Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 12 mars 2016

Super manne, hier…

J’ai regardé le Télérama de la lumière de mes jours.
Vous vous en foutez ?
Bon, je vous dis quand même…
Qu’ai-je lu ?
Eh bien j’ai vu qu’une série de films bizarres allaient voir le jour incessamment, sous peu et peut-être même avant, qui montreraient, comme c’est le cas depuis un certain temps, que le cinéma américain traverse une sorte de passage à vide qui me rappelle quelque chose.
Et quoi-t-est-ce que ça m’a-t’y-rappelé, lectrices chéries ?
Ça m’a rappelé des tas de dimanches entre le milieu des années cinquante et le milieu des années soixante.
Ces dimanches où mon père m’emmenait au cinéma, que dis-je, « aux cinémas », voir des tas de films qui restent encore aujourd’hui la honte de Cinecitta.
Oui lectrices chéries, Hollywood manque ces temps-ci d’imagination, ou de cash, allez savoir, au point de prévoir des mélanges de superhéros.
Témoin la prochaine sortie de « Batman vs Superman : L’aube de la justice »
« Et pourquoi diable, mon Goût chéri, ces billevesées cinématesques te rappellent elles les années cinquante et soixante ? » vous exclamez vous.
Parce qu’il y eut dans la seconde moitié des années cinquante le succès des « Travaux d’Hercule » ou l’on vit un Steve Reeves persuader Sylva Koscina de sauter dans ses bras de façon très convaincante.
Puis, peu après, « Les Dix Commandements » où l’on vit Charlton Heston se retrouver fort marri de ne pouvoir atteindre la terre d’Israël, ça lui apprendra à douter…
Eh bien, après tout ces films magnifiques, s’abattit sur les cinémas parisiens une pluie de « peplum » tous plus kitsch les uns que les autres.
Des « Maciste contre Cyclope », des « Maciste contre Zorro » et autres monstruosités du cinéma rital avant que des Fellini et autres Ettore Scola n’y missent bon ordre.
Je suis presque sûr que c’est à cause de ces « Maciste » que Paris a débaptisé la rue Gabriele d’Annunzio…
La mode n’étant qu’un éternel recommencement.
J’en suis l’exemple vivant. Je suis à la mode tous les dix ou quinze ans avec le même genre de fringues. Heure-Bleue a exigé que j’ajoute « genre » car je n’ai jamais pu garder des habits quinze ans, ni même cinq…
Et donc, le cinéma hollywoodien nous promet l’équivalent en « superhéros » des « peplum » de ma jeunesse.
Bon, je dois vous dire aussi, lectrices chéries, maintenant que j’ai posé le Télérama d’Heure-Bleue, que j’ai passé une super journée hier.
Avec une rencontre très chouette avec notre copine de fraîche date que j’ai raccompagnée à la bonne station de métro.
Puis une promenade commencée à la Bastille qui ne m’a fait regretter qu’une chose : Que la lumière de mes jours soit endolorie au point de nous forcer à prendre le bus passée la Place de la République. Descendus à l’Opéra tout de même nous avons pu flâner tranquillement jusqu’à Saint-Lazare.
Une fois arrivés, c’est moi qui ai failli mourir sur cette p… de passerelle provisoire.
Chaque fois que je l’emprunte, j’ai l’impression d’être Sysiphe.
Et même que je traîne son caillou…

Commentaires

J'ai vu Spotlight, enfin un vrai film pas un de ces machins à décérébrer les ados.

Écrit par : mab | samedi, 12 mars 2016

Répondre à ce commentaire

Sans dec', il y va avoir Batman contre Superman ?
Je ne le raterai pas, crois-moi, j'adore ce genre de trucs ( t'as vu, moi aussi je dis genre ), ça me repose. Tu sais des fois je suis épuisée d'avoir voulu épater la galerie, alors je me repose devant les super héros du cinéma américain. ;)

Écrit par : berthoise | samedi, 12 mars 2016

Répondre à ce commentaire

... c'est aussi MON Télérama !

Écrit par : ab | samedi, 12 mars 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai le cerveau en bouillie en ce moment et ne trouve même pas les mots pour commenter.
D'autant que je ne lis pas Télérame, et me suis désabonnée de Lire, avec lettre de protestation. Qui était déjà l'éditorialiste qui terminait ses billets par "ainsi parlait Salman Rushdie...." ? ça m'énervait tellement que je ne pensais plus qu'à cela !

Mais j'ai quand même vu une erreur dans l'avant-dernière phrase ... c'est la passerelle qui te tourneboule comme ça ?

Fait soleil aujourd'hui, demain, j'essaierai de marcher un peu. Hier, pour la première fois depuis deux mois, j'ai repris le volant sur un court trajet, et accompagnée, et suis rentrée moulue !!!

Écrit par : Sophie | samedi, 12 mars 2016

Répondre à ce commentaire

"c'est la passerelle qui te tourneboule comme ça ?"

Ouaip, c'est pour montrer combien elle m'a marqué...

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 12 mars 2016

Répondre à ce commentaire

"Nous trois ou rien", vous avez vu ?

Écrit par : Brin de broc | lundi, 14 mars 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire