Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 mars 2015

Cinquante nuances de graille...

Vous savez quoi, lectrices chéries ?
Eh bien Heure-Bleue et moi avons expérimenté hier « la journée où tout tourne de travers ».
Du moment où la porte de l’immeuble a claqué derrière nous quand nous sommes partis au moment où la porte de l’immeuble a claqué derrière nous quand nous sommes revenus à la maison.
Et même un peu après.
Une idée, germée samedi dans nos cervelles de piaf enchantées par l’apparition d’un ciel printanier, nous avait semblé intéressante.
Aller déjeuner d’un « döner » à la Porte Saint-Denis.
Puis revenir tranquillement à pied jusqu’à Saint Lazare en nous arrêtant près de la Bourse pour boire un café dans le « bistrot à brunch » tout proche de l’endroit où j’ai croisé pour la première fois ma rousse alors flamboyante.
Tout était prévu au quart de poil.
Comme tout ce qui est réglé au quart de poil, ce fut fichu en l’air par un trente-deuxième de poil.
Nous sommes donc sortis hier, peu après midi, sous un ciel bas et lourd qui pèse comme un couvercle.
Partis malgré tout joyeux pour des courses lointaines, et comme tous ces marins et tous ces capitaines, avons failli de pas revenir. Plus exactement ne pas partir…
Arrivés à la gare, les grilles étaient fermées et une affiche ricanait que « pas de trains jusqu’à dix-huit heures » mais nous proposait néanmoins des bus de substitution jusqu’à la gare voisine.
Nous avons traversé la passerelle et avons pris ce bus dont le chauffeur nous a obligeamment dit qu’il ne fallait pas payer.
Arrivés à la gare suivante, un agent nous a renseigné et nous avons attendu le train.
Aucun composteur n’était en état et aucun portillon ne nous a barré la route.
Notre moral est remonté malgré la grisaille et, arrivés à Saint Lazare avons rejoint l’arrêt du 20.
Nous y avons appris que l’arrêt était supprimé jusqu’en octobre 2015 et déplacé rue de Rome sans autre précision…
Nous avons décidé de prendre le 29 jusqu’à la Bourse avec l’idée de remplacer le « döner » par un « brunch » à la Bourse..
Hélas, ce bus voyait sa fréquence désespérément basse et une attente de plus de vingt minutes parut démesurée à nos estomacs.
Nous avons tenté de trouver l’arrêt du 20.
Arrivés quasiment place de l’Europe, nous avons pris le 95 jusqu’à la place de Clichy.
Nous nous étions dit qu’un « döner assiette avec boulgour et tout » avenue de Clichy, juste après le Cinéma des Cinéastes, ce serait bien aussi.
Évidemment, le kebab en question était fermé.
C’est là que nous avons commencé à rire. L’enchaînement des ratages devenait comique.
Nous avons trouvé un « döner » sur le trottoir en face.
100% poulet, 0% veau et avec frites pas terribles alors que nous l’avions demandé sans frites.
Bon, c’était pas cher mais ça ne valait pas plus…
Pour le digérer nous sommes allés boire un café rue de Levis.
Pour parfaire le désastre nous avons acheté un, un seul, éclair dans une pâtisserie malheureusement ouverte.
Arrivés à Pont Cardinet pour revenir chez nous, l’affichage du quai était faux.
Le train est arrivé à l’heure. C'est-à-dire dix minutes après l’heure prévue pour la reprise du trafic.
Le dîner fut léger et plutôt bon.
La fin en fut comme prévue gâchée par l’éclair, particulièrement raté.
Il y a des jours, comme ça.
Mais ce fut agréable et nous avons bien ri.

Commentaires

En tout cas, vous ne vous découragez pas rapidement.

Écrit par : livfourmi | lundi, 02 mars 2015

Répondre à ce commentaire

De vrais aventuriers!

Écrit par : mab | lundi, 02 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Comme dit l'autre, "c'est pas autant plus pire que si c'était pas bien"

Écrit par : Clonilau | lundi, 02 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Aïe aïe aïe.
J'aurais pu te dire que 1. oui le döner après le cinéma des cinéastes est ouvert tous les jours SAUF le dimanche
2. Oui, celui d'en face est vraiment dégueulasse
3. Un nouveau s'est ouvert, tout en haut de la place de clichy, juste avant Bricorama, qui est très bien ET ouvert le dimanche.

Écrit par : imaginer | lundi, 02 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Comme on dit en Suisse, vous avez été déçu en bien!

Écrit par : Zazie | lundi, 02 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Quelle poisse ! bon , on dit bien qu'une tranche de rigolade ça équivaut à un steak !

Écrit par : Brigitte | lundi, 02 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Un vrai sketch digne d'un Raymond Devos un jour de printemps dans Paris. Le Doner peut attendre pourrait on dire à présent..Une journée à marquer d'une pierre blanche !

Écrit par : Jerry OX | lundi, 02 mars 2015

Répondre à ce commentaire

il faut être gourmand ou avoir très faim pour effectuer un pareil périple et surmonter tous les obstacles comme vous l'avez fait .........et en rire !!!!!! d'ailleurs je suis obligée de rire aussi en vous lisant l'un après l'autre !!!

Écrit par : emiliacelina | lundi, 02 mars 2015

Répondre à ce commentaire

C'est pourquoi je n'ai pas postulé sur Paris, les transports sont trop aléatoires !

Écrit par : pennylane22 | mardi, 03 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire