Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 novembre 2016

La route de la soif...

Hier, on a attendu Tornade devant le Wepler et on est allé manger un « bô-bun » chez Pho-9.
Habituellement, on mange notre « bô-bun », on paie et on s’en va dépenser le reste de nos sous ailleurs.
Là, Tornade a regardé la carte, a vu qu’il y avait mille autres choses à goûter et qu’elles étaient certainement très bonnes.
C’est exact, leur « dim-sum » sont bons.
Mais pour des gens qui déjeunent frugalement, faire suivre ces délicieuses bouchées à la vapeur d’un « bô-bun », c’est trop.
Mais…
Car il y a un mais.
Ça prolonge le repas et ça permet de voir et entendre des choses distrayantes.
Notamment un couple de deux poussah, un heptagénaire et un quinquagénaire.
Deux hommes, père et fils, très occupés à l’élaboration de leur profil sur un compte FB incessamment ouvert.
Gras comme des loches, lestés du bas par une panse d’archevêque et allégés du dessus par d’une tonsure de trappiste.
L’un blanc des cheveux qui restent.
L’autre, aux cheveux qui restent plus longs mais hélas teints d’un noir de jais mal accordé aux sourcils grisonnants.
Le plus esquinté dit au plus abîmé :
- Ben tu vois, tu vois, moi je mettrais des photos de moi quand j’avais quoi, quinze ans…
Assez étonnamment, l’idée n’a pas paru délirante à l’autre.
Et après ça on s’étonnera que les mômes, les vrais, disent que FB c’est un truc de vieux…
Quand nos deux faux jeunes ont eu fini de se décrire comme ils ne sont plus depuis longtemps, nous sommes partis pour une chouette promenade qui a fini par nous mener chez Pou puis au Monop’ des Ternes.
Heure-Bleue a convaincu Tornade que la saucisse aux lentilles de son Goût préféré était délicieuse.
Certaines choses, qui l’agacent quand elle y pense lui sortent de l’idée quand justement elle devrait se les rappeler.
Avenue de Wagram, à l’entrée de la rue Poncelet, il y a un boucher.
Oubliant le changement de population du coin, la lumière de mes jours insista pour que je « demande au boucher de me montrer sa saucisse ».
Je n’ai pas réfléchi plus avant et me suis exécuté en changeant toutefois la formulation de la demande.
Le boucher de me répondre :
- Eh bien justement, nous ne vendons pas de saucisse de Toulouse ni d’Auvergne…
- Et pourquoi ça ?
Ai-je dit en regardant le foie d’oie, les magrets de canard, le filet de bœuf, les poulets et oubliant totalement quatre ans de vie dans un pays où c’est l’essentiel de la viande.
- Eh bien, dans le quartier, ça ne marche pas bien…
Du coup je me suis rappelé Ysa et ses déboires pour trouver ce qui lui convient dans son coin de goyim.
J’ai rapporté l’information à Heure-Bleue qui a trouvé que le louchébem était idiot et que quand même, les chrétiens ont droit, non…
Nous sommes tout de même revenus à la maison où j’ai préparé le dîner.
Copieux.
Trop copieux.
Un moment, la lumière de mes jours a dit à Tornade :
- Au fait, on a vu Audrey Lamy à la Galerie Vivienne…
- Et alors, elle est comment ?
Oubliant un morceau de phrase, comme toujours, Heure-Bleue a dit :
- Elle vient d’avoir un bébé, je me demande comment elle a fait…
Au lieu de me taire j’a remarqué :
- J’ai bien une idée…
- Pfff…
A dit l’une.
- Qu’il est bête !
A dit l’autre.
Bref, c’était bien.

Commentaires

je me souviens qu'un jour en commentaire tu m'avais mis : mais tu ne penses qu'à bouffer !
C'est la poêle qui se fout du poêlon !
Ceci dit je reconnais que vous savez apprécier vos journées "baladeuses" et .... les diverses rencontres inévitables pour qui, comme vous, savez si bien les observer et les raconter !

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 04 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'avais vu Audrey Lamy en mai, enceinte jusqu'aux yeux, dans un café du canal Saint Martin. Elle papotait avec Alexandra...
Sinon, pas facile d'avoir raison entre la lumière et la tornade, hein...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | vendredi, 04 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Comme Emilia!

Écrit par : mab | samedi, 05 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Route de la soif, dis-tu... Mais tu bois quand?

Écrit par : la baladine | samedi, 05 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

On doit bien rire chez toi ;-)

Écrit par : Livfourmi | dimanche, 06 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Je t'ai trouvé très cruel dans ta description des père et fils (apparemment il manquait l'esprit). Comment as-tu su que l'un des deux était quincailler ? ... (allez, je ris dans ma moustache, c'est le mois pour)

Finalement, qu'avez - vous donc acheté chez ce boucher qui vous fasse un repas copieux. En faisant mes courses de "frais" il y a peu, j'ai vu des choux chinois, et j'ai pensé que ça faisait bien longtemps que tu nous avais pas fait l'apologie de la saucisse au couteau...

D'un billet à l'autre, on te suit

Écrit par : Sophie | dimanche, 06 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

What means heptagénaire ? Je n'ai pas eu de réponse... Mon ordi devrait parler français mais il a dû faire l'école buissonnière !

Écrit par : Bourlingueuse | lundi, 07 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

"hepta" c'est "sept".
Comme dans "heptathlon", la discipline aux sept épreuves différentes.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 novembre 2016

Écrire un commentaire