Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 juin 2015

Les vieux s’attirent.

Je fus hier traversé par une vague inquiétude.
Nous avions rendez-vous avec une blogueuse qu’on aime et son mari, dit « Le Maître », histoire de courir après nos dix-huit ans dans le Quartier Latin.
La gagnante fut manifestement Heure-Bleue.
D’où ce petit pincement.
« Et pourquoi ça, Goût chéri ? » vous exclamâtes vous, lectrices chéries.
Eh bien parce que dans ce 21 qui nous menait vers le palais du Luxembourg, j’eus droit à une parade printanière du plus bel effet.
La lumière de mes jours voulut laisser sa place à un homme qui portait beau mais semblait souffrir des articulations.
Élégant de manières comme vous me connaissez, j’ai cédé ma place pour qu'Heure-Bleue restât assise.
Et que vis-je ? Ce vieux en train de draguer ma meuf, fière comme Artaban et papillotant des yeux. J’ai bien tenté de glisser quelques mots mais j’ai abandonné car il n’avait d’yeux que pour les mirettes de ma moitié. Enfin, pas que.
J’entendais quasiment le type faire « frrr… Frrr… » comme font les pigeons quand ils ont une idée derrière la tête en matant une pigeonne.
Et que je te lui raconte que j’étais un ancien inspecteur d’académie, que j’écrivais un bouquin sur je ne sais quoi, et que patatati et que patata…
Heure-Bleue a failli s’étrangler en avalant d’un seul coup une trop grande gorgée de petit lait.
Au point qu’elle me dit en descendant –à regret- du bus « Eh bien tu vois, Minou, ne te fais pas de souci, si tu meurs, je pourrais me recaser… »
Ravigotée par le Don Juan, elle faisait bien dix ans de moins, l’œil vert et vif collant parfaitement à sa peau diaphane.
Nous sommes arrivés au café où nous avions rendez-vous. La stabilité comportementale de l’humanité m’a rasséréné. Heure-Bleue et Lakevio papotaient.
« Le Maître » et moi itou. Pas des mêmes choses. Nous étions face à une entrée du jardin du Luxembourg et en buvant notre café, ce qui prit longtemps, « Le Maître » et moi commentions tous ces gens qui entraient et sortaient. Les filles surtout.
Le temps s’y prêtait qui dévoilait des secrets autrement intéressants que ceux de la NSA.
Puis nous avons traversé lentement le jardin. Je me suis arrêté au kiosque, saisi brusquement par le souvenir d’un concerto de clarinette de Mozart, que je me suis bien gardé de partager. « Le Maître », lui cherchait d’autres souvenirs. Il était scandalisé car la porte qu’il empruntait pour aller au lycée Montaigne était condamnée. Nous nous sommes arrêtés tous deux, appuyés contre la grille et avons évoqués quelques souvenirs du coin. Alors que mes études me tenaient plus près du Jardin des Plantes, les siennes le maintenaient dans ce coin. Un moment il dit « Ah la la… Bon sang ! Les filles de Censier ! »
Je me suis rappelé une amourette avec une étudiante myope mais si mignonne…
Nous avons rajeuni d’un peu moins de cinquante ans, comme ça, pendant quelques heures. Nos moitiés conversaient, tranquillement assises sur des chaises, miraculeusement réapparues, face à la statue de Baudelaire tandis que nous discutions tous deux, vu l’endroit, de Montaigne et Baudelaire et du coup d’Edgar Poe.
Nous sommes repartis doucement boire un café puis vers le bas du Boul’ Mich’, avons repris le 21 et sommes revenus chez nous.
Il était plus de neuf heures du soir quand j’ai préparé le repas.

Commentaires

Eh bien tu vois, Minou, ne te fais pas de souci, si tu meurs, je pourrais me recaser…
Oui, mais si tu passes ad padres à 90 ans, il lui sera plus difficile de se recaser....quoique, quoique, parait qu'il s'en passe de belles dans les maisons de retraite.
Cela étant, vous faisâtes de bien jolies rencontres....Et, tu n'es pas jaloux ? Ce serait mon mari, il serait capable de me faire encore une scène de jalousie...ce qui me fait beaucoup rire...enfin, plutôt faisait...

Écrit par : Juliette | samedi, 20 juin 2015

Répondre à ce commentaire

La myopie donne un regard mystérieux et impénétrable...

Écrit par : Sauve qui veut... | samedi, 20 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Vous avalez combien de café par jour?

Écrit par : mab | samedi, 20 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Les vieux sont myopes, alors ce qu'ils voient des jolies filles, c'est juste leur imagination ou leurs souvenirs !... On peut papoter tranquilles ! Si encore vous aviez un compte en banque garni !!!...

Écrit par : lakevio | samedi, 20 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Que tu crois...
On est presbyte.
Du coup on voit bien de loin...

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 20 juin 2015

Tu devrais être très flatté que ton HB plaise ! C'est chouette non ?
À New York, j'ai vu des regards gourmands de femmes qui zyeutaient mon époux, et cela m'a fait plaisir !
Bonne journée.

Écrit par : Anita | samedi, 20 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Elle aurait aussi pu te dire "Quand l'un de nous deux mourra, j'irai m'installer ailleurs et fréquenterai des sites de rencontres"... parce qu'elle a oublié de prendre les coordonnées de son amoureux potentiel !
Et en plus, tu fais la cuisine... mais tu es le mec plus ultra ! Elle a tort de t'enterrer avant que tu sois mort.
Gwen

Écrit par : Gwen | samedi, 20 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Je ne vois même pas si on me drague ! pfff !

Écrit par : Brigitte | samedi, 20 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Ah moi aussi je suis une ancienne de Montaigne ! Oui on passait par la toute petite porte juste en face du portail du lycée, et on traversait en diagonale pour aller récupérer le "38", qui était encore à plate-forme, avec le ding énergique du receveur - voici que j'ai un doute, c'est bien ainsi qu'on appelait l'homme qui avait une petite boîte sur le ventre, dont il tourniquait furieusement la manivelle pour oblitérer les ptits tickets de couleurs diverses, selon le degré de réduction de tarif ? - pour avertir son comparse conducteur qu'il pouvait remettre le bus en route.
Vous êtes dangereux, avec vos souvenirs souvenirs... :-)

Écrit par : forgeronne | samedi, 20 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Oui, c'était bien le "receveur".
Je prenais le 85 car si "Le Maître" allait à Montaigne, j'allais à Jacques Decour...

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 20 juin 2015

Ah le merveilleux jardin du Luxembourg.
J'ai un souvenir de ma petite enfance, des marrons chauds avec mon père... je crois qu'il m'avait en avait montré un coupé en deux et dit "tu vois là ce sont les vitamines", mais j'ai peut être tout inventé, c'est si loin :-)
Mes petits neveux ont eu la chance d'habiter rue de Médicis, 6ème étage, donc vue sur tout le jardin... et j'imagine qu'ils empruntaient la petite porte pour aller au Lycée Montaigne.

Écrit par : Françoise | samedi, 20 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Et ceux qui n'aiment pas le café, sont-ils aussi vos amis ?

Derrière une pointe de jalousie, se cache la grande fierté d'avoir Heure-Bleue pour compagne. Me trompé-je ?

Écrit par : Berthoise | dimanche, 21 juin 2015

Répondre à ce commentaire

je suis sûre que c'est toi qui était tout fier et amusé Je t'imagine très bien en tain de te dire: siffle toujours beau merle, ce n'est pas du sénisson pour ton canari! Cette chouette nana, c'est la mienne!
Excuse l'expression mais c'est ce que ma mère disait !

Vous avez passé une chouette journée !

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 21 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire