Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 octobre 2017

Consommation des sens…

De rien Mab

lakevio.jpg

Je me demande encore ce matin si l’heure la plus exquise était l’heure avant, l’heure pendant, ou l’heure après.
Je suis à peine réveillée.
« La veuve joyeuse » me vient à l’esprit.
J’en ai à l’esprit les lestes paroles.

« Heure exquise qui nous grise lentement.
La caresse, la promesse du moment.
L'ineffable étreinte de nos désirs fous
Tout dit « Gardez-moi puisque je suis à vous.»

Sanglots profonds et longs
Des tendres violons
Mon cœur chante avec vous
À casse-cœur, à casse-cou
Brebis prends bien garde au loup
Le gazon glisse et l'air est doux. »

Je soupire d’aise mais déjà mon mauvais esprit revient au galop.
À propos de ces heures exquises ma mère, plutôt terre à terre, avait coutume de dire « de toute façon ma fille, avant ou après c’est toujours pendant, c’est pendant que ça ne l’est pas… »
C’est ce qui m’est venu à l’esprit et m’a fait sourire dans le matin.
Ce n’est pas que je sois une Messaline mais je ne suis pas tombée avec la dernière averse et j’en ai retiré au moins une certitude : C’est mieux à deux…
Aujourd’hui au moins, j’aurais eu trois heures exquises.
Celle avant, celle pendant et celle après.
À dire vrai, je ne me souviens d’aucun détail de celle du milieu.
Ah si ! Peut-être ai-je regretté un moment que certaines heures ne durent que soixante minutes…
Cette heure fut trop courte.
Quand je pense à certains imbéciles qui sont persuadés, après s’être échinés bêtement, que votre air épuisé et vos yeux de panda sont la preuve irréfutable qu’ils ont réussi un coup de maître.
Les pauvres !
S’ils avaient un peu prêté attention à autre chose qu’eux, ils se seraient rendu compte que le vrai « coup de maître » est une œuvre « collective », ravive le teint et donne cet air épanoui, l’œil vif et le regard rêveur qui siéent si bien aux dames et nous rend si attirantes.
Je me tourne et je regarde celui à qui je dois ces heures exquises.
Il dort calmement, son souffle est léger et silencieux.
Je regarde un peu plus attentivement et je me demande pourquoi ce sont les hommes qui ont ces cils et pas nous…
Une idée me vient mais j’hésite.
À le regarder dormir si totalement abandonné, j’ai envie de l’embrasser doucement sur les paupières.
J’hésite, je regarde le fauteuil sur lequel sont jetés nos vêtements mêlés dans un désordre insolent.
Je sais que si je le fais, c’est moi qui vais être en désordre.
Mais après tout, il tôt, ce n’est pas encore l’heure de se préoccuper d’ordre.
C’est l’heure de l’heure exquise.
Alors je me penche sur lui…

Commentaires

très joli!

Écrit par : mab | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est tellement bien d'être amoureuse.

Écrit par : Berthoise | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Nous consommons avec bonheur ces heures exquises ce matin !
Et je dis oui, toutes les nouvelles amours sont vierges au début...

Écrit par : lakevio | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

"Mais la brebis vous dit : Je t'aime, Loup"

Écrit par : Annie | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est vrai ça, pourquoi est-ce vous qui avez ces cils et pas nous?

Écrit par : livfourmi | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Tu parles de toi au féminin...

Écrit par : heure-bleue | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ils ont ces cils parce que leur système pileux est plus fourni...
Oui bon je sais ça casse un peu le romantisme du propos... ;-)
Si joli ton texte, qui semblerait faire accroire que tu t'y connais en plaisir féminin. :-)
Eh oui, ça existe les hommes comme toi. Mais ils sont tous pris. Forcément...

¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

La curiosité, Celestine, la curiosité... ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 09 octobre 2017

C'est ta partie féminine qui parle (comme le souligne HB)

à moins que ce ne soit l'écho de confidences intimes ???

Mais c'est joliment dit.

Écrit par : Sophie | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ce matin je suis grisée par ce billet cher M Le Goût, mais aussi par ses commentatrices. Avec Berthoise, j'affirme que malgré ma septantaine c'est plus que bien d'être amoureuse, mais en désaccord avec Lakevio, les amours, même si elles ne plus vierges peuvent rester divines...
Et maintenant, je vais me remettre à entonner : "Heure exquise...qui nous grise...lentement...", tout en rêvassant, moi qui n'ai pas de cartons à remplir !

Écrit par : mimazhan | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Le Goût jouerait-il les dragqueens ? Non, non ! Il a seulement fait travailler son imagination, s'est mis dans la peau de la lumière de ses jours... et c'est très réussi !

Écrit par : Gwen | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

très très romantique

Écrit par : col/ang | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ton texte est un vrai bonheur ! la féminité te sied fort bien !!!

Écrit par : Colette | lundi, 09 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

On peut se mettre dans la peau de l'autre. C'est un exercice très profitable. Et très agréable à lire, la preuve !

Écrit par : Pivoine | mardi, 10 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Gloups! Je dois avouer que je suis hermétique à l'opérette viennoise...

Écrit par : La Baladine | mardi, 10 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire