Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 novembre 2017

Small is beautiful…

313847.jpg

J’écoutais distraitement les dialogues de la série qu’Heure-Bleue regarde en ce moment pour tenir face à la table à repasser.
Grâce à cette série, il n’y a quasiment plus à repasser que le tout venant !
Je ne sais plus qui disait quoi dans cette série quand je me suis fait la réflexion que ce qui comptait vraiment pour moi, c’était les personnes.
Qu’on pouvait trouver chez chacun le meilleur et le pire.
Quelle que soit sa classe sociale, son ethnie, son sexe ou sa religion.
Arrivé à ce point de niaiserie réflexive, j’ai cherché où poser les endives que je préparais pour le dîner.
Et j’ai ajouté in petto à mal liste « sauf peut-être chez les agents immobiliers où on ne rencontre que le pire ».
Un bras encombré d’endives prêtes à perdre leurs feuilles, l’autre tenant une assiette, j’ai regardé autour de moi et ai posé l’assiette sur le semblant de plan de travail qui restait découvert.
D’où ma réflexion sur les agents immobiliers.
Notre appartement nous plaît, nous avons même une pièce que nous aimons particulièrement car elle nous rappelle notre appartement du Marais.
Il est petit, bien sûr et nous soupirons de soulagement de l’avoir trouvé et loué avant que le Tribunal administratif de Paris n’annule la loi ALUR.
Mais… Il n’empêche pas que bien que satisfaits de notre « cuisine séparée », une vraie, avec une porte et une fenêtre a un petit quelque chose de non conforme.
« Cuisine séparée dînatoire » disait l’agent en nous faisant visiter ce qui deviendrait notre nouveau chez nous.
« Dînatoire » ?
Je t’en foutrais, moi, du « dînatoire » !
C’est « dînatoire » pour quelqu’un qui dîne debout tout seul !
A la rigueur, il peut dîner assis sur un tabouret mais avec son assiette sur les genoux…
Mais la lumière de mes jours a trouvé mes endives braisées absolument délicieuses.
C’est ça le plus important, finalement.

Commentaires

1) j'adore les endives braisées (mais je suis bien la seule à la maison !)
2) Tu m'a rappelé notre premier appartement (60m2 avec un terrasse de 20m2) mais avec une cuisine qui était comme un long couloir très étroit... Le truc c'est que lorsque tu étais assis à la table qu'on tirait tu n'avais qu'à étendre la main pour ouvrir le frigo (lui) ou prendre les plats sur la cuisinière. (moi)... Mais franchement, on l'a bien aimé cet appart. C'est là où sont nés les enfants (on ne mangeait plus dans la cuisine !) et on y retournerait bien !
Bonne journée !

Écrit par : lakevio | mercredi, 29 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Cuisine dînatoire on ne me la fait encore celle_là.

Écrit par : mab | mercredi, 29 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Le père de mon compagnon était gendarme.
Ayant été tôt à la retraite, il a été embauché par une agence immobilière.
Il n'y est pas resté en disant qu'il n'avait pas été du côté de la loi durant sa carrière professionnelle, pour devenir voleur à la retraite...
Et cela date d'il y a environ 40 ans !

Écrit par : Fabie | mercredi, 29 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Tiens, hier, nous nous sommes justement "frités" avec un agent immobilier (attention, si je raconte, ce sera du chaud, du lourd)...J'avais dit, il y a encore 3 mois "quand j'achèterais une autre maison, je ne veux plus avoir affaire à des agences immobilières". Moralité : ne jamais dire "fontaine, je ne boirai plus de ton eau"...
Sinon, j'avoue qu'avoir une cuisine ouverte a des avantages. On peut continuer la conversation avec ses invités, on peut balancer (c'est presque le mot) tout par dessus le canapé, canapé où nous festoyons le soir...Par contre, bonjour le bruit des casseroles, de la hotte quand tu veux écouter tes acteurs préférés.
Ah oui, quand on fait du poisson, malheur pour en chasser les odeurs, malgré la hotte...T'as intérêt à fermer toutes les autres portes...et t'as intérêt à éviter qu'il y ait trop de fumée, sinon, attention à l'alarme, installée sur un des meubles...Ah le bruit ! D'autant plus que pour l'arrêter, pas facile...Le temps que tu montes sur une chaise, que tu trouves comment arrêter ce truc, le quartier entier a prévenu les pompiers..

Écrit par : julie | mercredi, 29 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

ici ils sont dévissés , je souffre aussi de ma cuisine salle à manger , bureau riquiqui , la maison n'est pas si petite , mais le rez si

Écrit par : epalobe | mercredi, 29 novembre 2017

Ah, j'oubliais les endives. Je les aime simplement comme les tiennes, juste braisées dans du jus de rôti.

Écrit par : julie | mercredi, 29 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Hum !!! Ces endives braisées me font saliver ! Et les déguster à deux, dans une unique grande assiette posée sur une paire de genoux accolés, c'est l'embarquement pour Cythère . . .

Écrit par : mimazhan | mercredi, 29 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

N'hésite pas à nous donner ta recette d'endives braisées, que je puisse (encore une fois, hélas) me régaler seule pendant que mon Chou et ma Chouquette tirent la tronche.

Écrit par : Milky | mercredi, 29 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

bon chez nous les belges, les endives sont les chicons
mais braisés, ils sont tout aussi bons!

Écrit par : Coumarine | mercredi, 29 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

J'adore les endives et là, j'ai acheté des endives toutes mimis pour apéritif ???
Bon, je les ai cuites très légèrement gratinées. Un délice. Il faut dire que, comme les carottes, je les aime dans tous leurs apparats.

M'étant fait alpaguer plusieurs fois par des agences, l'achat de mon dernier appart. s'est fait directement avec mon proprio qui a baissé le prix, n'ayant plus de frais d'agence. Mais je connais bien les cocos, ils ne te laisseraient pas réfléchir deux secondes avant de te faire signer !!!

Écrit par : Sophie | mercredi, 29 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Parfaitement braisées ces endives...
Exactement comme je les aime.....
On dirait que c'est moi qui les ai cuisinées LOL :-)

Écrit par : Françoise | mercredi, 29 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Tu as raison pour les immobiliers, ils sont spéciaux.
Dans les immobilières, chez nous on n'engage que des jeunes très beaux, à la voix susurrante, (pour mieux vendre) mais qui regardent ton appartement avec mépris (et toi aussi si tu n'es pas aussi clinquante) qu'eux.

Je n'aime pas les immobiliers.

Alors ma cuisine est aussi dînatoire et on peut se mettre en file indienne puisqu'elle est en longueur.

Je ne sais pas si c'est une photo perso mais ça a l'air très bon et ça l'était sûrement, photo perso ou non... J'ai un jour expérimenté une recette ou en plus elles étaient caramélisées dans un peu de bière... Miam. L'alcool s'envole et il ne reste que la saveur.

Au fromage aussi, gratiné c'est très bon,

Ou en quiche tiens, j'achète deux disques de pâte feuilletée, je hache mes chicons menu, je les fais fondre à la poêle, je fais de la sauce avec du fromage râpé (j'avoue que je mets de la fécule de maïs instantanée, chez nous on dit maïzena express), à la fin je mets du jambon cuit ou du saumon fumé (c'est encore mieux) et hop dans la pâte feuilletée et au four pour 1/2 heure, 3/4 heure, c'est excellent. Avec ou sans couvercle mais avec couvercle c'est plus festif !

Écrit par : Pivoine | jeudi, 30 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je ferais volontiers ta recette de quiche mais les déménageurs ont cassé notre four...
Le temps que le déménageur ait envoyé le papier à son assureur, que son assureur lui réponde, que le déménageur nous envoie la réponse et qu'enfin l'assureur envoie le chèque, il peut s'écouler entre 20 et 30 ans.
Bon, on va quand même en acheter un autre...

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 30 novembre 2017

Il y a les micro-ondes mixtes .............. Bon, sinon, une salade de blé avec des chicons, pardon, des endives, et ce que nous appelons salade de blé, je pense que c'est votre mâche o;)))

Écrit par : Pivoine | jeudi, 30 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire