Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 juin 2017

Sur le banc...

lakevio.jpg

C’est ça que je n’aime pas.
Elle ne prévient jamais, elle met des photos, toujours des tableaux.
N’importe quoi, des gens, des revues, des endroits.
Parfois des choses riches de sens.
D’autres fois, comme aujourd’hui par exemple, des vues sans intérêt.
Enfin, sans intérêt, je dis ça, je n’en sais rien, peut-être que ça en a un pour elle.
Elle, c’est Lakevio, toujours à vouloir qu’on dise quelque chose sur des images qui ne nous parlent pas.
Peut-être que ça lui parle, à elle.
Pas à moi.
Je ne vois pas quoi dire sur un banc.
Surtout sur un banc qui n’est même pas un banc parce qu’il est tellement encombré qu’on ne peut pas s’asseoir dessus.
Mais qu’est-ce qu’elle veut que je raconte sur un banc ?
Ce serait un banc du Jardin des Plantes encore, j’aurais des choses à dire !
Et sur ceux du Sacré-Cœur, donc !
Et un du square Saint-Lambert !
Sans parler de ce banc dans le petit jardin de la place Frantz Liszt ou ceux du square Montholon.
Ou une paire de chaises du jardin des Tuileries.
Surtout celles abandonnées là où il y a l’exèdre de l’Allée de Diane, là aussi je pourrais en raconter des histoires.
Mais ce banc, là !
Juste à côté de la porte dont le seuil semble être étudié pour faire trébucher le distrait qui entre ou qui sort !
Que voulez-vous qu’on raconte sur ce banc ?
Que je glose sur le pot de terre dans lequel on ne sait quel végétal pousse de façon anarchique ?
Sur toutes les cochonneries posées à côté ?
Si quelqu’un s’est assis dessus, il est mort depuis longtemps.
Alors que même les bancs verts du boulevard du côté de chez moi sont plus intéressants.
Même vides, même s’ils sont désertés comme celui devant le cinéma  de l’angle de la rue parce que les pigeons perchés dans le platane qui le surplombe l’ont constellé de fientes.
Bien sûr, il faut aussi éviter de s’asseoir sur un autre, celui du clochard qui l’occupe parce qu’il est face au « Prisunic » et que c’est une « bonne place ».
Mais il y a les autres, tous les autres.
Ceux sur lesquels on grimpe pour jouer.
Ceux sur lesquels on est assis avec un copain pour discuter du film ou d’autres copains.
Ceux sur lesquels on sera bien embêté plus tard parce qu’on ne saura pas trop comment lui dire que…
Mais le banc de Lakevio, alors là, je suis sec.
Je n’ai pas grand’ chose à dire sur les bancs en général mais celui-là…
Que voulez vous dire sur une traverse de chemin de fer posée sur des bûches mal équarries ?
Franchement, Lakevio, la prochaine fois, trouve autre chose qu’un banc qui probablement ne touche que toi seule parce qu’il te parle de choses que toi seule connaît.
Oui, fais ça Lakevio, parce que moi, les bancs…

Commentaires

C'est vrai dans la campagne de tes parents, on ne trouvait pas de banc, mais le grenier était sympa.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Je me rappelle très bien ce grenier...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 juin 2017

Me parle pas de grenier. J'y passais des heures pour fuir ma mère. Je l'entendais brailler "t'as intérêt à te montrer sinon, ça va chauffer pour tes fesses". J'attendais son 3e hurlement pour sortir de mon trou. J'y lisais des heures et des heures. Tiens, encore un tableau que Lakevio pourrait nous proposer une prochaine fois, un grenier..

Écrit par : julie | lundi, 26 juin 2017

Là, comme il y fait plus frais (dans le grenier), nous allons tout descendre dans le garage. Comme ce cher homme travaille demain, je vais trier le tout à partir de mercredi (et oui, soupir, moi toute seule à un enterrement demain). Ca tombe mal. Me demande si mon mari sera là à ses propres obsèques). Je, nous, plains quand il faudra vider les greniers chez ma mère.

Écrit par : julie | lundi, 26 juin 2017

Faire un billet assez long ma foi, sur un banc qui ne te parle pas et en profiter pour visiter ceux qui te racontent des histoires, il n'y a que toi pour l'oser.
Moi, j'aime.

Écrit par : Sophie | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Farceur, va ! Tu les aimes bien mes images ; elles t'apportent toujours quelque chose à la mémoire pour nous offrir une savoureuse lecture.
Bises.

Écrit par : lakevio | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Tu aurais pu raconter ce que se disent les amoureux tout en se becquotant ! je suis sûre que tu aurais été intarissable ;-)

Écrit par : Praline | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

"Sur le banc" radio Luxembourg, ça te parle?

Écrit par : mab | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Carmen et la Hurlette ?
Mes parents écoutaient.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 juin 2017

Et comment que je m'en souviens ! Jeanne Sourza et Raymond Souplex nous faisaient hurler de rire à cette époque... Est-ce que leurs histoires passeraient encore de nos jours ?

Écrit par : Gwen | lundi, 26 juin 2017

dis donc tous ces bancs que tu cites... ce sont les bancs de tes souvenirs?

Écrit par : Coumarine | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Heureusement que ce banc ne t'inspire pas et que tu n'as aucun banc à raconter :
Banc du jardin des Plantes, Sacré Cœur, Saint-Lambert, Tuileries, Allée mesdames. Bon, j'arrête...
Je n'avais pas vu que c'était une traverse de voie ferrée. Pourtant, les voies ferrées, ça me connaît.

Écrit par : julie | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

trouve autre chose qu’un banc qui probablement ne touche que toi seule
Alors là, qui n'a pas une histoire de banc à raconter ! C'est de l'humour, je suppose. Même ta moitié, ça lui rappelle son arrière grand-mère. Au début, je croyais que c'était d'elle qu'elle parlait. Même que j'en avais été fort étonnée. Quoique, ne dit-on pas que les 3/4 des parisiens viennent du "cul" des vaches !

Écrit par : julie | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Julie, je suis née à Paris, d'une mère née à Paris, d'un Père née à Paris, mon fils est née lui aussi à Paris.
Mon arrière grand-mère a été placée dans une tour, elle est peut être née à Paris, je ne le sais pas.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 26 juin 2017

Heureusement que tu n'avais rien à dire sur ce banc...
Sinon ton texte aurait pris trois pages !
J'aime bien ta non-inspiration.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Quel talent pour disserter sur un tableau inintéressant ! j'adore !

Écrit par : Colette | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

L'air de rien, comme souvent, en rouspétant à propos d'un banc qui ne te dit rien, tu nous racontes tous les bancs (et autres chaises pliantes) qui te parlent au cœur ♥

Écrit par : La Baladine | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Parisien, va ;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Réussir à faire une bafouille sur un sujet qui n'inspire pas l'auteur est un exercice redoutable où tu sembles exceller ! Bravo ! Mais tu aurais pu tout aussi bien nous prouver le contraire, et pour ça, je te fais confiance !

Écrit par : Gwen | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

surtout pas !que Lakévio nous trouve des tableaux qui ne t'inspirent pas..... tu y es encore meilleur !
J'ai jamais vu quelqu'un n' rien avoir rien à dire sur un simple banc et tellement de choses sur d'autres!

Écrit par : emiliacelina | mardi, 27 juin 2017

Répondre à ce commentaire

C'est bien dommage de ne pas trouver l'inspiration ! Dire que ce banc a du voir un grand nombre de postérieurs l'user... Et pas un seul n'a laissé une empreinte intéressante ?

Écrit par : Véro | mercredi, 28 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire