien.
Là, elle me souffle dans le nez, m’envoyant d’un seul coup vingt milliards de virus mesquins dans le nez.
J’aurais dû me méfier, « mon Minou » c’est le truc rare. Le truc qui sent le piège à vingt pas.
Je hausse les épaules et lui dis « mais non, au pire c’est la peste mais pas plus ».
Elle retombe, agonisante, sur ses oreillers et me demande, juste avant de rendre l’âme « tu veux bien me faire une Rico, Minou ? »
Puis, quand la Rico est pile poil prête, elle l’a deviné je ne sais comment, elle jette d’une voix lasse « Finalement, je préfère un verre d’eau… »
J’ouvre mon navigateur Internet, jette un œil chez Legifrance, regarde le tarif du meurtre, change d’avis et lui amène son verre d’eau.
Sa vicieuse stratégie a néanmoins fonctionné.
J’ai froid.
Et ne ricanez pas sous prétexte que j’ai toujours froid.
C’est mesquin…
Ça commence.
Je n'ose même pas regarder le thermomètre.
Comme disait mon père « ma poule ! rien que je le regarde, il fume ! Ça fait pareil que quand je te regarde ! »
Déjà tout à l'heure il indiquait37°C.
C’est grave, croyez moi.
Normalement, c’est 36.4°C.
Heure-Bleue m’a refilé sa fièvre de cheval.
Je me sens déjà mal.
Peut-être même que je vais tousser bientôt.
Je vous entends ricaner d’ici lectrices chéries.
On voit bien que vous ne savez pas ce que c’est que Le Goût avec la crève…
Je me sens seul, abandonné.
Un chien quasiment, tel ceux qu’on voit attachés à un arbre au bord de la route au mois d’août.
Heure-Bleue comate encore tranquillement alors que je meurs, seul et souffrant.
Elle l’a fait exprès j’en suis sûr.
Peut-être que non mais dans le doute, plaignez moi, lectrices chéries.
Je vous aime, je vous le jure, si si si...
Allez, je vais me coucher.
Je me relèverai peut-être pour faire le dîner.
Si je ne suis pas mort.
On a déjà prévenu les enfants que s’ils n’avaient pas de nouvelles d’ici mardi, ils devraient récupérer le poulet dans le frigo...

Commentaires

Aïe! Pas bon tout ça! Prenez bien soin de vous.

Écrit par : livfourmi | samedi, 21 février 2015

Répondre à ce commentaire

ah!!!!!!!! tes titres!!!!!! et d'ailleurs toute ta note!!!!!!!! Comment peux tu arriver à nous faire rire alors que , quand-même, cette année, la grippe, il faut la prendre au sérieux!!! Faites bien attention tous les deux! Je pense à vous!

Écrit par : emiliacelina | samedi, 21 février 2015

Répondre à ce commentaire

C'est bien ce que je disais....

Écrit par : pennylane22 | samedi, 21 février 2015

Répondre à ce commentaire

Je ne redirai pas ici ce que j'écrivis à la lumière de tes jours quand il fait beau, mais je n'en pense pas moins!

Écrit par : marie-madeleine | samedi, 21 février 2015

Répondre à ce commentaire

Comediante, tragediante.

Écrit par : mab | dimanche, 22 février 2015

Répondre à ce commentaire

Appelle moi Napo, on est entre nous...

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 22 février 2015

Retirer le poulet du frigo et y mettre les parents... Mais non ! Juste une petite blague mi-noire, mi-blafarde. Faut faire comme moi : la quarantaine !J'ai pas eu le virus du Maître mais je sais que si les petits sont malades ; je n'y couperai pas !
Soigne-toi bien tandis que je reprends le train.

Écrit par : lakevio | dimanche, 22 février 2015

Répondre à ce commentaire

J'espère que le poulet est un bon poulet fermier. Je n'aime que les poulets de ma mère, des poulets qui savent encore courir. Faut voir quand ils voient ma mère s'approcher, comme ils sont terrifiés. Ont pas une vie bien longue, tout au plus 4 mois. Dure est la vie d'un poulet.
Si tu es levé, c'est que tu n'es pas à l'article de la mort. On en est bien soulagé.
Bon dimanche. Ici, en Auvergne, le soleil daigne enfin se montrer. Je sens que je vais aller me promener cet après-midi, en espérant ne pas rencontrer des poulets à poil.

Écrit par : Juliette | dimanche, 22 février 2015

Répondre à ce commentaire

Ca y est, je viens enfin de comprendre le titre. Recrue des sens, recrudescence...De quoi ? De poulets ?

Écrit par : juliette | dimanche, 22 février 2015

Répondre à ce commentaire

Il faut quelquefois répondre NON quand une femme vous demande "Voulez-vous coucher avec moi?"

Écrit par : Zazie | dimanche, 22 février 2015

Répondre à ce commentaire

je recommente parce-que je viens de lire certains passages de ta note à Robert et je je dis texto ce qu'il te fait dire : fais attention, ça prend trois jours avant la mort et le premier compte double!
MOI!!!!!! J'ai rien dit !!!!

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 22 février 2015

Répondre à ce commentaire

bonne agonie alors

Écrit par : liliplume | dimanche, 22 février 2015

Répondre à ce commentaire

c'est une tragédie !

Écrit par : Brigitte | lundi, 23 février 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire