Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 juillet 2017

La vie de chaton…

De rien Mab
- Non mais tu n’as rien trouvé d’autre que ça pour m’occuper  ????
- Ben…
- Me caser dans un bureau à l’autre bout du palais ? 
- Mais non, voyons…
- M’occuper de bancals, de handicapés ou d’autistes ?
- Enfin Bribri ! C’est ton boulot aussi, m… !!!
Il hoche la tête, agacé.
- Et puis tu ne seras pas toute seule, tu auras des collaborateurs !
- Tu déconnes, là, Emmie ! Tu me vois passer la journée avec des dames patronnesses ?
- Mais non, des vrais collaborateurs !
- Ouais, c’est ça ! Je vais aller à la messe aussi, pendant que tu y es !
- Pas du tout, c’est juste qu’ils se taperont le boulot à ta place…
- C’est ça, je vais faire potiche, comme à la télé dans les années quatre-vingt-dix !
- Pfff… T’es jamais contente, aussi !
- Mais si Emmie, mais si… 
- Ouais… C’est ça…
- Même si tu as vieilli, je suis fière de toi ! Oui, oui, tu as vieilli mon chéri.
Il lui jette un regard noir et vaguement inquiet.
- Allez, viens Bribri, on va voir ton bureau et tes collaborateurs…
Après des kilomètres de couloirs, ils arrivent devant une porte qu’ils n’ont pas le temps d’approcher.
L’huissier ouvre la porte et annonce :
- Mesdames, Messieurs ! Le Président de la République et Madame !
Bribri soupire in petto « pfiouuu… Quel cinoche ! Et qu’ils jouent mal ! »
On l’introduit dans une vaste pièce peinte de blanc et rehaussée de dorures.
Près d’une fenêtre donnant sur les jardins, un bureau aux pieds tarabiscotés l’attend, le fauteuil tournant le dos à la fenêtre.
Bribri a une vue imprenable sur les arbres, dans un calme qu’on n’aurait jamais soupçonné si près du centre de Paris.
Elle commence à se dire qu’elle va se trouver prisonnière ici pendant qu’Emmanuel va probablement être maté comme un gâteau par des hordes de jeunes énarques qui essaieront de le lui piquer.
Elle pense, regardant par la fenêtre « S… ! Vous ne l’aurez pas comme ça ! »
Elle est sortie de ses pensées par la voix d’un homme qui lui présente ceux qui seront chargés de se taper le boulot à sa place.
- Monsieur Machin, précédemment Maître des requêtes au Conseil dEtat.
Un vieux machin long comme un jour sans pain et triste comme un jour sans vin.
L’autre continue :
- Monsieur Bidule, stagiaire, qui le secondera.
Bribri soulève un sourcil et sourit.
L’avenir s’éclaircit.
Les journées passeront plus vite quand Emmanuel sera au loin, tentant vainement de résoudre les problèmes du monde.
- Vous me semblez bien jeune, vous avez quel âge, Monsieur ?
S’enquiert-elle.
- Dix neuf ans Madame, j’ai eu mon bac à quatorze ans et je sors tout juste de l’ENA.
- Félicitations, j’ai hâte de travailler avec vous.
- Serviteur, Madame…
Il a une lueur amusée dans le regard.
Intelligent ce petit...
 - Alors je vous attends demain matin, vers huit heures…
Bribri se dit que finalement, ce n’était pas si bête, cette idée de lui donner un bureau.
Et ce stagiaire est si mignon, avec ses boucles et son teint frais de jeune garçon.
Un dernier coup d’œil rapide à la pièce.
Il y a bien un canapé dans le coin, près de la porte donnant sur une bibliothèque attenante.
Ce sera parfait, finalement.
Le produit frais, que ça de vrai...
Quelle belle idée, ce stagiaire.
Vraiment...

Elysee-Salon-Dore-3.jpg

Commentaires

On peut avoir la même dans l'autre sens : un vieux tromblon de plus de 50 piges avec une poulette de 20 ?
Juste pour l'équilibre ;-))

Écrit par : Fiamella | mercredi, 26 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Vas y Bribri , tu as la permission du Goût ahah

Écrit par : epalobe | mercredi, 26 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Bribri : il m'a fait participer à la réunion avec Bono, mais avec Rihanna ???


Emmie : je lui ai trouvé un stagiaire , et il est même pas de la famille ....

Écrit par : Sophie | mercredi, 26 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Je lui souhaite d'avoir sa connaissance :)

Écrit par : Nina | mercredi, 26 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

oh ! Le Goût ! Tu n'en rates pas une ! C'est comme si on y était !

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 26 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Rhooooo !!! t'as pas honte ? :)

Écrit par : Colette | mercredi, 26 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Les dessous de la vie politique vus par toi, c'est presque drôle...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | jeudi, 27 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Certes que vu comme ça, ça fait très "carnassier".

Écrit par : livfourmi | jeudi, 27 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

C'est un beau roman, c'est une belle histoire... Quelle époque épique ! j'ai l'impression d'avoir Bardot à l'Elysée...

Écrit par : lakevio | jeudi, 27 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

...

Écrit par : La Baladine | jeudi, 27 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Je l'attendais...
Je savais bien...

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 27 juillet 2017

Je sais que tu sais. C'est pourquoi je me tiens coite ;-)

Écrit par : La Baladine | jeudi, 27 juillet 2017

Rhooo !!!... presque du Feydeau ... ou Courteline !

Écrit par : Francelyne 17 | jeudi, 27 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Tu crois pas qu'elle en a largement assez d'un petit jeune fringuant, ça doit être épuisant , il faut toujours être au top , etc...

Écrit par : ang/colomb | jeudi, 27 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Certes, mais quelle agréable fatigue... ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 27 juillet 2017

le produit frais.....je suis morte de rire!!

Écrit par : sylvie | jeudi, 27 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire