Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 décembre 2018

On a besoin d'écrits vains...

Ouais... Mais c’est dimanche...

Sacré Coeur cet hiver.jpg

Ça, c’était l’année dernière.
Pourvu que ça ne recommence pas cette année...
Hier on a fait connaissance d’un couple sympa.
Ça eut pu être vraiment bien.
Hélas…
Non que nos compagnons de café eussent été désagréables, au contraire, mais le temps…
Ce temps « de mince » comme dit Merveille, nous a pourri le reste de la journée.
Nous avions commencé l’après-midi, emportés par l’enthousiasme.
Enfin, emportés par nos pieds car les bus ne daignaient emmener personne de peur, d’amener des passagers prêts à lutter contre les inégalités et le mépris à coups de gilets jaunes.
Les lignes de bus intramuros ayant tendance à frôler des palais et des magasins de luxe, elles furent toutes remaniées « service partiel ».
Notre bus nous amena donc deux stations plus loin, place de Clichy.
Là, les pieds maintenus à la température du trottoir et la tête trempée par la pluie nous sommes arrivés au square d’Anvers sentant le chien mouillé, les cheveux pendants tristement, sauf ceux de la lumière de mes jours.
Chez elle, l’humidité donne à ses cheveux un côté Edwige Feuillère dans « La folle de Chaillot », mais j’aime bien aussi même si elle préfère dire que ça lui donne la coiffure de Colette…
Nous sommes donc arrivés, trempés, gelés, dégoulinants, mais contents.
Après moult cafés, décaféinés pour une, allongés pour une autre, normaux pour un troisième et serrés pour votre serviteur, on s’est senti bien.
Nous étions au chaud, en agréable compagnie, avec des gens diserts et semble-t-il heureux.
Tout allait pour le mieux.
Les meilleures choses ayant une fin il a fallu emmener vers le Sacré Cœur nos compagnons de tourisme.
Là, ça s’est gâté.
Il faisait un froid de gueux, sans doute pour punir les manifestants qui se plaignaient justement de cette condition qu’ils croyaient évanouie depuis la « Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ».
En plus il pleuvait, sûrement pour faire plaisir à un gouvernement très embêté par cette affaire de « gilets jaunes ».
Alors il a fallu mener nos nouveaux amis là où ils pourraient acheter un parapluie.
Nous savions où ils en trouveraient mais nous n’y étions jamais entrés.
Alors, pour la première fois Heure-Bleue et moi sommes entrés dans une de ces boutiques de « schmattès » de la rue de Steinkerque.
C’est un bordel terrible avec des entassements de vêtements monstrueux.
Nous le savions mais nous n’avions jamais eu l’idée d’y entrer.
Pas vendeuses ou de vendeurs, juste la caisse au fond du… au fond de… on ne peut pas dire « magasin », c’est juste un immense « décrochez-moi-ça » ou une bonne part du stock traîne par terre sans que quiconque songe à ramasser ce qui vient de tomber.
Nous avons laissé nos amis au funiculaire et sommes retournés à la maison.
Après avoir attendu, sous la pluie et le vent, un bus coincé dans les embouteillages, nous sommes arrivés, gelés, dégoulinants, frigorifiés, sentant le chien mouillé.
Mais ce fut quand même bien…

Commentaires

L'essentiel étant d'avoir pu faire l'acquisition d'un parapluie censé protégé de la pluie. Pourvu que cette journée ne soit pas a l'origine d'une bronchite ou autre joyeusetés hivernale.. bon dimanche a vous deux

Écrit par : AGNES | dimanche, 16 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Si HB a la tignasse de Colette, c'est super (et très mode en plus)...

Quand même si vous êtes sortis dans le froid et la pluie sans un bonnet et une gapette, je dirai que vous chercher les em... nuis.

Mais si c'était bien ....

Écrit par : Sophie | dimanche, 16 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Temps de mince ou de ouf! (je me retourne pour regarder comment il fait dehors) - gris et froid sûrement mais pas humide (enfin, pas de neige, sauf dans les Ardennes).
C'est jeudi soir que je suis rentrée frigorifiée, du cours du soir, marcher de la classe d'infographie (dans la cour où il faisait caillant jusqu'à la voiture...) on n'a plus l'habitude...

De bons grogs bien chauds, sauf évidemment si vous préférez le café bouillant ...

J'ai des amis qui sont toujours bloqués dans l'Hérault. Ils ont déjà essayé plusieurs fois de partir et sont retournés dans leur gîte. Ennuyeux, ils ont des examens médicaux qui les attendent ici, à Bruxelles.

Écrit par : Pivoine | dimanche, 16 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Je suis gênée, je n'ai pas pu m'empêcher (sur fcbk) (un gilet jaune parlait de la bataille de la Bastille) de répondre de faire attention à ne pas la démolir, que ça avait déjà été fait... Je vais me faire assassiner (j'ai demandé pardon à la copine j'ai qui j'ai écrit ça o;)))

Écrit par : Pivoine | dimanche, 16 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Même sentant le chien mouillé, les cheveux pendants tristement, dégoulinants, vous êtes de belles personnes, j'espère juste que vous ne serez pas malades.

Écrit par : Praline | dimanche, 16 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

le froid...ça passe en s'habillant chaudement...mais la flotte en plus ....c'est un coup à se choper la crève ! Mais...bon! Si c'était bien quand-même c'est que ça valait le coup !

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 16 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Je n'ai vu que du soleil, ce jour-là, pourtant...
AH...tu veux dire qu'il était dans les coeurs ?
Voilà !
 •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | samedi, 22 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire