Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 septembre 2016

T’as de beaux cieux, tu sais…

De rien Mab…
Hier on a passé une chouette journée avec un amie.
On a failli partir assez tôt pour arriver à l’heure mais, comme toujours, le même dialogue donne toujours le même résultat.
- Minou, à quelle heure il faut partir ?
Je regarde, je vérifie, je suppute et j’annonce :
- On part à midi, ma Mine.
Comme chaque fois, quelle que soit l’heure de départ, le même scénario se déroule.
- Ma Mine, il faut songer à partir. Il sera midi dans dix minutes.
- D’accord Minou !
Dit la lumière de mes jours sans bouger un cil…
Cinq minutes plus tard je me lève pour boire une dernière mug de thé, prendre mon  blouson, mettre mon téléphone dans ma poche, mettre ma montre, prendre le sac poubelle puis je dis à Heure-Bleue :
- Il faut y aller maintenant.
- Mais il n’est pas midi, Minou, il est 11H59 !
- Justement, dans moins d’une minute il faut claquer la porte !
- Bon, trouve moi mes chaussures pendant que je vais faire pipi, s’il te plaît.
Je repose le sac poubelle, je me mets à genoux pour trouver les ballerines qui, poussées sans doute par un farfadet, se sont planquées sous le canapé.
Je reprends le sac poubelle.
La lumière de mes jours se demande s’il faut prendre le coupe vent qui la mettra à l’abri de la pluie mais lui tiendra trop chaud si elle le met et l’encombrera s’il ne pleut pas…
Le voyage fut agréable jusqu’à l’avenue Victoria où nous lâcha le 72.
Oui, j’ai le plan des bus dans la tête.
Nous avons parcouru allègrement le chemin qui nous a mené jusqu’à « L’ébouillanté » ou nous attendait notre amie.
J’ai admiré l’aisance de député de ma moitié pour expliquer que notre quart d’heure de retard était sans aucun doute la faute de la RATP et ses horaires fantaisistes…
Notre copine a même semblé ajouter foi au récit d’Heure-Bleue, c’est dire la qualité de la prestation.
Nous avons tenté les « bricks », censément plat vedette de « L’ébouillanté ».
Le côté « brique » était plus réussi que le côté « brick ».
Ça pèse sur l’estomac fragile d’Heure-Bleue…
Nous avons erré dans ce vieux Paris, parcouru des kilomètres, vu des jardins remplacer des cours pavées.
Nous avons vu des hôtels particuliers que nous avions connus noirs et en ruine et sont devenus des « palais de la République » absolument magnifiques.
Nous nous sommes arrêtés boire un café où la lumière de mes jours a commis une bévue à ne pas reconnaître celle à qui elle a vendu sa librairie.
Nous y avons été rejoints par la fille de notre amie dont les joues ont encore la douceur et la rondeur de l’enfance.
Elle, est devenue en peu de temps une vraie Parisienne.
Elle en a la façon de s’exprimer et même l’accent qui fait semblant d’être une absence d’accent qui ne trompe personne.
Du moins pas un Parisien.
Les ciels de crépuscule étaient magnifiques, on les a regardés tout le long du trajet.
C’était chouette, on est rentré à pas d’heure, comme toujours…

Commentaires

tu vas mieux c'est bien, et tu racontes bien c'est un délice...

Écrit par : sylvie | jeudi, 29 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Mais où prenez vous cette énergie ?

Écrit par : camille-madeleine | jeudi, 29 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Il semblerait que tu ailles mieux, heureusement parce que tes billets manquaient ....
Bonne journée à vous deux

Écrit par : AGNES | jeudi, 29 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Moi qui te plaignais et te pensant agonisant au fond de ton lit,
tu gambadais joyeusement dans les rues de Paris ! c'est pô juste !

Je me demande chaque fois pourquoi tu ne prévois pas un quart d'heure de battement pour les "dernières minutes" avant départ !!!

Écrit par : Sophie | jeudi, 29 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai déjà essayé.
Cinq minutes se transforment en vingt minutes...

Écrit par : le_gout_des_autres | jeudi, 29 septembre 2016

En plus, tu es d'une mauvaise foi évidente, il nous a fallu attendre le 3ème 72 pour arriver au BHV.

Écrit par : heure-bleue | jeudi, 29 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

C'est évident : tu es de mauvaise foi parce que même de moi tu dis que je suis en retard !... Et ce n'est pas vrai !
Mais je veux bien tousser avec toi.

Écrit par : lakevio | jeudi, 29 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

hé bien tu n'es pas si malade que ça !

Écrit par : liliplume | jeudi, 29 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Et comme toujours, c'était bien.

Écrit par : Livfourmi | jeudi, 29 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'aime bien savoir que c'était bien.

Écrit par : Berthoise | jeudi, 29 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

en lisant HB juste avant de venir chez toi, je te pense agonisant, puis je te lis et je vois que tout va bien .... rien ne change ! C'est chouette !

Écrit par : emiliacelina | jeudi, 29 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'aime te regarder dans les cieux.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | jeudi, 29 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Tu ne devrais pas distribuer tes microbes partout, reste chez toi et tousse en silence.

Écrit par : mab | vendredi, 30 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire