Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 décembre 2016

Postraphaélite…

lakevio.jpg

Quand j’ai vu ce tableau la première fois, je me suis dit « tiens, le « peintre des femmes » vieillit ! »
Je me rappelle ses toiles plus anciennes.
Il y peignait des femmes plus minces et plus souriantes.
Aussi belles que celles des Préraphaélites.
On pouvait les prendre pour celles si tentantes et si bien peintes sur les toiles de lord Alma-Tadema.
Mais ce détail d’Eurypyle a quelque chose « d’Eurypylant ».
Oui, le cou de cette femme.
Et le tissu qui couvre les salières de la reine des Amazones.
Il n’est pas à la portée de n’importe qui de rendre aussi bien la texture et l’aspect du « linon ».
Ce tissu qui est si doux qu’il était réservé aux petites chemises des nouveau-nés et au « linge de corps » des dames.
Cette chemise…
Et ce col qui incite à l’indiscrétion.
Avec ces plis parfaits et un peu lâches qui laissent juste de quoi y passer un doigt et tirer légèrement pour admirer ce qu’il cache.
Et ce cou ! Mon dieu, ce cou !
Penché juste ce qu’il faut pour montrer qu’il n’attend que les lèvres qui ne manqueront pas de se poser délicatement dessus.
Je suis sûr qu’il l’a peinte comme ça, exprès.
Exprès pour qu’on ait envie d’y passer un doigt et tirer sur ce col.
Histoire de vérifier qu’on a autant envie d’embrasser la peau qu’il y a dessous que celle du cou, largement exposée.
Bien sûr, il faudra retirer ce collier...
 

Commentaires

Du linon ...Je ne suis pas sûre mais cela ne gâte en rien la précision du récit.

Écrit par : mab | lundi, 19 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

attention tu vas faire remonter ta fièvre !!!!!!!

Écrit par : liliplume | lundi, 19 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

La fièvre et la tension ! je me demande dans quel état il va arriver au réveillon... hihi

Écrit par : Praline | lundi, 19 décembre 2016

sublimeeeeeeeeeeeee! rien à dire en ce qui me concerne, juste contempler, beau lundi

Écrit par : sylvie | lundi, 19 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'aime bien quand ta plume se fait sensuelle...

Écrit par : la baladine | lundi, 19 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai aussi admiré le transparent du voile... On pense aussi au geste élégant de la dame levant ses bras pour ôter le collier devant son miroir, surprenant le regard de l'homme...
Très belle page sensuelle. On pense immanquablement à Michèle...

Écrit par : lakevio | lundi, 19 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Après le linon, l'homme devenu dyslexique a inventé le nylon...
Mais l'attrait de la peau reste le même.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 19 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Il me semble que c'est de la mousseline et pas du linon, qui est un peu plus épais... mais tu es pardonné bien sûr !
Tu fais preuve de beaucoup de délicatesse... et aussi de culture ; quel dommage que tu n'aimes pas ce collier !

Écrit par : Bourlingueuse | lundi, 19 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas tellement que je n'aime pas ce collier, c'est juste qu'il me gênait pour ce que j'avais en vue...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 19 décembre 2016

C'est torride ! J'imagine, le collier arraché et les perles roulant au sol... (Oh, et bien, c'est du beau !)

Écrit par : Véro | vendredi, 23 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire