Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 septembre 2017

 Tuileries...

lakevio.jpg

Que les Tuileries sont belles sous le soleil d’automne !
Il fait frais mais pour une fois, ça me va.
Rien que l’idée de traîner les pieds dans les feuilles mortes de l’allée de Diane me ravit.
Et puis, les Tuileries…
Toutes ces allées, mille fois arpentées, mille fois parcourues.
Toutes ces fois arpentées, le désespoir accroché à l’âme.
Toutes ces fois parcourues, l’allégresse accrochée à la gorge.
Quand vous vous sentez si malheureux que ça vous étrangle.
Que vous n’osez plus dire un mot de peur d’éclater en sanglots.
Quand vous vous sentez si heureux que ça vous serre la gorge.
Que vous ne pouvez plus dire un mot, de peur de dire une bêtise qui va tout gâcher.
Dans cette lumière d’automne qui dore les feuilles et les allées, me vient une question.
Pourquoi parle-t-on toujours du cœur alors que ce n’est jamais là que ça se passe ?
Plus j’y pense, plus je me demande pourquoi c’est toujours la gorge ou le ventre qui semblent être les seuls aptes à transformer les sentiments en sensations…
Et je ne le sais toujours pas.
Mais d’aussi loin que je me souvienne, ce fut toujours ce que j’ai ressenti.
Des fois c’était bien.
Des fois c’était douloureux.
Mais toujours à l’automne.
Toujours dans ces grands jardins que sont les Tuileries, le Jardin des Plantes ou le Sacré-Cœur.
C’est peut-être bien à cause des bancs ou des chaises…

Commentaires

Ces expressions me semblent juste pourtant.

Que l'on ait mal ou qu'on soit heureux, le coeur peut palpiter de façon incohérente, et perdre son rythme.

De même la joie ou la tristesse peut serrer la gorge jusqu'à empêcher la respiration ...

Il y a les yeux aussi qui peuvent contenir des étoiles mais aussi laisser couler des larmes ..

PS - Je n'ai pas pensé aux Tuileries, mais au parc Monceau...

Écrit par : Sophie | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Bourgeoise !!! ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 25 septembre 2017

Pourquoi le cœur? Une histoire de pulsation, peut-être... Un pouls accéléré, le cœur qui cogne, les tempes battantes, les oreilles chaudes, tout ce sang qui dévale sous la peau et la pare d'un incarnat d'une vivacité unique... et qui reflue sous le coup d'un chagrin puissant... Enfin j'dis ça... :-)

Écrit par : La Baladine | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Bien vu, très bien vu même...
Ça va très bien avec celles et ceux qui rougissent.
Celles et ceux qui ne rougissent pas, il leur faut bien ressentir aussi.
Finalement, nous sommes tous sensibles. ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 25 septembre 2017

Tu es aussi romantique que lakevio, tu as la plume souffrante et la langue acérée.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est un fait que les Tuileries c'est un bel endroit chargé d'histoire.

Perso j'ai un faible pour le Luxembourg.

Mais je suis loin de tout connaître à Paris...

Écrit par : Pivoine | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord avec La Baladine : le coeur participe grandement aux émotions et c'est lui qui fait pleurer les yeux, donne la gorge sèche ou le ventre noué...
L'automne aux Tuileries est magnifique.
C'est vrai qu'il n'y a pas de banc devant la mairie du IVe mais il y en a dans la salle des mariages ! Et puis il y a les fabuleuses marches de la rue François Miron...
Merci pour ce texte aux émotions fortes.

Écrit par : lakevio | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Le Goût "baladin" de l'amour qui se pose encore des questions !
La gorge ? L e ventre ? Les jambes faibles... le palpitant qui s'emballe et l'envie de fermer les yeux et retenir son soufle pour arrêter le temps ..... bref quelle sensation délicieuse et parfois douloureuse ?
Pour ne rien oublier disons tout simplement : le cœur !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

L'homme est un tout...enfin quand je dis l'homme, je veux dire l'être humain dans son ensemble, bien sûr...
Alors la moindre de nos cellules vibre, le bonheur ou la peine pénètrent partout, on a parfois le coeur dans les chaussettes ou l'estomac dans les talons, on prend son pied, on se prend la tête, on chamade, on tachycarde on vibrionne !
C'est beau la vie qui coule partout
Alors le coeur...c'est une ellipse.♥︎
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Curieusement, je sens que notre Goût a un coup de spleen auquel il ne nous a pas habitué(e)s j'apprécie davantage ses sautes d'humour !
Vite HB, va le consoler !

Écrit par : Gwen | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Allez, c'est bientôt le printemps.

Écrit par : Berthoise | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

bien sûr que le coeur n'a rien à voir là-dedans, tout est dans la tête :-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Tous ces mots teintés de nostalgie... ben oui, c'est l'automne ;-)

Écrit par : Praline | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Pourquoi parle-t-on toujours du cœur alors que ce n’est jamais là que ça se passe...

Et pourtant si. N'as-tu jamais senti comme il se contracte?

Écrit par : livfourmi | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

vous êtes deux à avoir vu les Tuileries, moi j'ai vu un escalier dans le 18ème ou près de Montmartre

Écrit par : col/ang | lundi, 25 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Les sensations sont très personnelles. Pour moi les poumons, la respiration font partie des organes et fonction que l'émotion affecte.
Les grandes joies s'accompagnent de bouffées d'air qui semblent ne pas finir et me remplissent.
Les chagrins m'oppressent et m'enferment dans une cage.

Écrit par : Berthoise | mardi, 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Automne ou pas, Tuileries ou pas, j'adore les marches méditatives ressourçantes... C'est grâce aux pieds que la tête se libère...

Écrit par : Véro | jeudi, 28 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire