Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 02 octobre 2015

Émois, et mois et moi…

gaumont-palace-paris-8.jpg


Imaginer, qui doit venir déjeuner à la maison avec un Chéri que Colette ne connaissait pas, m’a demandé comment s’y prendre pour arriver chez Heure-Bleue et votre serviteur.
Une pensée s’est aventurée dans le désert ma cervelle.
La route qui mène de la cambuse d’Imaginer à la gare Saint-Lazare m’est revenue, intacte malgré les années.
J’ai donc recommandé un petit voyage en bus qui partirait de la place Jules Joffrin, la mairie du XVIIIème, pour l’amener devant la pharmacie Raspail de la rue de Rome, face à l’entrée de côté de la gare.
Las ! Ses souvenirs n’étant pas les miens, elle a suggéré un voyage sombre et peu enrichissant en métro.
Si le chemin en surface emprunté par le métro est passionnant, les sept stations qui mènent à Saint-Lazare sont tristes à mourir.
Aller de la mairie du XVIIIème à la gare Saint-Lazare en prenant le 80 est autrement intéressant.
On remonte quelques dizaines de mètres de la rue Hermel jusqu’à la rue Ramey.
On commence par passer devant une bijouterie que je connais depuis mon enfance, étonnamment toujours là et achalandée puis on entre dans la rue Ramey, plus propre qu’en 1960 mais peu changée en profondeur.
Évidemment, le marchand de partitions chez qui ma sœur cadette a acheté des cordes de guitare pour une passade qui avait plus à voir avec un garçon du coin qu’avec la musique a disparu.
Le 80 sort de la rue Ramey pour remonter la rue Custine.
Là, « les impôts » où ma mère allait régulièrement expliquer pourquoi il était malvenu de lui demander des sous, ont été remplacés sans surprise par une banque.
Le 80 quitte ensuite la rue Custine pour la rue Caulaincourt où mon palpitant a semé quelques brisures à l’adolescence. Le bistrot est toujours là, pas loin de la rue Saint-Vincent.
Il passe ensuite sur le pont qui enjambe le cimetière de Montmartre où j’ai quelques souvenirs et arrive place de Clichy, là où il y eut le « Gaumont Palace », le plus grand écran d’Europe. J’y vis plein de films dont « Ben Hur » de William Wyler.
Je ne sais pas si Charlton Heston avait bien sa montre au poignet pendant la course de chars. J’étais bien trop pris par le film.
Si on prend le métro, on ne voit pas le Wepler, salle gigantesque où on a réussi à caser douze salles aujourd’hui.
On ne voit pas non plus, en regardant en face, le lycée Jules Ferry.
Du 80, en se penchant un peu, on pouvait voir « la Taverne du Régent » dans la rue de Douai, lieu de rendez-vous censément secrets dans les années soixante.
Au moins trois lycées entiers connaissaient ce café qui a disparu lui aussi...
En métro, on rate encore le restaurant de l’écailleur Charlot. Chef- d’œuvre architectural de la période « clinquant » qui éclaire la place a giorno dès six heures du soir en hiver.
Bref, Imaginer, tu rates pleins de choses en prenant le métro.
Surtout que tu as le temps, tu ne pars pas au travail ni « à la gym », tu viens déjeuner à la maison.

Commentaires

Ah le Goût Le Goût Le Goût ! tu as bien compris que mon message te parlant du métro n'était que pure provocation, Chéri étant lui aussi un inconditionnel du 80.
D'autre part, tu sais où je travaille, je connais donc le trajet que tu décris par coeur, prenant le 80 pour aller travailler le matin, pour rentrer le soir.
Ou j'y vais à pieds, empruntant alors la rue Danrémont:-)
Quant au cinéma le Pathé Wepler, pratiquement chaque semaine nous y allons, tout comme au cinéma des Cinéastes, et je ne te parle même pas de la brasserie Le Wepler, si chère à mon coeur, puisque c'est là que j'y ai rencontré Chéri....... et où très régulièrement nous buvons un café entre deux séances au cinéma, et souvent y déjeunons le dimanche avant le ciné, où y dînons le samedi soir.
J'adore cette brasserie, j'y suis comme chez moi, les serveurs sont adorables avec moi.
Ce week-end, nous allons déjeuner à la brasserie Mollard, j'imagine que tu connais ? Je passe souvent devant, le menu est alléchant, le décor est beau, mais nous n'y avons jamais mangé. Alors nous allons tester, Chéri les fruits de mer et moi sans doute la choucroute de la mer. La choucroute me rend folle de plaisir....et oui mes plaisirs sont variés;-)

Écrit par : imaginer | vendredi, 02 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Ah ! le Wepler, que de souvenirs quand j'habitais rue de Bruxelles, c'était hier 1965 ! Alors tu nous racontera la brasserie Mollard, moi je vous raconterai la brasserie Bofinger où je dînerai mercredi.

Écrit par : manouedith | samedi, 03 octobre 2015

Emoi,
Jolie balade
Bon appétit
Sans moi.

Écrit par : Sophie | vendredi, 02 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

tu fais Baedeker à merveille

Écrit par : mab | vendredi, 02 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

T'as vu ça ?

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 02 octobre 2015

Je préparais, tout en te lisant, un petit commentaire style : "Que veux-tu, il faudrait que tu puisses te dédoubler (te dédoublasses?) et leur servir de guide en même temps que tu prépares un petit festin de ta composition, sans quoi c'est moins drôle et ils prennent le métro"
Puis je lis Imaginer et que lis-je?
Que nenni, point de métro, un amour aussi grand que le tien des richesses parisiennes et des bons mots...vous allez vous régaler tous les quatre et c'est déjà délicieux de vous lire!

Écrit par : Brin de broc | vendredi, 02 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Passez un bon moment demain.

Écrit par : Berthoise | vendredi, 02 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas demain, c'est dimanche 11.

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 02 octobre 2015

Ce n'est pas le Chéri d'Imaginer qui cuisine si bien ? Alors pas eu le trac?

Écrit par : Livfourmi | vendredi, 02 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

vu de cet angle là, c'est toi qui a raison. Moi cette semaine je vais à Paris autant je sais me guider dans le métro (je suis une ancienne parisienne des années 60/70) mais par le bus beaucoup moins et pourtant je reconnais que quand j'étais enfant chaque jeudi j'allais en bus de la République à la rue du château dans le 14ème (j'adorais). Là, pour aller de la gare de Lyon à la Bastille avec une valise, plus facile le métro, non ? Mais les jours suivants, alors je t'explique : Bastille, Opéra, Opéra la butte Montmartre, et redescendre à Bastille. Le second jour Bastille, Parc Monceau, ensuite Parc Monceau Musée Grévin, tout ça j'ai vu avec le métro, mais tu a raison avec le bus ce serait beaucoup mieux. Tu es si gentil le Goût je te mets le dernier jour, Bastille, la Sainte Chapelle-Conciergerie, ensuite Musée Jacquemart André 158, bd Haussmann, ce serait aussi beaucoup mieux par le bus, mais il n'y a pas trop de circulation maintenant dans Paris ? En plus, j'ai vu 36 sortes de titres de transport, tout change à Paris maintenant !, mon Dieu je vais pas y arriver ? Un petit coup de main Le Goût s'il te plait.

Écrit par : manouedith | samedi, 03 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

je partage votre passion des bus ! quand on les connait bien, et surtout quand on anticipe le trafic, cela change la vie parisienne !

Écrit par : Rivka | jeudi, 15 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire