Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 octobre 2017

Feu à volonté...

lakevio.jpg

Je tapote mon volant du bout des doigts.
Nerveusement.
Je n’ai même pas pensé à allumer la radio.
Je n’ai pas besoin de plus d’informations aujourd’hui.
Le peu de nouvelles que j’ai eues sont inquiétantes.
Pas mauvaises, non, pas encore mais inquiétantes…
Et ce feu qui traîne.
Qui se traîne.
Qui va bientôt traîner par terre si ce vent persiste.
Et ces nouvelles inquiétantes.
Ça avait commencé dès le matin, en passant devant le standard.
La dame m’a accueilli d’un « Mais qu’est-ce qui vous arrive ? Vous êtes tout pâle ! »
Puis la glace de l’ascenseur m’a montré un type qui me ressemblait mais à qui le sort avait ajouté vingt ans depuis hier soir.
J’ai commencé à me sentir pas très bien.
Pas malade, non, juste pas bien, un peu comme si je tombais petit à petit en panne.
Quand je suis arrivé dans le couloir j’ai croisé « Pupuce » -on l’appelle comme ça depuis que j’ai décroché le téléphone et son épouse s’est méprise et m’a appelé « Pupuce ».
Ce jour là j’ai crié à la cantonade « On demande Pupuce au téléphone ! »
Ça lui est resté.
Ce matin, donc, « Pupuce » m’a salué d’un « Mais qu’est-ce que t’as ? Tu viens de croiser La Faucheuse ? »
La journée s’est étirée, longue, terriblement longue.
Et là je suis en train de regarder ce feu qui s’agite et ne passe toujours pas au vert.
Je pressens que je vais pouvoir passer bientôt.
Mon pied gauche enfonce la pédale d’embrayage, je passe la première sur ma vieille bagnole européenne et j’attends.
Un coup de vent plus violent que les autres arrache ce putain de feu qui arrive tout droit sur mon pare-brise.
Il est mort.
Moi aussi…

Commentaires

C'est d'un gai !!!
D'autant plus qu'on ne saura jamais pourquoi il était dans cet état !!

Écrit par : Sophie | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ah non ! je te l'interdis ! Qu'est-ce que tu attends sous ce feu, hein ? Change de rue !

Écrit par : lakevio | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ben ça alors... c'est la Butte qui te fiche des idées noires comme ça ? :-)
En tout cas tu les racontes bien tes derniers instants, et ta mort !

Écrit par : Praline | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ca alors, moi j'ai pensé à faire parler le feu mais pas à le faire mourir ni à ce qu'il tue quelqu'un ...

Écrit par : tanette2 | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

c'est super!
et inattendu...
j'aime!

Écrit par : Coumarine | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est facile de mourir lorsqu'on a des cartons à ouvrir.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Hahahaha ! je t'adore, t'es trop mignonne ma petite HB ! :-))

Écrit par : Praline | lundi, 16 octobre 2017

Et on ne saura jamais le fin mot de l'histoire ?? ah mais non, je proteste !!

Écrit par : Colette | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Alors, vois-tu, si je confondais narrateur dans l'histoire et auteur de l'histoire, je penserais que tu es passé de vie à trépas. Comme quoi! ;-)

Je le trouve très bon ce billet!

Écrit par : La Baladine | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Comme quoi, la faucheuse t'avait prévenue de son passage...
Excellent ton texte !
Mais ce que je préfère, c'est la remarque d'Heure-Bleue. Muahaha !
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Non non ! On t'a transporté un peu sonné à l'hosto et tu t'es réveillé quand HB a pris ta main... Tu as encore un peu déliré, mais après une nuit d'observation, tu as pu rentrer sur la Butte et dès demain, tu pourras ouvrir les cartons et remettre tout en place !
Et puis tout ce qui te tracassait s'est arrangé !
Youpiiiiii !

Écrit par : Gwen | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Moi j’aime bien... ambiance nouar polar... :) Juste envie d’avoir une suite ou une autre histouar...

Écrit par : Lapin | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Alors, comme ça, on s'ennuyait déjà de nous ? Vous avez fait fort pour obtenir votre ligne téléphone..Heureux de te savoir vivant...J'espère bien que tu le resteras longtemps pour notre plus grand plaisir..
ps : au fait, si tu croises mon fils, tu peux lui dire que je ne suis pas contente du tout. Depuis que je lui ai demandé d'aider des potes, pas de nouvelles du tout. Ca va bien faire un bon mois...Tant pis pour lui, il ne saura mon secret. Je ne le dévoilerai pas sur mon blog. Nomého...Chut, ça toque à la porte..Qui c'est ? Je file, les vlà qui arrivent..
Pupuce ? Rigolo. Imagine que ça aurait été moins marrant si on y ajoutait une lettre..

Écrit par : julie | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Mince ; il est parti avec la mine chiffonnée. Ils vont avoir du boulot aux pompes funèbres...

Écrit par : Véro | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

mourir écrasé par les feux de signalisation, c'est original! et c'est juste avant ou après la visite chez le notaire?
;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

c'est parce que tu habites maintenant près d'un cimetière ?

Écrit par : col/ang | lundi, 16 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Pour une chute, c'est une chute! Génial.
Je vous souhaite une bonne semaine dans votre nouveau domaine, PARIS.
Jean-Jacques'60
Berne, le 17 octobre 2017

Écrit par : Jeanjacques666 | mardi, 17 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ah non ! je te l'interdis ! Qu'est-ce que tu attends sous ce feu, hein ? Change de rue !

Écrit par : lakevio | mercredi, 18 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire