Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 octobre 2019

Du plus loin de l'oubli.

John Everett Millais Ophelia.jpg

Ce serait bien que ces mots, par lesquels vous commencerez votre devoir, vous inspirent :

« Sur l’onde calme et noire
Où dorment les étoiles… »

Et ce serait parfait s’il se terminait sur :
« Encore aujourd’hui, il m’arrive d’entendre, le soir, une voix qui m’appelle par mon prénom, dans la rue. »
Entre les deux, vous contez sans compter…
À lundi.
Et n’oubliez pas, quand vous passerez lundi pour lire mon devoir, d’annoncer aux foules avides de vous lire, que vous avez-vous aussi, raconté une chouette histoire.


« Sur l’onde calme et noire
Où dorment les étoiles… »
C’est ce qui m’est venu à l’esprit quand je me suis accoudé au parapet du pont de l’Archevêché.
Oh ! Je n’allais pas la jouer « La blanche Ophélia flotte comme un grand lys »…
Non… En réalité, pour paraphraser Arthur, « la blanche Ophélia flotta dans mon grand lit ».
Ça avait commencé bêtement, au printemps précédent, il faisait beau mais frais en ce mois d’avril.
Il n’y avait que peu de place sur le flanc de l’escalier de pierre ou elle était assise.
La dernière pierre était libre, je m’y suis assis.
Je m’étais retourné et avait été charmé par cette femme à l’air un peu triste.
Et même de mauvaise humeur…
Elle m’avait jeté peu aimablement « Qu’est-ce que vous faites là ? Qu’est-ce que vous cherchez ? »
Pris de court, j’avais haussé les épaules et la seule chose qui m’était venue à l’esprit en voyant sa chevelure rousse avait été d’abord « ben… » puis saisi d’une inspiration subite, j’ai ajouté  « C’est qu’un matin d’avril, un beau cavalier pâle, un pauvre fou muet s’assit à vos genoux ».
Elle a sifflé. Vraiment sifflé. Un sifflement dont elle m’assura plus tard qu’il était admiratif.
Mais pas devant le texte, non, devant ce qu’elle avait appelé « mon culot ».
De fil en aiguille, nous avons appris des tas de choses l’un sur l’autre.
Puis elle n’est plus là.
D’un coup.
D’ailleurs, je crois qu’elle n’allait pas bien, que quelque chose la rongeait.
Depuis j’erre toutes les nuits dans les quartiers que nous avons parcourus.
Je suis passé maintes fois dans cette rue des boutiques obscures.
J’ai même passé des nuits dans le café de la jeunesse perdue.
Mais plus le temps passe, plus je crois qu’elle est morte.
Elle ne serait pas partie comme ça.
Alors je la cherche.
Je la cherche toutes les nuits.
Je parcours les rues où nous sommes passés, silencieusement, examinant tous les porches où nous nous sommes arrêtés.
Encore aujourd’hui, il m’arrive d’entendre, le soir, une voix qui m’appelle par mon prénom, dans la rue.

Commentaires

Oh!
Mon personnage aussi chercher Ophélie!
Beau texte. Folie amoureuse ou fantastique ? Les deux sans doute.
Juste: facilité d'introduction du premier vers.
Je me dis: ta consigne est très bonne, justement parce que ces difficultés de première et dernière phrase, et j’aime particulièrement le plaisir de cet effort, pour ma part.
(Mais je sais, je me doute, j'imagine ta réponse: chacun fait comme il veut et c’est heureux.)
Bon texte!

Écrit par : Val | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Adrienne semble avoir eu du mal à convaincre certains élèves du bien fondé de la leçon...
C'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2019/10/07/7-petites-croix-dans-un-carnet/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

tu as mal lu, le prof est un 'il' et il est marqué 'fiction' ;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 07 octobre 2019

Alainx déteste les filles qui trempent dans l'eau et ceux qui les regardent se noyer sans rien faire.
Il nous montre qu'il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark et le dit haut et fort ici :

https://alainx3.blogspot.com/2019/10/sur-le-banc.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

tu fais ton Modiano, Arthur?
:-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Delia en a fait un autre poème ici :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2019/10/sur-londe-calme-et-noire.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Fabie a pensé à des compagnes d'épreuve.
C'est là :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/octobre-rose-a173325894

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Et pendant que vous bossiez, Gwen s'est fait un film.
Le scénario est là :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2019/10/06/37690287.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

La blanche Ophélia réelle ou irréelle plonge ses amants dans le désespoir amoureux. Votre texte le confirme.

Mon devoir est ici : http://www.jeanjacques666.eu/archives/2019/10/07/37691677.html

Écrit par : jeanjacques666 | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

JeanJacques666 nous conte une émouvante histoire de revenant qui repart...

Ici :

http://www.jeanjacques666.eu/archives/2019/10/07/37691677.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Il est possible que nos "devoirs" se complètent...

Écrit par : Fabie | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Il est là :

http://etcaeteraet.canalblog.com/

Écrit par : SdL | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Elle était rousse?
Comme c'est bizarre............. lol

Écrit par : Ambre Neige | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Mon histoire en est une vraie :-)

http://enviededouceur.canalblog.com/archives/2019/10/07/37691865.html

Écrit par : Ambre Neige | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Il a de la répartie ton gaillard ! j'aime bien la façon dont tu as amené la dernière phrase. Enfin, c'est surtout parce que le début de ton histoire était bien amorcé.
De mon côté, j'ai galéré pour la chute.
http://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/

Écrit par : delia | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

@ Adrienne, j'ai lu ton texte mais je n'ai pas réussi à laisser un commentaire, ton blog ne veut pas de moi!
Bonne journée!

Écrit par : Ambre Neige | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Modiano a laissé des traces dans ton devoir, réussi le devoir.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue a trouvé pourquoi Gérard de Nerval a fini accroché à la crémone de sa fenêtre...

C'est là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2019/10/03/histoire-d-eau-3142266.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

J'ai bien aimé... sauf que la rousse de ton histoire t'a largué, alors que dans la vie, HB a pansé tes plaies !
Un polar minable avec Shakespeare pour auteur... Je l'ai fait !
http://bourlingueuse.canalblog.com

Écrit par : Gwen | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Val nous parle de l'absence, du manque.
Et elle fait ça très bien.
C'est là :

http://motsdeval.canalblog.com/archives/2019/10/07/37691082.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Ambre-Neige nous donne un cours d'histoire magistral et passionnant.
Du coup, comme la dernière phrase couchait mal avec le devoir, elle a décidé que la consigne, hein...

Mais c'est bien et c'est là :

http://enviededouceur.canalblog.com/archives/2019/10/07/37691865.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Gwen nous conte les déboires d'un navet...

Et c'est la seconde fois que j'essaie de vous en faire part, comme la seconde fois que j'ai tenté de le lui dire chez elle.

J'ai fini par y arriver et c'est là :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2019/10/06/37690287.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

SdL nous donne une version plus terre-à-terre des tourments d'Hamlet.
Et c'est en français, et en bon français.
C'est là :

http://etcaeteraet.canalblog.com/archives/2019/10/04/37684458.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Ah ! Cette quête incessante de ce qui n'est plus…
voilà une belle façon de l'évoquer.

Écrit par : alainx | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Je vois que la nostalgie est toujours ce qu'elle était...

Écrit par : SdL | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Dans quel guêpier es-tu allé te fourrer mon pauvre Mr le Goût...Te voilà "maitre d'œuvres ou d'ouvrages à présent". Ma foi, c'est bien plaisant le lundi de venir lire les devoirs du lundi, même si je ne participe pas toujours.
Comme promis, comme mon Week-end s'est bien passé, j'ai fait un semblant de devoir. J'ai bien aimé le début de ta consigne, mais j'aurais préféré une autre fin.
D'ailleurs, à propos de ta fin à toi, tu dis continuer à chercher ta rousse...Et d'une, tu en trouvé une autre..Et de 2, cette phrase me laisse dans l'expectative "Un sifflement dont elle m’assura plus tard qu’il était admiratif". C'est le plus tard qui m'intrigue..Bon, je m'en vais lire quelques autres devoirs avant de passer à table..

Écrit par : julie | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Juliette est enfin revenue parmi nous.
Hélas, on n'a pas le droit de lui parler pour lui dire quelque chose de ce qu'elle a écrit.
Mais c'est bien et c'est là :

http://cearriveenfrance.over-blog.com/2019/10/devoir-du-lundi-du-gout.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

t'en as du travail en mettant le lien de chacune des participations!
Figure-toi que j'ai moi aussi écrit mon devoir (hier soir )
Je l'avais programmé pour ce matin 7 h et .... rien
J'ai dû faire une fausse manoeuvre mais je ne "vois" pas laquelle
(j'ai l'impression que blogger nous joue quelques tours...parce que certains commentaires n'apparaissent pas!)
Ah oui! il est chouette ton devoir!

Écrit par : Coumarine | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Mais c'est tout toi ce devoir : rien ne manque... j'admire comment tu amènes ton héroïne rousse "comme de bien entendu", et la façon dont elle te quitte sans un mot.
L'aurais-tu rêvée ?

Écrit par : Sophie | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Coumarine nous explique qu'elle a choisi un peu hâtivement et surtout imprudemment son compagnon.
C'est là :

https://coumarine.blogspot.com/2019/10/sur-la-consigne-proposee-par-le-gout.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

a la lecture des commentaires (fouris) je me rend compte de mon manque de culture littéraire.... maisj'ai bien aimé ton texte ...et je me suis dit : c'est peut-être pour ça qu'il arpente Paris de long en large ! Et ton amour des rousses..... heu...je veux dire : de TA rousse !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Pas taper, maître !
J'ai un mot d'excuse du docteur...
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | lundi, 07 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Comme c'est beau et doux !
Mot d'excuse : pardon Maître, primo cette dame allongée dans l'eau m'a plus effrayée qu'inspirée et deuxio j'ai eu un week-end "enfants et petits-enfants" bien chargé, crevant, festif, heureux ! voilà ;)

Écrit par : 1 lectrice qui espère rester "chérie" | mardi, 08 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire