Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 mars 2020

Pas de devoir, on est collé...

vieux.jpg

Consignés !
Nous sommes confinés !
Comme des gamins le jeudi matin à l’époque où nous allions au lycée…
Pas de très bonne grâce le lundi, avec une moue de détestation quand ça arrivait le jeudi.
Maintenant que le jour de repos n’est plus qu’un jour de repos, ce n’est pas la même chose.
Quand le jour qui coupait en deux la semaine d’école était le jeudi, contrairement au mercredi d’aujourd’hui, ce jour avait deux visages.
C’est le Janus de la semaine.
Selon qu’on avait ou non fait des bêtises, le jeudi était le jour des jeux ou le jour des colles.
Nous voici revenus pour un temps au « jour des colles »…
Mais nous sommes comme les gosses, inconscients et désobéissants.
Nous avons pris, surtout moi je dois l’avouer, tout de même l’habitude de nous laver les mains plus souvent.
C’est une manie qu’on prend plus tôt que ne le pensent les gens du ministère de la santé.
Chez les garçons, c’est une habitude qu’on prend généralement quand arrive l’adolescence.
Et ce n’est pas par un souci soudain d’hygiène maladive, non, c’est juste qu’on a envie de toucher ce qu’on n’avait jamais eu l’idée de toucher auparavant.
Et ce qu’on n’avait jamais eu envie de toucher auparavant se révéla assez sourcilleux quant à la propreté de ce qui risquait de se poser.
D’où cette habitude de se laver les mains régulièrement.
Des fois que…
Revenons à mon mouton, comme disait Saint Ex, nous voici donc collés.
À écouter notre Président, notre Grand Chef à nous, j’ai été surpris.
Oubliant pour une fois cette morgue insultante qui le fit passer si rapidement de « Jeune homme qui parle vrai » à « Petit con arrogant » son discours fut tendu, sérieux.
J’ai craint à certains moments, à écouter certaines phrases qu’il ne fût devenu soudain communiste.
Ou du moins socialiste…
Nous vantant les mérites de la solidarité, de « L’État Providence ».
Je suis sûr qu’à certains moments il fit frissonner d’effroi les banquiers et autre Roux de Bézieux qui financèrent sa campagne et le mirent là pour débarrasser le pays de billevesées telle les promesses fallacieuses d’un socialisme plein de retraites dorées, de congés payés et de « Jours Heureux ».
Pas fou néanmoins, ayant constaté que le vieux et le gosse sont infernaux et n’attendent qu’une occasion de mettre le souk dans un pays qui devrait s’échiner tranquillement à gagner des sous pour son patron, le coronavirus lui apporta la solution.
Il maintiendra enfermées ces classes qui, à défaut d’être laborieuses, sont dangereuses.
Camarades ! On veut nous emprisonner sans jugement !
Comme toujours dans ces cas-là, on nous dit « C’est pour votre bien ! »
Bon, on ira quand même chercher le pain et une crêpe…

Je vous proposerai demain un « Devoir de Lakevio du Goût. »

Commentaires

Ici, on se demande à quelle sauce on va être mangé. Les patients à peu près rétablis sont priés de rentrer chez eux pour libérer les lits pour les malades.
Et pour ceux qui restent ( moi par exemple), plus de visites, pas de sorties. On commence notre incarcération.
C'est la fête.

Écrit par : Berthoise | vendredi, 13 mars 2020

Répondre à ce commentaire

c'est peut-être mieux de ne voir personne que de devoir regarder chaque visiteur sous le nez avec suspicion ;-)
tu reçois ma visite virtuelle et des bises idem, chère Berthoise!

Écrit par : Adrienne | vendredi, 13 mars 2020

les messages contradictoires et les mesures diverses (et exceptionnelles) font plus peur que la maladie, il me semble...
bon, alors à demain pour le devoir :-)

Écrit par : Adrienne | vendredi, 13 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Pourrons-nous rendre e devoir un jour plus tard ? Je devais assister demain à l'AG de mon Cercle de Généalogie, et je ne sais pas encore si c'est maintenu ou pas : nous devrions être bcp plus de 100 personnes...
Je crois qu'il est préférable d'en faire plus que moins afin de ralentir sinon d'éradiquer ce virus. Il faut prendre cela au sérieux mais sans se laisser aller à la panique. Mes parengs m'ont tellement parlé de 1917 et de tant de leurs parents et amis ont disparu avec cette grippe dite "espagnole" et qui venait de Chine elle aussi. Soyons prudents... et lavons-nous les mains !
Au premier regard, j'ai pensé que Jacques Prévert était le sujet du devoir : un ver(re) solitaire et un chien pour toute compagnie...

Écrit par : Gwen | vendredi, 13 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Une réunion familiale est prévue dimanche, il y aura 5 enfants, je me demande si c'est bien raisonnable de la maintenir... alors que de son côté mon fils s'est arrangé pour que je n'ai pas à garder mes petits enfants...

Écrit par : Fabie | vendredi, 13 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Ma voisine se faisait une grande joie de recevoir ses 2 enfants et petits enfants pour fêter les 10 ans de son petit fils...Elle m'avait même raconté le bon repas qu'elle envisageait. Mais, avec ce virus, son fils de Paris a décidé de ne pas venir...Donc, tout est annulé...

Écrit par : julie | vendredi, 13 mars 2020

Oubliant pour une fois cette morgue insultante qui le fit passer si rapidement de « Jeune homme qui parle vrai » à « Petit con arrogant » son discours fut tendu, sérieux.
Voilà, tu as tout dit...J'ai pensé la même chose...et ai eu une grande admiration pour le ou la dactylo. Il va remonter dans les sondages et, peut-être, donner des voix aux maires LREM

Écrit par : julie | vendredi, 13 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Ce soir, au dîner, mon mari a eu la même réaction que toi : "Il a eu des expressions dignes d'un communiste !"
Et, comme Julie, j'ai été fascinée par le ou la dactylo, ses retours rapides en arrière pour corriger une coquille, ses simplifications quand Macron accélérait le débit et qu'il/elle ne pouvait tout noter. C'était plus un.e interprète qu'un.e dactylo !

Écrit par : GM | vendredi, 13 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire