Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 août 2016

Ire rationnelle…

Bon, en vrai je ne suis pas en rogne.
Juste je peste parce que j’ai oublié d’acheter du lait.
Et j’ai oublié d’acheter du lait parce que je n’ai pas pensé que ferait défaut celui que j’ai utilisé avant-hier au soir pour faire le clafoutis aux fraises de Manou venue dîner à la maison.
Il m’a fallu du coup préparer ce matin une mixture infâme pour caler un estomac qui, le matin, crie « Famine !!! » à plein pylore
J’ai dû mettre du café soluble dans un bol d’eau et lui donner la couleur qui va bien à coups de cuiller de lait concentré sucré.
C’est trop sucré, c’est pas bon mais comme c’est super vite fait et que de toute façon je n’ai pas autre chose, hein…
Cela dit il manque quelque chose d’important à cette préparation indigne.
Le petit quelque chose qui me ramène à l’enfance tous les matins.
Oui, lectrices chéries, avec le lait concentré il manque ce petit élément qui a du mal à exister avec du lait demi-écrémé et n'existe pas du tout avec le lait écrémé : « La peau du lait ».
Et ça, ça me manque terriblement.
D’où ce grommellement matutinal.
Du faux lait ou du lait sans « peau du lait » c’est le truc qui pousserait à rétablir le délit de blasphème.
C’est peut-être ce goût pour la blancheur d’une peau quasi transparente que vient ma voracité pour les peaux claires.
Allez savoir…
Oui, que je vous dise, lectrices chéries.
J’ai appris il y a longtemps, à mes dépens, que la rétine est collée sur la choroïde comme la « peau du lait » sur le lait.
Même si c’est un collage moins résistant que celui de votre Goût adoré avec sa comparse Heure-Bleue, c’est quand même vachement bien fait.
Et j’y trouve néanmoins une certaine ressemblance.
Je trouve les deux, la peau d’Heure-Bleue et la peau du lait, absolument  délicieuses.
Mais bon, je vais vous parler de la « peau du lait », plutôt.
Ça va m’éviter de me faire défigurer par la lumière de mes jours qui n’aime ni prêter ses affaires ni qu’on les détaille en public.
La « peau du lait », chez mes parents, n’était normalement pas un « casus belli ».
Ma grande soeur évitait le lait le matin, histoire d’éviter les cent vingt grammes qui la séparaient de l’extrême minceur.
Elle devait peser dans les trente-cinq kilos avec le manteau et le cartable quand elle est allée passer « son BEPC »…
Donc pas de risque de me faire soulever mon délice du matin.
Mon père était parti travailler depuis longtemps ou dormait parce qu’il était rentré du travail il y a très peu, donc, « la peau du lait » semblait sauve.
Mon père se fichait de toute façon de « la peau du lait », s’il y en avait, il l’avalait sans y prêter attention, s’il n’y en avait pas il ne s’en apercevait pas, alors…
La benjamine était toujours soit chez notre grand’ mère maternelle, soit dormait, soit s’en foutait totalement. Elle avalait tout ce qu’on lui présentait.
Et même ce qu’on pensait avoir mis à l’abri de son féroce appétit.
Là où ça se gâtait, c’est avec ma mère et ma sœur cadette.
Ma sœur cadette, dite « Souricette » détestait le lait, que dis-je, elle haïssait le lait mais adorait le fromage.
Sentir le lait lui faisait tordre le nez.
Voir la « peau du lait » se rider au fur et à mesure que le lait refroidissait lui « levait le cœur » selon ses propres termes.
Du coup, je matais avec envie, la casserole d’abord, son bol ensuite, sûr qu’elle piaillerait jusqu’à ce que ma mère cède et lui donne du fromage.
Si ma mère était bien disposée, elle repartait vaquer à son petit métier du matin, j’en profitais pour rafler le bol de « Souricette » et attraper la fameuse peau d’un habile coup de petite cuiller.
Hélas, tout ne se passait pas si bien et si ma mère se mettait à table avec nous, elle s’empressait de ramasser la peau du lait « pour ne pas te tacher mon petit chéri » et de l’avaler d’un seul coup.
Je me demande si ce n’est pas le motif de désamour le plus justifié, bien avant les pulls « vert bronze que tu aimes, mon fils », les blouses « bleu roi à liseré rouge » ou la veste « lamé bleu des mers du sud genre maquereau libanais », sans parler des quatre ans de prison chez les fondus.
Ce n’est que plus tard qu’un autre motif est venu s’ajouter à tous ces griefs.
Celui qui m’a rempli d’une ire tout à fait rationnelle.
Oui, tout ça m’a conduit à faire appel à vous, lectrices chéries…

Commentaires

""Impression d'avoir déjà lu ce billet, du moins la partie "peau du lait". Le goût se plagierait-il lui même ?""

Me disait "le passant qui passe" dont j'ai effacé le commentaire par inadvertance en cliquant de travers.

Et non, "passant qui passe" je ne me plagie pas.
Juste je radote.
Que veux tu, c'est l'âge...

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 17 août 2016

Répondre à ce commentaire

Je te la laisse avec plaisir ; j'ai toujours détesté ça !

Écrit par : lakevio | mercredi, 17 août 2016

Répondre à ce commentaire

Comme Lakévio. Recette de la mousse carambar sur le net.

Écrit par : mab | mercredi, 17 août 2016

Répondre à ce commentaire

bon voila je suis toute beurk avec ta peau de lait !!!!

Écrit par : maevina | mercredi, 17 août 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai attendu un peu que mon esprit s'éclaircisse (plein de petits problèmes avec mon ordi qui fait des siennes !!). Au premier abord, et au deuxième d'ailleurs, je me disais savoir tout des habitudes de toute le famille sur la crème de lait.

Donc, tout va bien de mon côté. Mais je vois que tu n'as toujours pas digéré ?

Comme je prends du lait écrémé, et que je le chauffe au micro-ondes, pas de peau, que le Seigneur en soit loué, car c'est beurk.

Par contre les galettes faites avec la crème de lait sorti tout droit du pis de la vache, ça c'est du nanan : 1 cuillerée de crème/1 de sucre/1 de farine. Bien touiller, faire des petits pâtés. Passer au four : bord croustillant, coeur fondant... et tièdes bien meilleures encore.

Il y a bien des choses que je pourrais reprocher à mon père, ma mère, mes frères zé mes soeurs (barrer les mentions inutiles), mais ai-je le temps ?

Écrit par : Sophie | mercredi, 17 août 2016

Répondre à ce commentaire

L'appeau du lait...ça m'avait marquée...c'était l'année dernière je crois...
Ça te tient à coeur, hein, mon roudoudou, cette peau de lait !
Eh bien, tu as bien raison. Si qu'on n'a pas le droit de radoter sur son blog, alors...c'est pô la peine d'avoir un blog ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mercredi, 17 août 2016

Répondre à ce commentaire

Moi-aussi, il me semblait tout savoir sur la peau de lait. J'avais peur que tu ne sois devenu gâteux. Mais, ça doit bien nous arriver aussi de parler des mêmes sujets. Vois, moi, je n'arrête pas de parler de ma mère et de ma belle-mère.
Cette peau de lait t'a vraiment marqué. Souvenirs, souvenirs, quand tu nous tiens.
Chez nous, c'est directement venu du pis de nos vaches qu'on avait du lait. Le lait que nous buvons maintenant est insipide. On dirait qu'il est mélangé avec de l'eau.
Bonne soirée. Ici, l'orage tourne, tourne autour de la maison. Ca ne me plait pas du tout. J'ai encore fait rentrer toutes les fleurs au mari. Mon "parisien de fils" est reparti, fatigué, fatigué. La vie à Paris est tellement trépidante qu'il faut absolument, qu'une fois en province, vous continuiez à courir, courir, vouloir faire mille choses.

Écrit par : julie | mercredi, 17 août 2016

Répondre à ce commentaire

Mais non, on n'est pas en province, juju !

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 17 août 2016

Au fait, tu devrais être content qu'on se rappelle de tes anciens billets. Certains ne peuvent pas en dire autant.

Écrit par : julie | mercredi, 17 août 2016

Répondre à ce commentaire

Bizarre ce goût irrépressible pour la peau du lait, tout de même...

Écrit par : Clair | jeudi, 18 août 2016

Répondre à ce commentaire

Le lait concentré sucré ça n'est bon qu'aspiré directement au tube quand ce n'est pas l'heure...

Écrit par : Brin de broc | mardi, 23 août 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire