Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 31 juillet 2015

Période bleu.

Rien à voir avec Picasso.
Tout avec Heure-Bleue.
Je ne sais comment c’est arrivé.
Nous étions à table, en train de dîner.
Nous nous torturions le peu de méninges qui nous restent pour savoir si nous regarderions un film, lirions, causerions, dormirions…
Un moment, Heure-Bleue, au détour d’une ânerie débitée par le spiqueur qui nous avait fait rire et amené simultanément la même réflexion sur nos lèvres, a tapé sur la table.
Mal lui en a pris.
C’est la seule, oui ! La seule au monde à regarder la pulpe de son index et à dire « Minou !!! Tu m’as fait un bleu au doigt ! »
J’ai examiné le doigt en question.
Un index petit, pâle et sans une trace.
Comme pour les gosses, j’ai fait un bisou dessus en disant « meuh non… Tu n’as rien… »
Elle a regardé, haussé les épaules, dit « ssshhh » et c’est passé.
Une môme vous dis-je, lectrices chéries.
Quelle chance elle a d’avoir épousé un adulte.
Bon, d’accord, elle doute tous les jours…
Nous nous sommes décidés, comme parfois, pour notre façon bizarre de regarder les films à la télé.
Le son de la télé sort de la chaîne, nous sommes devant nos PC a errer sur les blogs et écoutons les dialogues.
Si le film nous branche, nous éteignons nos PC et regardons le film.
Si le film ne nous branche pas, nous éteignons nos PC et la télé et faisons autre chose.
Hier, le film nous a plu. « The Company Men ».
« La crise pour les nuls » selon la lumière de mes jours qui est dotée de discernement.
C’est bien amené, bien interprété, les méchants sont des méchants avides, les gentils sont de gentils travailleurs sacrifiés sur l’autel du cours de l’action.
Ça finit bien.
La femme d’un des gentils virés est une odieuse s… égoïste qui râle à cause des ratés dans ses idées de shopping à un œil avec balade en jet privé de la boîte.
La femme d’un autre gentil viré, le héros, est une femme super extra qui l’aime, le soutient et est particulièrement bien foutue.
Bref, sa femme est une femme « bien ».
Pas une « femme que des bons moments ».
Ça m’a rappelé quelques moments difficiles en revenant de chez mes escrocs étrangers.
J’ai pu constater que j’ai une femme super extra, qui m’a soutenu et particulièrement bien foutue.
Je ne sais pas si elle m’aime mais j’espère un peu quand même.
Mais en tout cas, j’ai eu de la chance, ma femme est une femme « bien ».
Surtout patiente…

Commentaires

Regardé aussi, le happy end bof!

Écrit par : mab | vendredi, 31 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Patiente ? Ce n'est pas l'image que tu en donnes parfois ! Mais c'est une femme de valeur, cela ne fait aucun doute ! La lumière de tes jours a aussi eu raison de te choisir...

Écrit par : Gwen | vendredi, 31 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Nous regardons la télé de la même façon....

Écrit par : pennylane22 | vendredi, 31 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Heure Bleue est donc une femme bien avec un bleu au doigt.
Preuve est faite qu'il existe de telles femmes.

Écrit par : Berthoise | samedi, 01 août 2015

Répondre à ce commentaire

Si j osais , je dirais , comment tu te la joues , Mr le goût écrivant "je ne sais pas si elle m aime" de ta belle

Écrit par : epalobe | samedi, 01 août 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire