Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 22 mars 2016

Ma meuf de Pâques.

Parmi les choses qui ont tendance à effrayer la lumière de mes jours, qui n’a pourtant peur de rien, il y a certains voyages.
Je l’ai emmenée aux États-Unis avec l’Ours.
Elle s’est alors rendu compte que finalement, mon job n’était pas un boulot de tout repos et que non, je ne faisais pas touriste mais n’a pas soulevé un cil d’inquiétude.
Elle en a gardé quelques souvenirs…
Plus de trente ans après elle me reproche encore de n’avoir pas cédé pour une promenade en calèche dans Central Park.
Ça et un petit vieux qui s’empiffrait à grand bruit dans une « coffee shop » de Colombus Circle en marmonnant des invectives en yiddish.
Le fait que des types patibulaires nous regardaient descendre les escaliers du métro en supputant le prix de nos habits ne la troublait pas plus que ça.
Puis elle est venue me retrouver pour quatre ans en Israël, terre fort animée.
Tout y vole, les oiseaux, les pierres et les commerçants.
Elle fut évidemment désolée de la tuerie affreuse qui s’était déroulée à deux pas de chez nous.
Pas plus affolée que ça non plus quand la boutique où l’Ours avait acheté je ne sais quoi la veille avait été soufflée le lendemain dans l’explosion de la cabine téléphonique placée devant la vitrine.
Heure-Bleue a toujours fait preuve d’un grand courage devant l’adversité.
Même si elle avait tendance à chercher l’adversité pour montrer son courage…
Il y a néanmoins des choses qui l’effraient.
À me suivre en certaines pérégrinations, je m’attends presque à la voir me tendre la main au détour d’une rue et me dire « Mr Livingstone, I presume ? » tant certaines contrées de Paris lui semblent exotiques.
Dimanche, justement nous sommes allés déjeuner chez une amie dans le XVIIIème.
Pour changer, enfin pour éviter la passerelle, j’ai choisi le bus.
Tout avait bien commencé en montant dans le PC de la porte Champerret.
C’est quand on a commencé le tronçon qui va de la Porte Montmartre à la Porte de Clignancourt que ma moitié préférée a donné des signes d’inquiétude.
Le bus s’est petit à petit rempli de gens qu’elle ne croise jamais.
Oh, elle en a bien vu, de loin.
Rarement comme dimanche, de si près, à la toucher quasiment.
Ce n’est pas leur ethnie, leur couleur ou leur langage qui la tracassent, non, ni même leur accoutrement.
C’est le risque d’attraper je ne sais quoi, une maladie super grave qu’on n’attrape qu’aux portes de Paris.
Et pas la Porte d’Auteuil ou la Porte de Passy, non, plutôt Porte de Saint-Ouen ou Porte de la Chapelle, vous voyez ?
Alors que je sais bien quant à moi qu’on risque plus de perdre son portefeuille ou son smartphone que la santé, Heure-Bleue pense qu’on risque plus de se retrouver avec la fièvre Ebola ou la peste bubonique qu’avec des puces.
Encore que, les puces… La lumière de mes jours, elle supporte pas, elle est la victime désignée des piqûres. Du coup je suis peinard…
C’est ça, la lumière de mes jours a une peur panique de côtoyer des gens qui ne soient pas récurés au Cif.
Je me demande si elle m’a bien regardé…
Quand nous sommes descendus Porte de Clignancourt, j’avais dans l’idée de prendre le 85 pour atteindre la mairie du XVIIIème à Jules Joffrin.
Après une vaine attente, on a décidé d’aller à pieds chez nos amis.
Quand on est passé devant l’entrée du passage Championnet, la lumière de mes jours a regardé autour d’elle, a trouvé évidemment que « vraiment je ne sais pas comment tu as pu grandir ici… Je hais ce coin… » et nous avons pris la rue du Mont-Cenis.
Arrivés à Jule Joffrin, elle s’est rassérénée, remarquant :
- Eh bien, ça s’est quand même drôlement bobotisé ici mais j’ai l’impression que c’est comme aux Batignolles, pas profondément.
- Ouaip, faut pas gratter beaucoup le vernis pour tomber sur le formica…
Il est vrai que je trouve fort heureux que l’on n’arrive jamais à changer profondément la population des villes.
J’aime Paris habillé autrement qu’en musée inerte pour touristes trop propres…

Commentaires

Ta meuf...Tout un poème que dis-je une anthologie!

Écrit par : mab | mardi, 22 mars 2016

Répondre à ce commentaire

Tu connais le Goût, n'oublie jamais qu'il est fils de pied-noir.

Écrit par : heure-bleue | mardi, 22 mars 2016

Tu connais Heure-Bleue, n'oublie pas qu'elle est du XVIIème...
Chuis habitué à la mixité sociale, moi.

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 22 mars 2016

C'est la description de vos travers respectifs qui m'amuse le plus...

Et ça fait combien d'années que vous les détaillez avec humour et tendresse (44 n'est-ce pas ?). C'est beau....

Écrit par : Sophie | mardi, 22 mars 2016

Répondre à ce commentaire

Impayables ! Vous êtes impayables, tous les deux.

Écrit par : Berthoise | mardi, 22 mars 2016

Répondre à ce commentaire

Comme disait Coluche:
« Mais qu'est-ce que c'est que ces étrangers qui viennent manger le pain de nos Arabes ? » ;-)
Bises
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mardi, 22 mars 2016

Répondre à ce commentaire

C'est fou qu'une explosion ne l'inquiète pas plus que ça.

Écrit par : Lilas | mardi, 22 mars 2016

Répondre à ce commentaire

Que veux tu, on est comme ça...

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 22 mars 2016

le dossier des bus de vrais nids à poux pour cheveux frisés !!

Écrit par : maevina | mercredi, 23 mars 2016

Répondre à ce commentaire

Vous aimez la vie quoi mais chacun avec vos variantes.

Écrit par : Brin de broc | vendredi, 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire