Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 mai 2015

Le poids des mots…

Il faut que j’explique à Berthoise pourquoi Merveille dit « un temps de mince ».
Comme vous avez pu le deviner lectrices chéries, et comme nous-mêmes avons pu nous en rendre compte, Merveille est plutôt futée et sait assez bien naviguer entre les exigences d’une éducation plutôt stricte et les nécessités de la verdeur d’expression de la vraie vie.
Un parler impeccable est exigé chez ses parents et chez nous.
Nous savons qu’il en va probablement autrement à l’école…
Nous-mêmes, et l’Ours plus encore, prenons des libertés avec les règles dont on exige de Merveille qu’elle les respecte.
Sauf que… Comme dit Heure-Bleue. Sauf que…
Eh bien sauf qu’il nous est arrivé il y a quelque temps de dire « merde ».
Merveille, pas folle en a profité pour tenter l’expression, ce qui a évidemment donné lieu à une engueulade et une modification du langage qui a conduit tout le monde  à dire « mais quel temps de mince ! » plutôt que le bien plus clair « mais quel temps de merde ! »
Il y eut par la suite, tout aussi évidemment, une de ces disputes courantes entre un père et sa fille.
La dissension fut telle que Merveille, exaspérée  jeta à son père « Mais quel papa de mince ! »
Le résultat fut assez fumant mais finalement, Merveille comprit que, même édulcoré, un terme glissant pour qualifier son père était, comme la conduite de Clinton envers miss Levinsky, « inapproprié ».
Et voilà pourquoi Berthoise, Merveille dit plutôt « mais quel temps de mince ! » que « mais quel temps de merde ! »
Elle dispose comme ça de quelques mots de substitution qui lui permettront sans aucun doute de tenir un langage de carabin dans un salon sans faire lever un sourcil à une nonne…
Ainsi, un jour de toilette avec mamie elle aborda le problème de ce que sa mère appelle pour elle « la quiquinette ».
Nous apprîmes alors que selon sa fille, l’Ours ne disait pas toujours « quiquinette » mais que « papa il ne dit pas toujours « la quiquinette », des fois il dit « la femme du chat » mamie ! »…
Mamie qui l’appela et râla alors après son fils préféré et unique…
Genre « c’est pas comme ça qu’on t’a élevé ! » 
 
Capisci Berthoise ?

Commentaires

Ton fils ne t'en voudra pas de dévoiler ainsi ses principes d'éducation?

Écrit par : mab | vendredi, 01 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Ben aujourd'hui, c'est un parfait temps de mince !

Écrit par : lakevio | vendredi, 01 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Un temps de chien !

Écrit par : Anita | vendredi, 01 mai 2015

Répondre à ce commentaire

difficile de ne pas laisser échapper un gros mot devant un enfant ! Mes enfants aussi parlent de "la femelle du chat", je trouve ça grossier et je les reprends à chaque fois. Vocabulaire qui vient de la rue..pfff

Écrit par : liliplume | vendredi, 01 mai 2015

Répondre à ce commentaire

J'avais bien compris que "mince" venait à la place d'un autre mot bien plus grossier.
Eh, chuis pas bête, quand même, hein !
Toutefois, je m'étonnais de la substitution.
Il faut avouer que s'exclamer : " Quel temps de miel !" c'est nettement moins parlant. :D

Écrit par : Berthoise | vendredi, 01 mai 2015

Répondre à ce commentaire

c'est vrai que c'est plus facile de parler du zizi d'un garçon que de la "chounette" d'une fille!
Pourtant sachant que c'est aussi un petit porte-monnaie , ça devrait pourtant bien passer, non??
Elle est fine mouche ta merveille!

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 01 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Il fait un temps de mince à ne pas mettre une femme de chat dehors !!

Écrit par : Ysa | vendredi, 01 mai 2015

Répondre à ce commentaire

C'est bien aussi de la dévergonder parce qu'arrivée au collège , les jeunes mal polis se moquent du langage châtié des gosses bien élevés , mes deux garçons en ont fait les frais . Mais , je te l'accorde , pas en famille , les copines peuvent s 'en charger .

Écrit par : Brigitte | samedi, 02 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire