Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 juin 2018

Appassionata...

lakevio.jpg

Il m’énerve ce type, au dessus, à tapoter « La lettre à Elise » depuis une heure.
On dirait qu’il ne connaît que ça.
Peut-être que c’est « La lettre à Elise » qui m’a poussée à aller voir s’il y avait quelque chose dans la boîte à lettre.
Il y avait quelque chose.
Tiens ! Il s’est arrêté de jouer !
J’ai ouvert la lettre.
C’est à ce moment qu’il a commencé à jouer cette sonate que j’aime particulièrement.
Oui, j’ai l’âme à écouter « Appassionata » en ouvrant la lettre.
La petite fleur de « mouron » bleue dans le coin de l’enveloppe donne un air niais à cette lettre.
Il n’y a rien au dos, pas une seule indication de l’expéditeur.
L’autre, là, au-dessus y met du cœur à « Appassionata ».
Il se débrouille pas mal du tout.
Bon, ce n’est pas Yves Nat et il y met plus de sentiment que de technique mais ça commence à me plaire.

«  Mademoiselle,
Je vous regarde passer tous les matins sur le trottoir en face.
Tous les matins je me demande comment je pourrais vous aborder.
Le midi ? Rien. Vous ne rentrez pas chez vous déjeuner.
Mais je regarde toujours par la fenêtre, des fois que je vous aperçoive.
Et chaque soir j’attends de vous passer.
J’entends la gâche électrique zonzonner quelques instants et la porte qui claque puis votre pas léger.
Il est léger votre pas, Mademoiselle, si léger…
Si j’osais, je me lancerais à vous conter des histoires de papillon voletant au dessus des marches mais je pressens que ce serait accueilli par un haussement d’épaules.
Alors je me contente de supputer quelle serait votre attitude en m’écoutant jouer « Appassionata », cette sonate qui dit si bien ce que je ressens et que je joue hélas si mal…
Dites moi, faites moi seulement un signe, même discret.
Un signe qui me dirait que vous n’avez pas jeté bêtement cette lettre en haussant les épaules.
Dites moi, faites moi seulement un signe qui me ferait comprendre que vous aimeriez que je vous joue d’autres sonates.
Un seul petit signe. »

Il est joli garçon, le pianiste au dessus et ça fait un moment que je me demande si sortir avec lui serait une bonne idée.
Aller au cinéma avec lui serait sans doute agréable.
Je pense que ce sera agréable, et il a un toucher si délicat que je me dis que.
Je ferme les yeux et j’écoute ses doigts glisser sur le clavier.
Et je me dis que… Un tel toucher…
Je passe le bout de ma langue sur les lèvres…
Bon, je vais monter lui demander s’il veut bien m’accompagner au cinéma dimanche.
Ces doigts si délicats, je suis sûre que…
Ce toucher… Mon dieu…

Commentaires

Sera-t-elle aussi passionnée que lui dans le jeu... du toucher ?... Remarque que la salle obscure est un bon endroit pour découvrir cela !

Écrit par : lakevio | lundi, 11 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Rhooo quel coquin, mais tu m'as fait rire ! et le commentaire de Lakevio aussi... au ciné, faudra vraiment qu'ils s'installent tout en haut, sur la droite, contre le mur, pour être discrets... oui oui je le sais ! :-)

Écrit par : Praline | lundi, 11 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Te transformer, un lundi matin, en une jeune fille qu'on devine sensuelle (mais ça, c'est quand même très "toi"), est un exercice qui te réussit bien finalement.

J'espère qu'il a dit oui pour la séance de cinéma tout de suite, car elle était toute prête.......

Écrit par : Sophie | lundi, 11 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Toujours tactile....

Écrit par : heure-bleue | lundi, 11 juin 2018

Répondre à ce commentaire

et voilà une façon de draguer tout en délicatesse! ......et ça mache !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 11 juin 2018

Le sens de l'ouïe est important. Celui du toucher aussi. On massacre de la même manière Pour Élise au piano et Jeux interdits à la guitare...

Écrit par : Pivoine | lundi, 11 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Lettre à Elise qui colle tout à fait au sujet...J'aime beaucoup..Y'a pas à dire, t'écris bien, on s'y croirait..

Écrit par : julie | lundi, 11 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Il a mis des caméras partout ou quoi, cet amoureux transis ? N'empêche qu'il a touché juste le bougre !

Écrit par : Délia | lundi, 11 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Midinette va !!!

Écrit par : ang/col | lundi, 11 juin 2018

Répondre à ce commentaire

PS : j'adore cette sonate

Écrit par : ang/col | lundi, 11 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Touchée jusques au fond du coeur d'une atteinte imprévue aussi bien que...

Mortelle, cette variation Diabelli ! ;-)

Écrit par : Joe Krapov | lundi, 11 juin 2018

Répondre à ce commentaire

elle s'emballe, elle s'emballe... espérons qu'il soit à la hauteur ;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 11 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Beethoven, vraiment ? Pour séduire !
Heureusement qu'on n'aime pas tous les mêmes choses.

Écrit par : Berthoise | mardi, 12 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire