Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 septembre 2018

Blessent mon cœur d'une langueur monotone.

P... de sanglots longs des violons etc.
Hier, nous sommes restés à la maison pour l’anniversaire de l’Ours.
Ils sont venus, ils sont tous là, même ceux du sud de l’Italie.
Il y avait JJF, Manou, Merveille.
Il y avait même P’tite Sœur, espérant des présents plein les bras.
Une journée de forçat ce fut, lectrices chéries.
Du coup, j’ai bien dormi.
Je dors toujours bien, une habitude acquise pendant les cours d’Histoire en quatrième...
Ce matin, il fait frais.
Très frais même.
Surtout pour moi qui n’ai plus depuis des semaines l’habitude de me geler au lever.
Il va nous falloir traîner aujourd’hui sinon je vais m’étioler comme la cote de popularité du Président de la République.
Mais que faire ?
Le dimanche est une journée chargée.
C’est le jour du lavage des sols et du « lit en grand »
Subsiste néanmoins cette propension à faire des bêtises qui ne semble pas près de nous quitter.
Cette heureuse nature qui nous permet de prendre les aléas de la vie avec le flegme qui sied à ceux qui viennent de tout perdre mais à qui il reste l’idée de se dire « la prochaine fois …»
Hélas vous êtes en présence d’un de ces couples de légende, constitué d’une Aphrodite qui a mal aux pieds et d’un Apollon qui perd ses pièces…
Résultat ?
Nous vivions dans l’angoisse que je perde mon rein ? 
Nous vivrons dans l’espoir qu’Heure-Bleue puisse se faire réparer le pied droit !

Parce qu’il n’y paraît pas, mais ne pas pouvoir aller traîner à la recherche d’une dépense qui excède nos capacités de financement nous tue le moral à petit feu.
L’été, Heure-Bleue et moi sommes trop souvent punis de promenade pour cause de pied endolori.
L’hiver, les mêmes sont punis de sortie par ma frilosité car j’ai bien du mal à respirer dès que la température est inférieure à 15°C.
Il est temps de songer à vêtir l’un et réparer les pinceaux de l’autre sinon nous allons vivre reclus.
Et ça, c’est dramatique.

 

Commentaires

J'ai fait mon lit en grand hier ce qui est une façon de parler puisque c'est un petit lit je regrette le précédent. Mais j'ai bien travaillé et du coup, je suis bien courEbaturée.
Et j'ai encore une lessive à ranger...
Pfffffff.

Allez courage. J'espère que votre santé se maintiendra le plus longtemps possible même s'il y a mieux...

Écrit par : Pivoine | dimanche, 16 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Mais non ! le climat se réchauffe !

Écrit par : delia | dimanche, 16 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Et qu'est-ce qu'on aura à se mettre sous la dent, si tu dois arrêter tes délicieuses chroniques parisiennes , hein ?
•.¸¸.•*`*•.¸¸✿

Écrit par : celestine | dimanche, 16 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

oui! Prenez soin de vous . Mais je crois que même souffrant mille morts ( d'accord j'exagère !) ....vous trouverez toujours moyen d'aller faire un tour ..... ne serait-ce que pour glaner quelques savoureuses anecdotes à nous raconter !

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 16 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire