Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 juillet 2018

La peinture sur soi...

Au fait ! Je ne vous ai pas dit, lectrices chéries !
D’enchaînement en digressions mémorielles, il m’est venu un souvenir étrange.
Pourquoi diable me suis-je rappelé que la lumière de mes jours, sur les conseils d’Imaginer, m’avait convaincu d’aller traîner un dimanche matin au « Marché Ornano » parce que d’après Chéri, « celui de la rue du Poteau est très cher ».
Nous y sommes donc allés.
J’ai constaté que les choses n’avaient pas tellement changé depuis mon enfance.
Sauf les prix peut-être.
Le fait aussi que sur le « trottoir d’en face », les étals de commerce de bouche avaient été remplacés par des « barnum » de fripe bas de gamme.
Nous nous étions arrêtés devant maints étals puis, je ne sais pourquoi, devant un bazar.
C’est ce bazar dont je me suis souvenu ce matin.
Je ne sais plus à propos de quoi, Heure-Bleue m’a parlé de « Fête des Mères » dans l’après-midi d’hier.
Et ce matin, en repensant à cette histoire de « Fête des Mères » ce bazar m’est revenu à l’esprit.
Il s’appelle aujourd’hui « Ornano Affaires » mais il existe depuis avant ma naissance, il s’appelait « Bazar Ornano » et vendait des tas de choses.
Ce jour de « Fête des Mères », j’ai traversé le boulevard Ornano en faisant bien attention.
Il n’y avait pas encore de feux rouges et une voiture passait de temps à autre, il fallait donc faire très attention.
J’ai traversé, en tenant très fort les quelques pièces au fond de ma poche.
Je suis resté longtemps devant l’étalage sur le trottoir.
Il y avait un tas de merveilles comme des réveils et des tournevis mais ce n’était pas pour ça que j’étais venu.
Je voulais offrir quelque chose à ma mère.
Un beau cadeau. Pas un truc utile, elle en avait déjà plein, comme des fers à repasser et un moulin à légumes, tout ça.
Alors j’ai regardé, il y avait des caisses pleines de vaisselle de faïence.
J’ai pensé à une cafetière.
Mais c’était grand, donc cher.
Je suis allé vers des choses plus petites et moins chères.
Et là, j’ai vu.
Un petit pot, un broc miniature, tout blanc.
J’étais sûr qu’on pouvait mettre le café dedans.
En plus, ça tombait juste avec les sous que j’avais.
Alors je l’ai acheté. Je l’ai échappé en traversant le boulevard mais il est tombé sur ma chaussure alors il ne s’est pas cassé,  je l’ai essuyé avec ma manche et je suis remonté à la maison.
Je l’ai tendu à ma mère en lui disant « Bonne fête maman, tiens c’est pour mettre du café. »
Elle m’a serré dans ses bras en disant « viens ma chair, viens mon sang ! » alors j’ai été bien embêté mais elle m’a fait un bisou.
Elle a regardé et dit « mais c’est un petit pot à crème ! »
Mais elle a eu l’air content quand même.
Voilà à quoi m’a fait penser ce lien étrange entre la « Fête des Mères » et le marché Ornano.
Mais c’est peut-être parce qu’Imaginer est venue boire un café à la maison mardi et que c’est elle qui nous avait dit de faire le marché là-bas…

Commentaires

Un bien joli souvenir. On le voit bien ce petit garçon traversant la rue, fier de son achat.
De pot à crème à pot à crème, voici que tu m'as rappelé combien ma propre mère aimait à collectionner ce genre de petits pots...

Écrit par : lakevio | jeudi, 12 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Les coïncidences sont amusantes ! la semaine dernière j'ai envoyé en photo "des petits pots à crème" (rescapées d'un grand hôtel) à une amie qui en a une collection bien plus importante.

Ah les cadeaux de fêtes des mères : les "3 soeurs" n'en ont fait qu'un en commun (nous étions allées dans un magasin briotin qui n'existe plus, "les magasins réunis", dont LES entrées donnaient sur deux rues. Le temple d'Ali Baba. Le cadeau existe encore. Etant donné la différence d'âge, ça a été ensuite chacune le sien.

Quel délicieux souvenir. Et ta mère a dû en être si heureuse.

Écrit par : Sophie | jeudi, 12 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

mignon comme tout

Écrit par : ang/col | jeudi, 12 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Joli souvenir d'enfance, embelli par la distorsion du temps et la relativité des dimensions, qui fait d'un pot à lait une cafetière. ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | jeudi, 12 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

J'ai toujours trois petits pots de crème en porcelaine blanche que m'ont offert les enfants alors qu'ils avaient 7, 5 et 3 ans... et les pots étaient de plus en plus petits... Ca m'a ému plus que s'ils avaient été identiques !
Ce devait être pour mon anniversaire 20 mai, ou pour la fête des Mères qq jours après...

Écrit par : Gwen | jeudi, 12 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

" viens ma chair viens mon sang!" ...... Le goût ...j'adore ta mère!!!!!
Tu étais un bien gentil gamin !

Écrit par : emiliacelina | jeudi, 12 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Ah ! le marché de la rue du Poteau. Tiens j'y allais souvent entre midi et deux. Histoire de passer le temps. Parfois j'achetais quelque chose, parfois non. Il y avait un chanteur de rue, à la voix à nulle autre pareille. Je restais là à écouter chanter Brel, Fanon, Ferrat. Que de souvenirs ! Merveilleux souvenirs !

Écrit par : delia | vendredi, 13 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

J'ai aussi des petits pots à crème... Mais inutilisables (trop jolis pour être honnêtes o;))) Au fait, je parle de ceux avec un couvercle, dans lesquels on versait un peu de crème anglaise ou pâtissière au café .............................

C'est mignon comme histoire !

Écrit par : Pivoine | vendredi, 13 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire