Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 novembre 2015

L’eau rance d’Arabie…

Ce matin, c’est chouette, je voyais depuis mon mini-balcon un vrai ciel de Turner.

PB181497.JPG

C'est beau, hein ?
Évidemment, dès que j’ai allumé la radio j’ai entendu que la police avait de nouveau maille à partir avec des fondus.
J’ai entendu « une jeune femme s’est fait sauter à l’arrivée des policiers ».
Je n’ai pu m’empêcher de penser que l’enseignement du français n’était pas la réussite la plus brillante de l’Éducation Nationale.
A moins que ce ne soit l’éducation sexuelle qui pèche au lieu de pousser à pécher…
Allez savoir, lectrices chéries.
Mais quand même, je pense qu’avant de s’acheter une kalachnikov, ces idiots devraient acheter un poste à transistors.
Ils auraient écouté France Inter il y a une douzaine de jours, par exemple, ils auraient au moins appris que, selon celui qui causait dans le poste, « faire l’amour est antistress ».
Le causeur du moment à oublié de préciser « sauf la première fois » à destination de celui qui est « impétueux et aspirant », comme dit Chateaubriand dans « Mémoires d’Outre tombe ».
Bon sang ! Comment j’ai pu lire ça in extenso et me rappeler ça ?
Vraiment, des fois je me dis qu’on est quand même un peu cinglé quand on est jeune…
Bref, pour en revenir à mon propos et être honnête, la première fois n’est pas la pire.
Sauf peut-être pour la fille.
Elle s’enfuit sur un dernier regard méprisant et déçu et basta.
La plus stressante, c’est celle d’après.
Parce que là, on sait.
On sait surtout qu’on n’en sait pas tellement plus que la première fois.
Donc, pour en revenir à mes fondus du bon dieu, une autre chose me tracasse quand même, qui a toujours trait à la réussite de l’enseignement du français.
Que diable ont-ils bien pu comprendre en lisant « le très miséricordieux » pour en arriver à distribuer les bastos à tout va ?
Parce que si j’ai bien suivi, ça revient quand même à esquinter salement l’œuvre du bon dieu que trucider son prochain.
Imaginez un peu si un athée tirait sur les gens qui croient en un dieu quelconque.
Tous les croyants diraient « mais c’est un fou ! »
Du coup, à cause de toutes ces bêtises on devra aller à pied chez le dentiste.
Pourquoi ?
Parce que les bus sont en grève.
Et pourquoi ça ?
Parce qu’une andouille à traité un chauffeur de « barbu ».
Enfin, heureusement qu’il n’a pas dit ça samedi, ce couillon.
Ouaip ! Parce que le black qui devait nous conduire s’étant enfui en voyant les deux rebeus qui revenaient du boulot avec leur sac, il a été remplacé par un barbu…

Commentaires

Pourquoi dire "cinglé" lorsqu'on est jeune, ça s'arrange avec l'âge ?

Écrit par : heure-bleue | mercredi, 18 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Des fois non.
Ça dépend avec qui on vit...

Écrit par : le_gout_des_autres | mercredi, 18 novembre 2015

Très joli ciel ! Merci pour ce moment de sérénité...

Écrit par : Francelyne | mercredi, 18 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Faites l'amour, pas la guerre.
C'était quand, déjà, qu'on disait ce slogan ?
Pas moi, je crois bien que j'étais trop petite.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 18 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

A partir de 1965.
C'était en pleine guerre du Vietnam.

Écrit par : le_gout_des_autres | mercredi, 18 novembre 2015

ils n'aiment pas l'amour, ils aiment le viol. Ils détestent les femmes alors s'en servir comme kamikase c'est une riche idée : d'une pierre deux coups !

Écrit par : liliplume | mercredi, 18 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

ca va depuis ce midi, la femme ne s'est plus fait sauter, elle s'est faite exploser

Écrit par : maevina | mercredi, 18 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Il est beau ton ciel, en tous les cas plus beau que le mien qui, après une nuit tempétueuse, est couleur de suie.

Comme il se dit n'importe quoi, n'importe où (à qui se fier ?), j'ai même lu dans des commentaires à un article qu'un des kamikazes du Bataclan était chauffeur de bus parisien.

Finalement, si on regarde un peu l'histoire, quand avons-nous cessé de nous battre ?
Sauf que maintenant, ce n'est pas contre un pays (encore que...) mais c'est diffus, et c'est cela qui me donne le plus de crainte.

Ah quand on croyait encore au pouvoir des fleurs !

Écrit par : Sophie | mercredi, 18 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

qu'est ce que c'est cette salade d'histoire de bus! Il a laissé son bus en plan??? et s'est barré?

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 18 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

C'est ça.
Bon, c'était le bout de ligne donc il a été remplacé aussitôt mais quand même...

Écrit par : le_gout_des_autres | mercredi, 18 novembre 2015

Dans mon idée, ça démarre comme ça au quotidien la plus petite échelle de la violence, après c'est boule de neige... Verbaliser ou gesticuler une agression envers autrui sans même se rendre compte que c'est une erreur d'expression de ses propres peurs, rarement fondées.
Et quand bien même certaines de nos peurs seraient justifiées, agresser en retour a-t-il une seule fois été efficace ?
Pourquoi ce réflexe est-il si naturel ? Malaise => agression. Arrêter l'enchaînement qui s'en suit demande tellement d'efforts...

Écrit par : Brin de broc | jeudi, 19 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Heureusement que nous t'avons pour détendre l'atmosphère.

Écrit par : mab | jeudi, 19 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

lol

Écrit par : pucca | jeudi, 19 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

On en a quelques-uns, des ciels à la Turner, ces derniers temps, tu ne trouves pas? Dire que demain, c'est fini, sigh!

Quant à la première fois... il y a la première fois et la première fois, tu sais.

Écrit par : Livfourmi | jeudi, 19 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire