Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 décembre 2016

Les mères veillent…

Heure-Bleue est malade et elle a eu envie de croissants.
Alors ce matin, je suis allé chercher le pain et deux croissants au beurre.
Là, j’ai croisé un chat qui traversait la rue.
Ça m’a rappelé que non, ma mère n’avait pas toujours été étouffante, jalouse et indiscrète.
« Rrrhhhoouuuu !!! Mais qu’est-ce que j’ai fait au bon dieu ! »
On ne l’a jamais vraiment su.
Ma mère était comme ça.
On était des enfants, on faisait des bêtises.
Bon, des fois des grosses.
Comme le jour où on a failli tuer le chat.
Oui, on a voulu voir s’il pouvait faire comme notre père, sauter en parachute.
Alors on l’a pris, on l’a attaché aux coins du plus grand carré de soie que ma mère avait et on l’a jeté par la fenêtre.
Il s’en est tiré sans mal.
Pas nous parce que quand on est remonté avec le chat, il a bien fallu expliquer pourquoi le chat était dehors attaché à son écharpe et pourquoi il s’est précipité sous le lit à peine arrivé à la maison.
Evidemment ça s’est gâté, on a tous pris une volée, enfin ceux qui étaient là.
Et c’est là que ma mère a recommencé ses « je ne vous souhaite pas de mal mes p’tits enfants ! Seulement d’avoir des enfants comme vous ! »
On n’a rien dit sur le coup parce qu’on savait que quand suivait le « Je ne vous laisserai pas devenir comme ces voyous ou ces filles de la Porte de Clignancourt ! », on avait intérêt à se faire oublier.
On savait qu’elle s’était un peu calmée quand arrivait ce « Rrrhhhoouuuu !!! Mais qu’est-ce que j’ai fait au bon dieu ! »
On attendait le « pour avoir des enfants comme ça ! »
Là on ne disait rien.
Mais si ça s’arrêtait avant le « pour avoir des enfants comme ça ! », on savait qu’on pouvait jouer au lieu de faire semblant d’être sage.
Pour être franc, comme j’étais beaucoup plus crédule qu’aujourd’hui, je me suis longtemps demandé ce qu’elle avait bien pu faire au bon dieu.
J’ai failli le savoir une fois quand mon père était là.
On avait encore fait une bêtise.
Ma mère a dit le « Mais qu’est-ce que j’ai fait au bon dieu ! »
J’ai demandé tout bas à mon père « mais qu’est-ce qu’elle a fait au bon dieu maman ? »
Il m’a dit à l’oreille « maman s’est mariée avec moi, alors il a été jaloux. »
J’ai regardé mon père avec admiration.
Ma mère a dit :
- Pas de messes basses sans curé !
- Rien ma poule, il a juste demandé ce que tu avais fait au bon dieu.
- Et qu’est-ce que tu as encore inventé, Gaby ?
« Gaby », c’était un mauvais plan.
Mon père le savait mais il lui a répété.
Ma mère a secoué la tête avec une espèce de sourire bizarre, avec juste les lèvres fermées qui bougent comme si elles tremblaient et elle s’est contentée de dire « Aaah… Lemmy… Tu ne changeras jamais… »
Là, j’ai compris le bon dieu…

Commentaires

Ah tu le sais que j'adore tes souvenirs d'enfant.

Écrit par : mab | jeudi, 15 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

:D
Sacrée famille.

Écrit par : Berthoise | jeudi, 15 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Tu n'as pas honte pour le chat ?... Si un jour tu te demandes ce que tu as fait au Bon Dieu, tu penseras à cette pauvre créature !...
Tu as voulu prouver que tu n'étais pas malade et tu as raconté une bien jolie histoire. Si Lemmy a épousé ta mère (et pas Gaby) c'est qu'il y avait quelque chose à sauver !...
Bises

Écrit par : lakevio | jeudi, 15 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

elle avait bien raison en ce qui concerne le chat !

Écrit par : liliplume | jeudi, 15 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Ce chat est mort quelques années plus tard là où on avait une maison de campagne.
Son goût pour ce qui se passait de l'autre côté de la route lui a été fatal...

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 15 décembre 2016

On dit des chats qu'ils retombent toujours sur leurs pattes...

Je vois que, privé de tes merveilles, tu ne peux t'empêcher de les évoquer, ne serait-ce que dans un titre bien trouvé.

Finalement, le sourire à peine esquissé de ta mère parle bien de leur entente ....
c'est délicieux.

Écrit par : Sophie | jeudi, 15 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'aime bien ton père , ta mère aussi !

Écrit par : Brigitte | jeudi, 15 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Vous n'aviez pas peur aux yeux (ni ailleurs de fait)...

Écrit par : livfourmi | jeudi, 15 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Cette enfance qui ne nous quitte jamais... Heure Bleue a bien fait de réclamer des croissants!

Écrit par : la baladine | jeudi, 15 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Gaby Morlay et Lemmy Caution ? ;-)
T'es un fils de pipole ?
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | vendredi, 16 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai a-do-ré cette histoire de Bon Dieu !
Pour le chat, je me suis contentée de kle plonger dans une bassine d'eau froide... lui n'a pas aimé du tout !

Écrit par : Bourlingueuse | vendredi, 16 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Trop drôle, ton père! Du coup, tel père tel fils, je comprends!

Écrit par : muse | samedi, 17 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai oublié de te dire combien j'ai été émue par ta conclusion : il devait y avoir beaucoup d'amour entre ces deux-là !

Écrit par : Bourlingueuse | samedi, 17 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

c'est drôle car j'ai souvent entendu cette phrase avec une variante "qu'est ce que j'ai fait pour avoir des enfants comme vous..." à l'heure qu'il est on ne sait tjrs pas de quoi il s'agit sauf d'une répétition

Écrit par : sylvie | samedi, 17 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

:)
Pov'chat!

Écrit par : Rosalie | samedi, 17 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

je t'ai déjà lu jeudi, mais je viens de relire ta note juste pour le plaisir. Il y a dedans tellement de choses qui me plaisent ...... j'adore tes souvenirs ! Tu les aimais ....tes "vieux' !!!!!

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 18 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire