Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 novembre 2017

Même les sales s’y fient…

lakevio.jpg

 De rien Mab, de rien…
Cette histoire de carottes me tracasse.
Ça me dit quelque chose.
Une histoire de Poil de carotte sans doute...
Au premier abord je n’aurai pas pensé à ça mais maintenant que j’y pense…
Je dois dire que les carottes, je n’ai jamais trouvé ça excellent.
Affaire de goût peut-être mais surtout je trouve que ça a quelque chose de vaguement douceâtre.
Et puis, les carottes, ça nécessite d’être épluché.
Or, quand on connaît le côté hostile d’un économe bien tranchant pour un maladroit comme moi…
Surtout les carottes me rappellent un pot au feu particulièrement réussi mais que la suite du dîner gâcha.
J’avais ce soir là offert une soierie à la lumière de mes jours.
Rien que le mot évoquait la douceur.
J’adorais passer mes doigts sur ce chemisier, en éliminer la moindre imperfection.
Mon cadeau fut hélas mal accueilli.
Heure-Bleue me jeta à la face des mots injustes :
- Tu veux me dominer, tu veux m’acheter avec des cadeaux !
- Mais enfin ! C’est juste un chemisier !
- C’est un truc de macho, ça !
- C’est-un-che-mi-sier !!! Pff…
- Je te connais ! Il est presque transparent, encore un truc pour me mater les seins !
Il est vrai que ce vert très pâle allait bien avec les cheveux de ma rouquine…
- Pfff… Quoique…
- T’es vraiment une bête ! T’es bien un mec…
Toutes mes protestations restèrent sans effet.
Aucune explication ne réussit à calmer son courroux.
Je n’avais plus qu’à envoyer l’Ours en éclaireur.

Commentaires

Nooon ! tu inventes là !? :-)

Écrit par : Praline | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Oui, il invente, il me pousse à acheter mais il ne choisit pas.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 27 novembre 2017

Ah merci ;-)

Écrit par : Praline | lundi, 27 novembre 2017

Note bien qu'elle dit seulement que je ne choisis pas...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 27 novembre 2017

Mais j'adore ! Positivement, j'adore ! Tu as parfaitement vaincu le stress de la carotte et réalisé un brillant sujet sur les "frictions" à la mode de nos jours...
Bravo !

Écrit par : lakevio | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Et voilà c'est Heure Bleue qui trinque ! ;)

Écrit par : Fabie | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Ah, enfin, je croyais que tu t'étais défilé devant ces belles carottes. Bravo pour le texte. Que voilà un texte de circonstance, mais qui ne va pas dans le sens des pensées actuelles de HB, car, il me semble qu'hier, elle a remis les pendules à l'heure, en disant que tous les hommes ne sont pas des salauds, des machos, que y'en a marre de cet acharnement contre eux...Ha, ha...
ps : c'est vrai l'histoire du chemisier ? Tu lui en as offert un ?

Écrit par : julie | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Parce qu'en plus tu te sers de l'Ours! Eh bien, c'est du joli :-D

Écrit par : La Baladine | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Au fait, pendant que j'y pense, l'Ours a arrêté de faire la gueule ? car, Noel approche à grands pas. Ce serait désolant que vous soyez privés de vos merveilles. Mais, je doute quand même que vous en arriviez là. Sinon, je lance une pétition sur change-truc.org pour tous les grands-parents privés de leurs petits enfants.

Écrit par : julie | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Figure-toi que je trouve cette histoire inventée très vraisemblable en fait.

Transformer une botte de carottes, eussent-elles belle allure, en une histoire de cadeau jugé machiste par ta belle rousse, c'est de l'art.

Écrit par : Sophie | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Tiens en parlant de l'Ours...Il boude toujours? Il n'a pas mangé assez de carottes, de celles qui rendent aimable.

Écrit par : mab | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

attention, c'est dangereux pour un auteur d'introduire ses proches dans ses écrits, ça n'apporte que des embrouilles ;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je remarque; un chemisier (masculin) pour une femme et une chemise (féminin) pour un homme! Décidément la langue française...
J'adore votre titre!!

Écrit par : Marie Framboise | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

excellent !

Écrit par : ang/col | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Toute ressemblance...et gnagnagna et gnagnagna.... ;-)
Chaque mot bien en plce, travail d'orfèvre.

¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

oups "en place" !

Écrit par : celestine | lundi, 27 novembre 2017

J'ai bien aimé vos deux textes... mais je suis orpheline d'une botte de carottes cette semaine, on ne peut pas tout faire o;)))

Écrit par : Pivoine | lundi, 27 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Elle est vraiment comme ça la lumière de tes jours ?
La TV nous remet en mémoire l'Occupation et ses à-côtés : c'est ainsi que j'ai appris que les Français ignoraient les carottes râpées jusqu'à ce que les Teutons nous fassent connaître cette partie de leur gastronomie

Écrit par : Gwen | mardi, 28 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Elle n'est heureusement pas toujours comme ça.
Mais il y a des jours où elle est pire...

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 28 novembre 2017

alors là !!!!!!!!!!! Envoyer l'Ours en éclaireur ??? Mouhahaha!!!!!
Je doute qu'il suffise d'un chemisier (fut-il de soie) pour dominer HB !

Écrit par : emiliacelina | mardi, 28 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Tu penses bien que j'ai renoncé depuis longtemps à la réduire en esclavage.
Dès le premier jour en fait.
Je suis son esclave depuis le premier jour.
Elle m'a bien eu...

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 28 novembre 2017

Cadeau refusé : on dit que les carottes sont cuites, c'est cela ? Tu m'as fait sourire.

Écrit par : Véro | jeudi, 30 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire