Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 janvier 2016

Vieux et Moshe…

Hier, j’ai été terriblement frustré.
Je déteste qu’on caviarde un film.
En veine de culture, Heure-Bleue et moi sommes allés au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme voir l’exposition sur Moïse.
Comme toujours, j’emprunte la porte de gauche et passe un moment devant les photos qui me montrent un Paris tel qu’il était encore en 1967.
Je repense un instant à ce qu’était l’hôtel Saint-Aignan quand je suis venu habiter à côté.
Une ruine habitée par de pauvres gens qui ne le dégradaient pas mais se contentaient d’y vivre sans payer de loyer. Je ne sais pas comment ils s’éclairaient et se chauffaient mais il n’y eut pas de problème à ma connaissance.
Puis je vais sur les dalles et m’avance dans l’escalier monumental qui mène à l’exposition.
Là, je reste figé ! Je recule de cinquante huit ans.
Vous pensez si je m’en souviens, lectrices chéries !
Mettez vous à ma place. Je vois, projeté sur le mur, ce plan où Yul Brynner dans une armure éblouissante fait la gueule parce que les Hébreux s’en vont avec leurs affaires sans un regard en arrière.
J’attends. J’attends en regardant Charlton Heston mener tout son monde à la baguette.
On sent déjà que Josué est impatient d’être calife à la place du calife.
Et j’attends.
Je les regarde avancer tandis que Ramsès ronge son frein.
Et j’attends.
J’attends de voir ce plan où Yul Brynner, malgré une calvitie genre œuf, se prend la tête dans les mains, effondré sur son char tandis qu’on voit des Egyptiens tournoyer avec leur char dans des nuages de bulles, la bouche ouverte d’effroi.
Et paf ! Ça coupe ! Juste avant ! Et ça recommence au moment où Moïse lève sa verge, non pas ça, la vraie, un bâton, au dessus des flots de la Mer Rouge et demande à Adonaï de faire son boulot et de dégager un passage.
Et fissa please !
Déçu, mais curieux, j’ai continué dans l’expo alors que la lumière de mes jours, qui est peu patiente, me traite de gamin…
Je l’ai surprise tout de même par des souvenirs de l’hébreu « bien meilleurs que les miens » m’a-t- elle dit. Nous avons été passionnés par les toiles.
Là encore j’ai été surpris que cette histoire de « buisson ardent » qu’on m’avait enseignée chez mes fous et dont je vous ai déjà parlé, lectrices chéries, ait suscité chez des pointures de l’art pictural la réinterprétation que j’en avait eue à l’adolescence.
J’ai été ravi d’apprendre que, comme votre serviteur, Reuven Rubin ne pensait qu’à ça.
La preuve :

P1291569.JPG

Puis nous sommes sortis et passant devant la rue des Blancs Manteaux.
Là, sans nous concerter, la lumière de mes jours et moi avons entonné avec un ensemble parfait « Dans la rue des Blancs Manteaux », singeant Juliette Gréco.
- Oh ! On se connaît trop, Minou !
- Ouaip ! Faut qu’on connaisse quelqu’un d’autre…
- D’accord mais tu t’en trouves une blindée., moi je trouve un vieux mastic pas loin de défaillir.
- Ouais mais on reste amants, hein…
Elle a levé les yeux au ciel mais ma souri...
Jai bien aimé.

Commentaires

Depuis ce film j'ai un faible pour les cranes rasés

Écrit par : mab | samedi, 30 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Adonaï.
Etant curieuse de nature, je me demandais pourquoi tu employais ce mot pour désigner dieu.
Suis allée à la pêche aux renseignements. Formidable quand même internet.
J'y ai lu que les juifs ne prononçaient jamais directement dieu.
On l'appelle de différents noms, Adonaï étant l'un d'eux. J'en ai vu d'autres.. YHVH, l'Eternel, Yahvé, Tetragramme, Jéhovah (tiens, faudrait que j'en sache un peu plus pourquoi "les témoins de Jéhovah"), Hashem....et y'en a d'autres. El-Elohim, Eyeh-Asher-Eyeh, Shaddaï......

Écrit par : Julie | samedi, 30 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Une ruine habitée par de pauvres gens qui ne le dégradaient pas mais se contentaient d’y vivre sans payer de loyer
On donnerait presque raison à ceux qui squattent des lieux qui ne leur appartiennent pas. D'accord pour les bâtiments publiques mais non pour le pauvre bien de quelqu'un. Rien n'est simple.
Je viens d'ailleurs de lire un article sur Habitat Paris. De quoi être révolté. Mais, là encore, rien ne doit être tout blanc ou tout noir.

Écrit par : Julie | samedi, 30 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Julie, je peux essayer de répondre à vos questions si vous le voulez : ce n'est pas dieu que les juifs n'emploient jamais directement, mais le nom divin, parce qu'en fait, ce nom on ne sait plus comment il est prononcé et les témoins de Jehovah utilisent ce mot de "jehovah" parce qu'ils n'ont pas réalisé que les quatre lettres du nom divin (le tétragramme) étaient vocalisées avec les voyelles du mot "adonaï" qui veut dire "mon seigneur" en hébreu.

Écrit par : Otir | samedi, 30 janvier 2016

Au fait, c'est quoi caviarder un film ? Le rendre trop beau, trop sensationnel ?

Écrit par : Julie | samedi, 30 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas vu ce film.
Tu sais qu'il y avait une magazine pour midinettes qui s'appelait "jeune et jolie".

Écrit par : Berthoise | samedi, 30 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai bien aimé ce film dont les effets spéciaux étaient quand même pratiquement inédits à l'époque. Et puis, il faut dire que connaissant les grandes lignes de l'ancien Testament, j'étais curieuse de voir la réalisation et là pas de déception, ça c'est sûr...

Yul, je l'ai adoré dans "Le roi et moi".

Caviarder, c'est enlever "un morceau". Dans le temps, quand une partie d'un article était "séditieux" on ne l'enlevait pas, on le caviardait, c'est à dire le recouvrait de noir. Ça fait bien longtemps que je n'avais pas entendu ce mot.


ça vous intéresse peut-être pas (j'en suis sûre même) , mais je n'avais pas dormi ou presque la nuit de vendredi à samedi, et contrariée que j'étais, j'ai le haut du dos tout noué.


Je ne connais pas du tout ce musée, mais la rue des Blancs-Manteaux si ....

Bonne journée, pour la mienne, c'est transition, et c'est pas gai-gai !

Écrit par : Sophie | dimanche, 31 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Qu'est-ce que c'est un "mastic" ? un gars qui porte un imper de la même couleur ???

Écrit par : Sophie | dimanche, 31 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

On parle d'un type comme d'un "vieux mastic" parce que justement "ça ne colle plus"...

Écrit par : le_gout_des_autres | dimanche, 31 janvier 2016

- Ouais mais on reste amants, hein…
Elle a levé les yeux au ciel mais m’a souri...
J’ai bien aimé.

C'est encore mieux que Yul...

Écrit par : Brin de broc | dimanche, 31 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire