Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 janvier 2016

J'ai ri, j'ai Paris...

Je ne vous parlerai pas aujourd’hui de ce délicieux déjeuner en compagnie de Rosalie, Heure-Bleue et Imaginer.
Vous vous doutez bien, lectrices chéries, qu’un moment en compagnie de trois jolies femmes claires de peau, me ravit.
J’ai pu constater une fois de plus qu’il est absolument inutile d’aller claquer un blé monstre chez un thérapeute alors que vous allez dire en deux tournées de café ce dont vous aurez tu l’essentiel en trois rendez-vous.
Vous aurez aussi compris, j’en suis sûr, et là j’ai « une témouine », que je n’ai pas pu « en placer une »…
Mais ce n’est pas grave car comme on l’ignore trop souvent, on apprend bien plus en écoutant qu’en parlant.
Ce déjeuner fut suivi d’une assez longue promenade qui nous servit, à Heure-Bleue et moi, après que nous eûmes raccompagné Imaginer jusqu’à sa géhenne, à vendre la lumière de Paris à Rosalie.
Elle ne semble pas convaincue.
Il va nous falloir la traîner un matin de printemps place de la Concorde, devant l'entrée des Tuileries afin qu’elle saisisse l’essence de « April in Paris » connu de tous, même des Américains pourtant peu enclins à la poésie malgré leur détestable habitude de trouver tout « so romantic » dès que ce n’est pas éclairé au néon.

P6050894.JPGPB071487.JPG

 Nous sommes revenus à la maison, épuisés par le passage de l’immense passerelle, aussi instable que provisoire, qui enjambe maintenant les voies de chemin de fer qui nous séparent de chez nous.
J’ai pu, comme Heure-Bleue, découvrir que si je n’écris pas, on vient nombreux vérifier que je n’ai pas écrit.
Puis, une fois au côté de la lumière de mes jours, j’ai repris « Paris est une fête ».
Là, à la lecture de la réaction de Gertrude Stein dépeignant sous un jour détestable les amours entre garçons et sous un jour énamouré les amours entre filles, m’est revenu le souvenir d’un ami, censé préférer les garçons.
Comme Gertrude Stein mais de l’autre côté du miroir, m’avait surtout frappé chez lui la crainte et la détestation des femmes plus que l’amour des garçons…
Ce fut une bonne journée…

Commentaires

Rose is a rose is a rose is a rose.

Écrit par : Clonilau | mercredi, 27 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

"...jolies femmes claires de peau..." je n'ai vraiment pas ma chance :-)

Écrit par : Praline | mercredi, 27 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Pfff pareil Praline, bon maintenant que j'ai arrêté de me bousiller le cuir chevelu à grand renfort de teintures et que mes cheveux se poivretselent, ça va peut-être faire illusion et blanchir le tout...

Écrit par : Brin de broc | mercredi, 27 janvier 2016

Ben oui, on s'ennuie de toi. On imagine que tu es retenu en otage (enfin tes trois houris claires de peau) par les taxis et Uber sans H...

La lumière de Paris n'est à nulle autre pareille, c'est vrai et l'entrée du jardin des Tuileries, en sortant d'Orsay, avoir regardé les bateaux-mouches depuis le pont, cette entrée disais-je est un vrai bonbon (qui a parlé de bonbon hier ?), en passant par la petite librairie-papeterie....

En tous les cas, ton hébergeur quand il ferme ses portes, te rend bien cérémonieux cher Monsieur ....

Écrit par : Sophie | mercredi, 27 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Ah quand même un nouveau billet!

Écrit par : mab | mercredi, 27 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

J’ai pu, comme Heure-Bleue, découvrir que si je n’écris pas, on vient nombreux vérifier que je n’ai pas écrit.
Même réponse à apporter que chez ta moitié. On sait que, normalement, vous n'écrivez que le matin. Pour moi, c'est aussi pour sauter d'un blog à un autre. Pour ça, soyez en remerciés.
Comme on ne peut mettre tout le monde en lien, vous servez, vous et les autres blogueurs de "boite aux lettres"'. Qui ne l'a pas fait, hein ! Parce que certains écrivent superbement bien, parce qu'on lit des blogs variés et riches d'expérience, de nouveautés, de tas de choses vécues ou imaginaires. Bref, c'est une forme de lecture, rien de malsain là-dedans. Bon, d'accord, on se chamaille aussi.

Écrit par : julie | mercredi, 27 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Comme un coq en pâte avec tes compagnes, je t'imagine très bien.
Que toutes ces dames soient bavardes, je n'en doute pas, mais que tu n'aies pas pu en placer une....Je rigole.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 27 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

bien dit Julie,

Je n'ai que quelques noms de blogs en tête, mais pas dans ma liste, encore faut-il qu'ils n'aient pas été , comme ce matin, dans la blogosphère spirituelle !!!

Écrit par : Sophie | mercredi, 27 janvier 2016

trois accompagnatrices pour toi tout seul ! ben dis donc et tu t'étonnes de ne pas avoir pu placer un mot ??

Écrit par : maevina | mercredi, 27 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Je crois que c'est vrai : on en apprend bien plus en écoutant qu'en parlant....... et pour écouter en ne perdant pas une miette de ce qui se dit ... je te fais confiance !
Je te dis aussi comme je l'ai dit à HB , si je ne trouve pas de nouvelle note chez toi, je passe et repasse plusieurs fois dans la journée! Ça me manque !

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 27 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire