Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 juillet 2017

D'après Heure-Bleue, je suis son fou allié…

De rien Mab
Lundi matin, nous voguions en silence dans notre plumard, attendant la trace de courage qui nous sortirait du lit.
Il faisait encore frais.
Du moins, selon les critères climatiques de la lumière de mes jours, il faisait déjà trop chaud.
Les week-ends avec Tornade nous laissant avec un kilo de plus et un courage de moins, j’ai préparé « limacement » le petit déjeuner d’Heure-Bleue.
Son petit déjeuner pris, elle a préparé l’agenda de la journée.
C’était sympa, il n’était prévu qu’une journée à glander et peut-être un « bô-bun » le lendemain.
Hier matin, nous avons donc convenu d’aller manger ce « bô-bun » rue des Dames et de descendre tranquillement la rue Biot puis la rue d’Amsterdam jusqu’à Saint Lazare et aller chez Clooney chercher du café.
Une journée calme et agréable.
Avant même de partir, j’ai reçu un appel d’un ami que je connais depuis novembre 1973 et qui se rappelle à mon souvenir tous les trois ou quatre ans en me disant « faut qu’on bouffe ensemble, on voit ça en septembre ? »
Le dernier septembre en vue était celui de 2013 et malgré ce « on voit ça » nous ne nous vîmes pas…
Cette fois-ci, c’est sûr, c’est samedi.
Puis l’Ours a téléphoné.
Nous avons été désignés volontaires pour aller chercher et distraire Merveille et P’tite Sœur.
Un mail m’a averti qu’on devrait prendre un thé avec une amie jeudi après-midi.
Je dois envoyer un SMS à une autre encore qu’on tient à voir vendredi après-midi.
Bref, notre semaine est comme celle d’Emmanuel Macron, occupée.
Hier nous sommes donc allés à Paris manger ce « bô-bun » et en revenant de chez Clooney-Dujardin, nous sommes allés boire un café chez « Paulette » le bistrot des Galeries Lafayette Gourmet.
C’est là que l’entraînement aux pièges tendus par la lumière de mes jours fut efficace.
En voyant passer une vieille nymphette, Heure-Bleue pose sa main sur la mienne et demande doucement :
- Quel âge tu me donnes, Minou ?
Whaou le piège !!!
- Dix ans de moins, ma Mine…
- Tu exagères, Minou…
- Et encore, si tu mets ton rouge à lèvres, qui te va bien, tu gagnes encore dix ans.
Elle a dit gentiment :
- Tu es indulgent Minou…
- Et si tu te maquilles, on va m’arrêter pour détournement de mineure.
J’étais peut-être allé trop loin.
- Non Minou, on t’arrête pour coups et blessures parce que je suis allergique et que je vais me retrouver avec des yeux gonflés comme ça.
A-t-elle dit en mettant devant ses yeux ses poings serrés. 
Mais ce fut une chouette journée.
Comme elle dit, « C’était bien »…

Commentaires

C'est vrai que ce devait être bien, et qu'aujourd'hui y compris, ça risque de continuer.

Ainsi Heure-Bleue fait sa coquette ?? et toi, bien sûr, tout heureux de la rassurer, d'autant que tu es sincère.

Bises à tous les deux.

Écrit par : Sophie | mercredi, 05 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

ça alors, j'avais écrit un commentaire et il n'apparaît pas ?

Écrit par : Sophie | mercredi, 05 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

De toute façon, quand une femme te pose ce genre de questions, c'est mort. Quoique tu dises, tu seras à côté. Parole de femme :-P

Écrit par : La Baladine | mercredi, 05 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Et encore, tant que tu n'as pas eu droit à "c'est qui ta plus belle histoire d'amour ?" tu ne sais rien de la vraie vie...

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 05 juillet 2017

Chouette journée et apparemment une chouette semaine vu le planning!

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 05 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Sympa la journée. Et vos dialogues à tous deux m'amusent beaucoup

Écrit par : Pivoine | mercredi, 05 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Ah vous deux, ça paye !
J'aimerais bien que tu décrives la vieille nymphette, ce doit être savoureux :-))

Écrit par : Praline | mercredi, 05 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

les amants terribles

Écrit par : ang/colomb | mercredi, 05 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

"nous voguions en silence" alors ça je n'y crois pas une seconde.

Écrit par : mab | jeudi, 06 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Moi non plus !

Écrit par : Anita | jeudi, 06 juillet 2017

Voilà une question que je n'ai jamais posée à qui que ce soit, et encore moins à mon mari...

Écrit par : Gwen | jeudi, 06 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

toujours aussi agréable de passer par ici. bisous.

Écrit par : Tarrah | jeudi, 06 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

de saut de puce en saut de blogs je suis arrivé par ici et je me suis régalé. Je reviendrai faire quelques sauts

Écrit par : les Caphys | jeudi, 06 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire