Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 juillet 2018

Le parfum…

J’aime beaucoup Marionnaud.
Bon, en réalité pas du tout.
Il y a trois jours je suis passé chez eux en sortant de l’hôpital pour ramener l’eau de toilette qui sied à la lumière de mes jours.
J’ai payé plein pot parce que la fille derrière le comptoir était charmante mais un peu pingre…
J’y suis retourné mardi car la même lumière de mes jours m’a dit « Pfff… T’es bien un mec, tu n’as pas sorti la carte et tu n’as pas parlé du chèque de 7.50 € … »
Une fois là bas avec Heure-Bleue, il est apparu que de bon, pas question, le chèque de 7.50€ je l’avais rêvé.
Que l’eau de toilette, échangée par l’amour de ma vie contre une autre d’une marque qui concourt activement à la fortune de B.Arnault, ne donnait lieu à aucune remise.
Bref, comme d’habitude on nous promet des trucs et c’est même pas vrai.
Pire ! On m’a consolé aujourd’hui par mail.
Enfin, on m’a consolé étrange…
Genre « Oh ! T’es passé avant-hier ! C’est con ! Tu serais passé demain, t’avais 30% de réduc ! »
Vous savez, comme quand on vous a promis une semaine de vacances dans un bled au temps merveilleusement printanier et ensoleillé.
Le bled où vous arrivez qui est noyé par la pluie pendant toute la semaine et où l’hôtelier vous dit « Aaahhh… Vous n’avez pas de chance… La semaine dernière on avait un temps, pfff… Je ne vous dit que ça... »
Le genre de chose qui vous donne envie de vous inscrire à un parti fasciste…