Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 novembre 2015

Couple mythique qu’elles disaient…

Bon, honnêtement comme couple c’est pas non plus Ophélie croisant Hamlet à Elseneur…
Heure-Bleue, comme elle vous l’a déjà dit, a les pieds qui déconnent et comme elle ne sait pas nager, l’idée de se jeter dans un lac ne l’effleurerait même pas.
Quant à moi, l’emphysème nuit sévèrement au souffle censé emporter la pièce de Shakespeare.
Heure-Bleue ne supportant pas les chemises de nuit, on ne peut même pas dire qu’elle « flotte très lentement, couchée en ses longs voiles »…
Hélas, cette nuit même je me suis fait gruger.
La lumière de mes jours, toujours prompte à la ruade dès que le frileux que je suis tente de se coller à sa peau si pâle mais surtout si chaude, a changé depuis deux jours ses façons de faire.
L’âge venant, l’hiver lui fait le presque même effet qu’à votre Goût préféré.
Et c’est là qu’on voit toute la cruauté qui frappe votre serviteur tout au long de l’année.
Repoussé sans ménagement quand la température est clémente.
Collé sans plus de ménagement quand la température est polaire.
Que je vous dise, lectrices chéries.
Quand le printemps approche, Heure-Bleue rejette la couette sans état d’âme me livrant au caprice de l’air agité car les fenêtres sont ouvertes.
Dans un réflexe de survie, je me colle à ma chaufferette vivante.
Chaufferette qui me chasse d’un coup de pied vif et me pousse à m’éloigner avant de voir les attributs de ma virilité  frappés douloureusement.
En revanche, quand l’hiver approche, alors que je sais bien comme elle est, je me protège tant bien que mal du froid.
Au bord du lit, la couette m’isolant du froid et d’Heure-Bleue, je fais semblant de rien, je tente de me faire oublier.
Et c’est là qu’on voit toute la bizarrerie qui anime la psyché féminine et justifie les longues études auxquelles je me livre depuis… Pfiouu…
Heure-Bleue, qui n’a habituellement de cesse de me voir loin de sa chaleur, semble ressentir cette fois une attirance irrépressible pour ma peau.
Et ça fait un tas d’hivers que je suis maltraité par la lumière de mes jours de la même façon.
Elle me tapote l’épaule pour que je me retourne, histoire d’être face à elle.
Elle fait semblant de trouver ça chouette et plie ses jambes.
Chaque fois je me fais avoir.
Super intéressé, je jubile d’avance.
Hélas, trois fois hélas, elle glisse ses pieds entre mes cuisses.
Des pieds effroyablement gelés !
La face intérieure de mes cuisses se contracte, se gerce quasiment, je hurle !
Elle les retire aussitôt en souriant férocement.
Puis se retourne.
Je pense la torture terminée.
Je me trompe.
C’était juste pour coller des fesses aussi gelées que ses pieds contre mon ventre.
Un coup à voir les « tablettes de chocolat », celles qui l’ont charmée, ressuscitées par la brutale contraction du peu d’abdominaux qui me restent.
Je « rehurle », prends mon Gaston Lagaffe, cette bande dessinée seule digne d’être relue aussi souvent que la Bible ou la Divine Comédie…
Elle m’aura eu cette année encore…

Commentaires

Il faut que j'aille faire chauffer mon "rata" du jour, mais je ne sais pas si je vais pouvoir le déguster sans m'étrangler de rire en repensant aux images que tu suscites.

Heureusement que je ne peux que m'imaginer (tiens quelqu'un que je lis).

Et dire que je n'ai plus de chaufferette vivante , qu'est-ce que je rate !!!!

Écrit par : Sophie | lundi, 23 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Oh.... merci Sophie !

Écrit par : imaginer | lundi, 23 novembre 2015

Oui j'ai bien ri à me représenter tes affres.
Pauvres diables, vous les hommes...
Et c'est un vrai bonheur comme tu écris fluide ! Encore, encore !
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 23 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

LE MIEUX DE TOUT EST DE FAIRE CHAMBRE A PART

Écrit par : HAZE59 | lundi, 23 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Merci mon lapin...

Écrit par : le_gout_des_autres | lundi, 23 novembre 2015

Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark, telle est la remarque de l'auteur dans les "Rubrique-à-brac"...

Écrit par : Livfourmi | lundi, 23 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

ca existe les sacs de couchages chauffants ?? pour plus tard quand vous ne pourrez plus faire de gymn nocturne !

Écrit par : maevina | lundi, 23 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Mdr!!! Mais Mdr à m'en étouffer! Avec ta façon de raconter tous ces délicieux moments que nous avons tous(tes) connus quand nous étions tellement "ardents" que vous nous réchauffiez avec plaisir sans même que l'on ait besoin de ruser! Et maintenant... tu voudrais que l'on te plaigne... tiens ! Tu devrais avoir honte !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 23 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Moi aussi je me fais disputer par Chéri quand je me plaque à lui, pieds et mains gelés. Alors que lui est un petit radiateur ambulant, toujours chaud....

Écrit par : imaginer | lundi, 23 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Comme je comprends Heure-Bleue : glisser ses pieds froids entre les cuisses chaudes de son chéri et mieux poser ses fesses froides contre son ventre chaud sont des plaisirs simples dont il ne faut pas se priver.
C'est délicieux.

Écrit par : Berthoise | lundi, 23 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Dis donc, ça ne rigole pas (tu parles !) sous la couette Heure-Bleue-Le-Goût !
À la biennale du design à St-Étienne il y a des années j'avais vu une des premières couettes avec des manches pour pouvoir lire emmitouflée jusqu'au menton sans avoir froid aux bras et aux épaules...un rêve !
Le Magicien est toujours "bon chaud" j'adore !

Écrit par : Brin de broc | lundi, 23 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Que d'intimité livré à la face du monde? serais-tu un brin exhibitionniste?

Écrit par : Marie-Madeleine | lundi, 23 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Je n'expose que des écarts de température...

Écrit par : le_gout_des_autres | lundi, 23 novembre 2015

ainsi donc tu n'exposes que des écarts de température?
moi je lis aussi des écarts de conduite
;-))

Écrit par : Coumarine | lundi, 23 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

C'est tellement criant de vécu, que je vais derechef m'assurer qu'il n'y a aucune webcam dans ma chambre :) quoique... L'herzatz idéal existe: le chat! Pour les frileuses, j'en recommande plusieurs! Et ces greffiers ont l'intelligence de préférer le noctambulisme dès la belle saison revenue! Bouillotes félines auto-alimentées idéales donc, néanmoins herzatz! Il existe bien plus que 51 nuances de froid! Merci pour la diatribe du jour... J'ai les extrémités correctement réchauffées, maintenant!

Écrit par : Lapin compris | mardi, 24 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire